Vinci est actuellement visée par une plainte déposée par l’Association Agréée de Pêche et de Protection du Milieu Aquatique. Il lui est reproché un abandon sauvage de déchets, des rejets en eau douce de substances nuisibles aux poissons et la destruction de frayère. Mercredi 24 avril, le géant du BTP a reconnu avoir déversé des eaux chargées de résidus de béton sur les berges de Seine à Nanterre. Les dommages sont colossaux : la profondeur de l’eau n’est plus que de 15 centimètres, contre près de deux mètres normalement !

Vinci déversait ses eaux chargées de béton dans la Seine à Nanterre

C’est lors d’une simple promenade de routine qu’un garde-pêche a découvert un écoulement anormal, le 19 mars 2019. L’agent, agréé par l’AAPPMA (Association Agréée de Pêche et de Protection du Milieu Aquatique) 92 & 75 ouest, découvre qu’elle provient d’une centrale à béton. Il s’agit d’une propriété de Vinci Construction qui sert à alimenter le chantier d’extension du RER E-Eole La Défense.

Ainsi, les eaux de nettoyage des cuves des camions toupies étaient déversées dans une grande fosse à ciel ouvert. Cependant, au lieu d’être recyclées comme prévu, les eaux chargées de ciment se déversaient directement en contrebas, sur la berge et dans la Seine. De plus, un grillage clôturant le chantier devait prévenir ce cas de figure. Toutefois, les constatations sur le terrain supposent qu’il a été volontairement dégradé pour faciliter cet écoulement.

Alors, l’association a déposé une plainte à l’encontre de Vinci, pour “abandon de déchet, rejet en eau douce de substance nuisible au poisson et destruction de frayère”. Les sanctions prévues par le code de l’environnement pour ces délits vont jusqu’à deux ans de prison et 75 000 euros d’amende.

La profondeur de l’eau réduite à 15 centimètres, au lieu de 2 mètres

Selon l’association, ces rejets de béton auraient commencé début 2018. En effet, à l’endroit du déversement, la profondeur normale de l’eau était de 1,80 mètre. Cependant, aujourd’hui, la profondeur de l’eau n’est plus que de 15 à 30 centimètres. Ainsi, tout un pan de la berge de la Seine à Nanterre est cimenté, la transformant en désert aquatique. Ce mercredi 24 avril, Vinci a reconnu les déversements de béton dans la Seine.

Le groupe assure également avoir « mis en oeuvre les mesures nécessaires pour stopper cet écoulement ». Le géant du BTP se veut rassurant et qualifie cette catastrophe écologique d’incident « exceptionnel ». Et bien sûr, la société se tient « à l’entière disposition des autorités administratives et judiciaires dans le cadre de l’enquête qui pourrait être ouverte ».

Valérie Pécresse (LR), Présidente de la région Île-de-France s’est dite « scandalisée » sur Twitter. Elle réclame « des sanctions exemplaires ». Malheureusement, cette pollution n’est pas une exception, comme le confirme le rapport de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME), publié en février. Ainsi, on estime qu’en France, plus de 80 000 tonnes de déchets sauvages sont jetés, par an, dans la nature.

COMMENTEZ
1

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
poudre a merlin pimpin Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
poudre a merlin pimpin
Invité
poudre a merlin pimpin

Espérons que les avocats adverses n’arrivent pas à trouver 1 vice se forme dans ce dossier. Encore 1 dossier environnemental !! 1 de + dans la longue série… que notre planète à connu par le passé.. Aucun respect ce grand groupe.. Espérons qu’ils passeront à la baisse pour régler les… Lire la suite »