Ce robot réalise des peintures dignes des plus grands artistes

Si l’art a très longtemps été réservé à l’Homme, depuis quelques temps ce constat semble de plus en plus appartenir au passé. Désormais, les robots prennent une part grandissante dans le processus créatif et des concours leur sont même réservé.

Les participants au premier concours annuel Robot Art ont montré à quel point les robots sont doués dans la création artistique. Ainsi, parmi les machines présentes à l’édition 2016, certaines ont confectionné leurs propres compositions et d’autres ont travaillé avec une palette limitée.

Dessin-robot-1

Selon Andrew Conru, le fondateur de robotart.org, « les résultats de cette compétition marquent une étape importante dans l’avancement de la robotique et l’intelligence artificielle pour créer de la beauté ».

D’après lui, durant le concours, « certains robots se sont concentrés sur la maitrise de techniques traditionnelles de la peinture, d’autres ont expérimenté la créativité artificielle quand d’autres encore ont exploré la nature de la collaboration humain/robot ».

Andrew Cornu
Andrew Cornu

La compétition Robot Art de 2016 a attiré 70 concurrents différents, chacun présentant des peintures au look et au style unique. Et même si l’idée d’un robot produisant de l’art peut paraitre fantastique, la plupart des peintures colle à des styles et à des sujets assez traditionnels.

Finalement, le vainqueur de la compétition, un robot de l’université de Taiwan appelé TAIDA et maniant un pinceau, a peint une nature morte d’un bol de fruit dans un style classique. L’engin a impressionné les juges par ses sensibilités artistiques en créant sa propre palette de couleurs et en peignant des sous-couches avant de colorer les différentes partie de son oeuvre.

Une oeuvre réalisé par TAIDA
Une oeuvre réalisée par TAIDA

Il a également fait correspondre la « vision » qu’il avait à l’esprit à son tableau, à la manière des artistes humains. Grâce à cette créativité, les créateurs du robot ont remporté un prix de 30 000$.

Le gagnant de la deuxième place, CloudPainter, a été conçu par Pinder et Hunter van Arman, qui ont remporté un prix de 18 000%. Les deux concepteurs voulaient que leur robot dispose d’une vraie licence artistique. Il a ainsi supervisé l’ensemble du processus créatif en prenant des photos et en sélectionnant la meilleure, puis en déposant chaque coup de pinceau indépendamment.

Une des oeuvres de CloudPainter
Une des oeuvres de CloudPainter

A la troisième place, le robot Noraa, qui a remporté un prix de 12 000$ pour ses peintures abstraites. Son concepteur, Patrick Tabarelli, a explique que son invention avait cherché à représenter l’interaction entre les algorithmes et le monde physique. De cette machine, les juges Patrick et Jeannie Wilshire ont affirmé qu’il s’agissait d’un exemple d’oeuvres d’art « produite par un robot plus que via un robot ».

Alors que les scientifiques et les artistes ont expérimenté la peinture sur ordinateur pendant des décennies et que les robots industriels ont été un instrument essentiel de la peinture des voitures, l’essor de l’art de robot a lui été lent. Car dans un premier temps, les tentatives effectuées ont utilisé le robot comme un outil de transposition de l’art humain.

Des robots peignent une voiture via Shutterstock
Des robots peignent une voiture via Shutterstock

Plus récemment, en revanche, les robots ont pris plus de poids dans le processus de création. Par exemple, en avril, des chercheurs ont dévoilé « the Next Rembrandt », un tableau réalisé dans le style du célèbre peintre grâce à une intelligence artificielle qui a choisi le sujet, composé la peinture et exécuté le processus artistique grâce à une imprimante spécialisée.

"The Next Rembrandt"
« The Next Rembrandt »

Les oeuvres d’art que sont capables de réaliser les robots indiquent la fin de l’hégémonie humaine dans ce domaine mais aussi, plus important encore, que les machines font tomber une à une des limites que l’on pensait jusque là immuables. Si les prouesses permises par la technologie vos intéressent, découvrez également comment des robots sont capables de remplacer des journalistes pour écrire des articles.


Si nous osons dire la vérité sur le passé, peut-être oserons-nous dire la vérité sur le présent.

— Ken Loach