— Alex Kosev / Shutterstock.com

Dauphins, cachalots, une baleine… Plus de 30 cétacés ont été retrouvés au large des côtes toscanes en Italie. Malheureusement, les cadavres s’agglutinent les uns après les autres ces dernières semaines, sans que les scientifiques n’arrivent à comprendre avec précision la cause de la mort de ces individus. Épidémie, pollution acoustique, plusieurs hypothèses sont encore débattues par les chercheurs.

Des morts mystérieuses ?

Le phénomène qui se produit cet été sur les côtes toscanes est tout simplement exceptionnel. Une étude réalisée entre 2008 et 2018 expliquait qu’en moyenne, 18 cétacés étaient retrouvés morts annuellement sur les côtes. La recrudescence est de mise, et interpelle les chercheurs. Rien qu’entre le 29 juillet et le 1er août, six dauphins ont été retrouvés morts. Après l’autopsie, les chercheurs se demandent toujours ce qui a pu causer une telle mortalité.

L’un des éléments les plus perturbants dans cette affaire, c’est que cela concerne plusieurs espèces d’animaux. Comme nous vous l’avons dit ci-dessus, il y a des dauphins, des cachalots et même une baleine. Et parmi les dauphins, cela concernait deux espèces différentes. Ainsi, peu importe la cause de la mort, elle s’attaque à tous les organismes, du moins celui des différents cétacés.

Des dauphins en mer

Les premiers éléments d’analyse 

Plusieurs dauphins ont été retrouvés près des côtes en train d’agoniser. Pour les chercheurs et les vétérinaires, cela a permis d’établir des diagnostics bien plus précis de la situation, en comparaison avec les organismes en décomposition trouvés plus tôt dans le mois de juillet. Quoi qu’il en soit, les résultats des analyses ne devraient pas arriver avant fin août.

Cependant, un élément est à noter : les estomacs de huit spécimens étaient à moitié vides. C’est la preuve que ces animaux ont été largement perturbés dans leur fonctionnement quotidien, comme s’ils n’avaient pas mangé depuis quelques jours. C’est en tout cas l’analyse de la biologiste italienne Cecilia Mancusi

Ainsi, plusieurs hypothèses sont désormais avancées par les chercheurs. La première est un virus, similaire à celui de la rougeole. Pour rappel, en 2013, une centaine de dauphins en étaient morts. La propagation se fait également très facilement. La deuxième hypothèse est une importante pollution acoustique sous-marine. En effet, les cétacés utilisent un système de localisation qui leur est vital, et qui pourrait expliquer une telle mortalité. Enfin, selon les chercheurs, il est improbable que la cause de ces décès soit liée à un problème de pollution plastique, car les chercheurs n’en ont pas retrouvé dans l’estomac des animaux… 

Une côte toscane

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de