Votre papier toilette est responsable de 15 % de la déforestation

Chaque année, l’organisation environnementale Global Footprint Network quantifie la quantité de ressources gaspillées et de déchets produits par les humains, et les résultats de son enquête sont particulièrement alarmants en 2017.

Nos besoins nécessiteront les ressources de deux Terres d’ici 2030

L’année 1971 représentait une date clé pour la protection de l’environnement de notre planète : c’était la première fois que nous dépassions le seuil de régénération annuel de ses ressources naturelles en les surexploitant. Et si ce seuil avait été dépassé le 21 décembre il y a 46 ans, il a seulement fallu attendre le 2 août en 2017 selon les calculs de l’organisation. En clair, si nous poursuivons sur cette pente dangereuse, nos besoins nécessiteront les ressources de deux Terres d’ici 2030.

Si la surexploitation des ressources naturelles de notre planète et leur gaspillage perdurent, de graves problèmes pourraient rapidement se poser partout dans le monde. Chaque année, les Américains dépensent 6 milliards de dollars en papier toilette, soit plus que n’importe quel autre pays dans le monde. Et la production du-dit papier à un coût environnemental énorme : elle nécessite chaque année 1.000 milliards de litres d’eau, 253.000 tonnes d’eau de Javel, et 15 millions d’arbres, uniquement pour approvisionner le continent nord-américain.

Privilégier le papier recyclé semble aujourd’hui indispensable

Si les bidets sont apparus pour la première fois en France dans les années 1700, ils sont aujourd’hui globalement peu utilisés en Europe et aux États-Unis, tandis que les pays asiatiques privilégient des WC écologiques high-tech. Il existe cependant un compromis efficace pour ceux qui ne souhaitent pas changer leurs habitudes et préserver l’environnement : utiliser du papier toilette à base de bambou, une plante qui pousse beaucoup plus rapidement que les arbres et absorbe 35% de dioxyde de carbone en plus, ou du papier recyclé.

Le production de papier toilette serait notamment responsable de l’abattage de 27.000 arbres chaque jour, et le recyclage de 909 kilos de papier permettrait d’éviter le gaspillage de plus de 1.600 kilos de bois et de 90.000 litres d’eau. De plus, la pollution de l’air engendrée par sa production serait plus faible de 64 %. En ces temps de surconsommation, il semble indispensable d’agir au plus vite pour préserver notre planète et ses ressources.


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux