13 335 personnes connectées

Incroyable : des médecins ont réussi l’exploit de greffer le pénis d’un autre homme sur un patient avec succès

une-penis-greffe Une femme réjouit par ce qu'elle voit via Shutterstock

Incroyable ! Des chirurgiens ont réussi à transplanter un pénis avec des résultats sur le long terme prometteurs. En effet, l’homme qui a reçu cette greffe avait dû être amputé du sexe après des complications liées à une circoncision rituelle mal réalisée. Grâce à cette opération, il a aujourd’hui retrouvé la totalité des fonctions de ce nouvel organe, tant sur le plan urinaire que reproductif. SooCurious vous en dit plus sur cette procédure et ses retombées médicales.

Pourquoi effectuer une telle opération ? 

equipe-medical-greffe-penis

Un jeune homme a reçu une greffe d’organe un peu particulière puisqu’il s’agissait du pénis d’un donneur décédé. L’opération a eu lieu à l’hôpital Tygerberg à Cape Town, en Afrique du Sud. Cette transplantation a été une véritable renaissance pour l’homme de 21 ans. Celui-ci avait été la malheureuse victime d’une circoncision rituelle qui l’avait laissé mutilé alors qu’il avait à peine 18 ans. Ces complications ont alors entrainé l’amputation du membre.

En Afrique du Sud, nombreux sont les hommes qui « perdent leur pénis chaque année en raison de complications dues à la circoncision traditionnelle » explique le chef d’équipe, Andre van der Merwe. Dans cette région du monde, la circoncision est un véritable rite initiatique, très pratiqué et qui pourtant est très dangereux, puisque ceux qui la pratiquent ne savent souvent pas comment s’y prendre. Selon certaines estimations, il y aurait près de 250 amputations du pénis qui seraient pratiquées, à travers le pays, chaque année.

 

La première greffe de pénis réussie au monde

equipe-chirugien-operation
Des chirurgiens en pleine opération (image d’illustration) via Shutterstock

Cette opération fait partie d’une étude pilote d’envergure menée par des chercheurs de l’université de Stellenbosch en Afrique du Sud. Cette procédure a été élaborée de façon réaliste et dans le but de répondre à des problèmes ciblés de la région. En effet, les médecins se sont largement inspirés des techniques précédemment mises au point lors de la greffe du visage, ils ont aussi pratiqué la chirurgie microscopique pour connecter les minuscules vaisseaux sanguins (de seulement 1,5 millimètre de large) et les nerfs. Une opération minutieuse qui demande dextérité, concentration et maîtrise mais pas seulement… En effet après avoir élaboré et parfait leur technique, les médecins ont dû se confronter à un problème de taille : l’organe manquant.

Les médecins ont eu beaucoup de mal à trouver un tel organe. Et pourtant, après trois ans d’attente, le membre d’un donneur décédé a enfin été attribué au patient. Aujourd’hui le médecin Van der Merwe explique : « Les héros de tout cela [pour lui] sont le donneur et sa famille. Ils ont sauvé la vie de beaucoup de gens parce qu’ils ont fait don du cœur, des poumons, des reins, du foie, de la peau, des cornées et de ce pénis. » La transplantation a alors pu commencer. Ainsi le 11 décembre 2014, le jeune homme s’est installé sur la table d’opération pour recevoir un nouveau pénis. La procédure a duré près de 9h pendant lesquelles les médecins ont fait un travail remarquable. Une fois sorti de chirurgie, une seule question s’est véritablement posée, le corps va-t-il accepter ce nouveau membre ? Pour les médecins, l' »objectif était qu’il serait pleinement fonctionnel d’ici deux ans ». Pourtant, seulement 3 mois plus tard, le jeune homme a déjà retrouvé l’usage de son membre, il est pleinement opérationnel tant dans les fonctions urinaires que reproductives. L’équipe se dit d’ailleurs « très surprise par son rétablissement rapide ». Cependant, pour l’instant, toutes les sensations autour de cette zone ne sont pas revenues, cela pourrait prendre un peu de temps.

Le patient est donc aujourd’hui capable d’uriner normalement mais aussi de se reproduire. Il pourra donc retrouver une activité sexuelle avec sa partenaire et avoir des enfants s’il le souhaite. Aujourd’hui, il peut retrouver une vie quasiment normale grâce à cette intervention. « C’est une percée massive. Nous avons prouvé que cela peut être fait », se réjouit le professeur Frank Graewe, chef de la Division de chirurgie plastique reconstructive. Il envisage même d’étendre cette procédure, si toutefois elle s’avère réellement réussie, aux hommes ayant perdu leur pénis à cause d’un cancer ou à ceux qui souffrent d’un dysfonctionnement érectile sévère à cause de certains médicaments. Dans le cadre de l’étude, 9 autres patients devraient eux aussi être greffés.

Une vraie bonne nouvelle ? 

un-homme-inquiet
Un homme inquiet de ce qu’il voit via Shutterstock

Ne crions pas victoire trop vite ! Même si cette opération est une réussite, celle-ci n’est pas totale. En effet, en 2006, une opération similaire avait été pratiquée sur un patient chinois. Il s’agissait de la première greffe du pénis. Pourtant, quelque temps plus tard, les médecins avaient été contraints d’amputer de nouveau le patient. Cette intervention avait sans conteste été une réussite chirurgicale mais le patient ne pouvait vivre avec l’organe d’un autre. Un rejet psychologique compréhensible et qu’il faut prendre en considération pour le cas de cette récente transplantation. On devra donc attendre un certain temps avant de savoir si oui ou non le patient se fait à son nouveau pénis.

Cette première greffe réussie du pénis est prometteuse pour des centaines d’hommes qui en ont besoin. A la rédaction, on félicite les chercheurs et les médecins qui ont brillamment réalisé cette opération et nous attendons avec impatience de savoir si le patient va bien réagir psychologiquement à la transplantation. Si votre vie en dépendait, pourriez-vous vivre avec l’organe d’un inconnu ?

Ces articles vont vous plaire

— Philippe Noiret

Le voyage est court. Essayons de le faire en première classe.