Les rhumes contractés par le passé pourraient vous protéger contre le Covid-19, selon cette nouvelle étude américaine, qui suggère également qu’une fois l’immunité acquise contre le virus, celle-ci durera longtemps, voire toute une vie.

Un réservoir préexistant de lymphocytes capables de reconnaître le virus et de produire des anticorps

Après une première infection, l’organisme produit des lymphocytes B à mémoire afin de créer des anticorps qui se souviennent des agents pathogènes et les détruisent en cas de réinfection. Capables de survivre pendant des décennies, ces cellules se tiennent prêtes à entrer en action dès qu’un agent pathogène particulier pénètre dans l’organisme. Publiée dans la revue mBio, cette étude menée par des chercheurs de l’université de Rochester est la première à montrer que le SARS-CoV-2 induit la formation de telles cellules, qui fourniraient théoriquement une immunité à toute personne ayant contracté le Covid-19 lors d’une nouvelle exposition au virus.

L’étude est également la première à montrer que les lymphocytes B à mémoire s’étant auparavant attaqués aux coronavirus responsables du rhume semblaient également reconnaître le SARS-CoV-2. Une réactivité croisée qui suggérerait que toute personne ayant été préalablement infectée par un coronavirus commun pourrait avoir un certain degré d’immunité préexistante au Covid-19.

« Lorsque nous avons examiné des échantillons de sang de personnes qui se remettaient du Covid-19, il semblait que beaucoup d’entre elles avaient un réservoir préexistant de lymphocytes B à mémoire capables de reconnaître le SARS-CoV-2 et de produire rapidement des anticorps qui pouvaient l’attaquer », explique Mark Sangster, auteur principal de l’étude.

— fizkes / Shutterstock.com

Des premiers résultats mettant en évidence une réactivité croisée

Les experts ont comparé les échantillons sanguins de 26 personnes qui se remettaient d’une forme légère à modérée du Covid-19 à ceux de 21 volontaires sains, dont le sang avait été prélevé avant qu’ils n’aient pu être exposés au virus. À l’aide de ces échantillons, les chercheurs ont mesuré les niveaux de lymphocytes B à mémoire et d’anticorps ciblant des parties spécifiques de la protéine de pointe commune à tous les coronavirus pour les aider à pénétrer dans les cellules humaines.

Bien que cette protéine ait un aspect et un comportement légèrement différents dans chaque coronavirus, l’un de ses composants – la sous-unité S2 – est fondamentalement constant dans l’ensemble des virus. Et il s’avère que les lymphocytes B à mémoire ne peuvent pas distinguer les sous-unités S2 des divers coronavirus.

L’étude indique que les lymphocytes B à mémoire attaquent sans discrimination lorsqu’il s’agit de bêtacoronavirus, une sous-classe comprenant deux virus provoquant le rhume, le SRAS, le MERS et le SARS-CoV-2. Toutefois, celle-ci ne révèle pas encore l’étendue de l’immunité qui peut être fournie par les cellules à réactivité croisée ni comment cette protection peut affecter les résultats des patients. Ce qui constituera la prochaine étape pour les chercheurs.

« Nous devons maintenant voir si le fait d’avoir ce réservoir préexistant de lymphocytes B à mémoire est en corrélation avec des symptômes plus légers et une évolution plus courte de la maladie – ou si cela contribue à renforcer l’efficacité des vaccins contre le Covid-19 », conclut David Topham, co-auteur de l’étude.

3
COMMENTEZ

avatar
1 Fils de commentaires
2 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
3 Auteurs du commentaire
TheGreenYliadde simple bon sens ! Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
de simple bon sens !
Invité
de simple bon sens !

Tout comme le corps humain peut « sur-réagir à l’infection de ce virus » et finalement le détruire….. on s’aperçois que le corps médical et le gouvernement ont probablement « sur-réagit » à cette épidémie …. au point de risquer de détruire l’économie ! L’analogie étant : le corps humain est une société de cellule …. qui comme la société des humaines ( l’État) se doit de se protéger des intrusions malveillantes étrangères ( agents pathogènes …. pathogènes car il existe aussi de bons virus ( ex les virus « bactériophages ») de bonnes bactéries, de bonnes moisissures ) …. et « cela » en évitant toute « sur-réaction »… Lire la suite »

Yliad
Invité
Yliad

Je serais tenté de croire à vos explications mais comment expliquer alors la surmortalité des mois précédents, ces gens n’auraient donc jamais eu de rhume? Je pense que la panique engendrée par cette pandémie est surtout causée par le fait que nos systèmes de soins sont à revoir, manifestement ils n’étaient pas prêts et ne le sont d’ailleurs toujours pas. Malheureusement ce mal Français qui consiste à faire toujours plus d’économies pour payer toujours moins d’impôts en demandant toujours pus de services ne peut pas fonctionner éternellement, et nos enfants payeront nos errements égoïstes.

TheGreen
Invité
TheGreen

Merci de ne pas comparer ce qui n’est pas comparable. Les pays nordiques sont très différents de la France en terme de densité de la population d’une part et d’autre part en terme de culture ils avaient déjà tendance à garder leurs distances Et ils sont également plus disciplinés par rapport aux recommandations de leurs gouvernement respectifs. Donc en prenant en compte ces éléments vous devez avoir l’honnêteté intellectuelle de vous intéresser au nombre de morts par habitant dans les zones denses françaises et scandinave pour vous faire une meilleure idée Et, oh surprise, la situation n’est plus si rose… Lire la suite »