Lumière sur le « Manoir du Diable », le tout premier film d’horreur de l’Histoire

Lumière sur le « Manoir du Diable », le tout premier film d’horreur de l’Histoire

À la toute fin du 19e siècle, le légendaire visionnaire Georges Méliès réalisait un court film d’à peine de 3 minutes intitulé le « Manoir du diable », aujourd’hui considéré comme le premier film d’horreur de l’histoire. Découverte.

UN CINÉASTE VISIONNAIRE

À la fin de l’année 1895, les courts films produits par les Frères Lumière et les procédés cinématographiques révolutionnaires qu’ils ont mis au point commencent à attirer l’attention du grand public. Parmi les spectateurs assistant à leurs projections, on retrouve un certain Georges Méliès.

Fils de cordonnier, Georges Méliès nait à Paris en 1861. Bien qu’il manifeste dès son plus jeune âge un fort intérêt pour la scène, son père, qui espère que le garçon reprendra un jour son affaire, refuse catégoriquement de le soutenir dans cette voie.

L’un des premiers films réalisés par Méliès : Escamotage d’une dame chez Robert-Houdin (1896)

Lorsque Jean-Louis Méliès prend sa retraite, il cède l’entreprise à ses trois fils, et Georges, qui poursuit d’autres rêves, ne tarde pas à revendre à ses frères la part qui lui revient. Grâce à l’argent obtenu et à une aide financière conséquente de sa femme, il achète le fameux théâtre Robert Houdin, haut lieu parisien de la magie.

Reconverti illusionniste, Georges Méliès y présente pendant plusieurs années des numéros de prestidigitation à succès, parmi lesquels « La Stroubaika persane » ou « Le Décapité récalcitrant ».

Fasciné par la technologie révolutionnaire mise au point par les Frères Lumière, il tente de l’acquérir, mais face au refus de ces derniers, il décide finalement de développer sa propre caméra et son propre système de projection avec l’aide d’un ingénieur.

AVEC L’AIDE D’UN INGÉNIEUR, GEORGES MÉLIÈS DÉVELOPPE SA PROPRE CAMÉRA ET SON PROPRE SYSTÈME DE PROJECTION

Filmer ses numéros de magie et les projeter devant le public s’avère rapidement être un grand succès critique et commercial, ce qui le pousse à aller plus loin en filmant des scènes de rue et en développant de véritables récits visuels.

Tout bascule à l’automne 1896, lorsque la caméra de Méliès se bloque pendant le tournage d’une scène dans les rues de Paris : le principe du stop-motion (ou « truc de substitution par arrêt de l’appareil »), qui constituera la base des effets spéciaux révolutionnaires du « Manoir du Diable » vient d’être découvert par hasard.

Photographie de Georges Méliès (sur la gauche) et de ses employés travaillant dans son studio de Montreuil (1900)

IL DÉCOUVRE LE PRINCIPE DU STOP-MOTION PAR HASARD

Comme le cinéaste l’explique à l’époque : « Pendant cette minute, les passants, omnibus, voitures, avaient changé de place, bien entendu. En projetant la bande ressoudée au point où s’était produite la rupture, je vis subitement un omnibus Madeleine-Bastille changé en corbillard et des hommes changés en femmes ».

Bien que le « Manoir du Diable » soit aujourd’hui considéré comme le premier film d’horreur de l’histoire, à l’époque Méliès souhaite simplement proposer un film accrocheur au public et le surprendre grâce à l’emploi d’effets spéciaux révolutionnaires.

Dans ce court film d’à peine 3 minutes (visible ci-dessus), une grande chauve-souris virevolte dans une pièce et se transforme en Méphistophélès, qui fait ensuite apparaître un chaudron et toutes sortes de créatures fantastiques. Arrivent ensuite deux explorateurs, qui vont devoir affronter ces créatures démoniaques.

À la toute fin du film, l’explorateur ayant survécu brandit un crucifix pour chasser le diable, ce qui vaut également au court-métrage le titre honorifique de « premier film de vampire de l’histoire ».

Quatre ans plus tard, Georges Méliès réalise « Le Voyage dans la Lune », son chef d’œuvre intemporel qui donne naissance au genre science-fiction. En l’espace de 14 ans, Méliès va réaliser environ 500 films, soit une moyenne d’un tous les dix jours.

EN L’ESPACE DE 14 ANS, GEORGES MÉLIÈS VA RÉALISER ENVIRON 500 FILMS

Malheureusement, une série de faux pas et son incapacité à s’adapter au marché changeant de la vente de films vont mettre un terme à la carrière prolifique du cinéaste.

Sorti en 1902, le « Voyage dans la Lune » est considéré comme l’œuvre cinématographique la plus marquante de George Méliès

En proie à de graves problèmes financiers, il vend ensuite jouets et sucreries dans une petite boutique de la gare Montparnasse et cet épisode de sa vie inspirera à l’écrivain américain Brian Selznick le roman pour enfants « L’invention de Hugo Cabret », plus tard porté sur grand écran par Scorsese.

Pour aller plus loin, découvrez également Alice Guy, cette femme méconnue qui a révolutionné le cinéma.

Il faudrait convaincre les hommes du bonheur qu’ils ignorent, lors même qu’ils en jouissent

— Montesquieu