Rencontrez le déjanté Richard “Ladybeard” Magarey, ce catcheur travesti dont la chanson cartonne au Japon

Ladybeard, de son vrai nom Richard Magarey, est un catcheur et chanteur de death metal australien qui a pour particularité peu commune de s’habiller en femme. Ce personnage hors norme a fait son chemin en Asie et évidemment au Japon, où il a fondé, avec les adolescentes Rei et Rie, le groupe Lady Baby, mêlant J-pop et death metal. SooGeek vous fait faire le tour de ce phénomène.

 

Cet homme travesti et souriant à la pilosité flamboyante, c’est Ladybeard, le nouveau phénomène dont s’entichent les Japonais, même si sa notoriété déborde désormais largement des côtes de l’archipel. De son vrai nom Richard Magarey, Ladybeard est australien, et porter à la perfection des vêtements féminins n’est pas son seul talent puisqu’il est également chanteur de death metal et catcheur. Autant d’éléments qui en font maintenant une idole au Japon. « Je porte une robe en soirée ou pour des spectacles depuis des années, tout le monde s’amuse plus à une fête s’il y a un homme portant une robe ! », dit-il à Tokyodesu. « J’ai déjà été attaqué plusieurs fois, mais cette réaction n’est pas surprenante, du moins en Australie. »

ladybeard-crossdressing-wrestler-death-metal-singer

A l’âge de 23 ans, le jeune homme déménage de l’Australie vers Hong Kong pour se lancer dans une carrière dans les films de kung-fu et parce qu’il était déjà doué pour les arts martiaux, il reçoit une formation de cascadeur. « J’ai toujours voulu me lancer dans le catch car cela combine tout ce que j’aime : « jouer le jeu, les arts martiaux, la performance d’acteur, tout ça », précise-t-il. « Quand j’ai commencé le catch j’ai décidé de porter une robe sur le ring et de prendre le nom de Ladybeard. Tout le monde a adoré. Même après avoir commencé le catch, je voulais toujours chanter du death metal, alors je me suis mis à faire des reprises de chansons de pop cantonaise. Comme j’avais déjà une fanbase en tant que Ladybeard, j’ai repris le même alter ego pour chanter. »

ladybeard-crossdressing-wrestler-death-metal-singer

« A la fin de chaque show des gens venaient me voir pour me dire : « C’était dingue ! Tu devrais aller au Japon, parce que les Japonais adoreraient ça. » Peu après, Ladybeard a commencé à apparaitre dans des magazines japonais, et l’occasion lui est donnée de former un groupe de death metal kawaii, Ladybaby, avec les adolescentes Rei et Rie. Leur premier single est sorti en juillet 2015, et le groupe a été en tournée durant tout l’été qui a suivi ! Que prévoit de faire Ladybeard à l’avenir ? « Ladybeard va se balader à dos de triceratops bionique quand ils seront inventés ! » Cela étant dit, on espère vraiment que Ladybeard finira un jour par venir se produire de notre côté de la Terre !

 

ladybeard-crossdressing-wrestler-death-metal-singer

ladybeard-crossdressing-wrestler-death-metal-singer

ladybeard-crossdressing-wrestler-death-metal-singer

ladybeard-crossdressing-wrestler-death-metal-singer

ladybeard-crossdressing-wrestler-death-metal-singer

ladybeard-crossdressing-wrestler-death-metal-singer

ladybeard-crossdressing-wrestler-death-metal-singer

ladybeard-crossdressing-wrestler-death-metal-singer

LadyBaby-main

Le premier clip de Ladybaby : 


Définitivement, Ladybeard n’a pas fini de nous étonner, même si son succès au Japon ne nous étonne finalement pas tant que ça puisque la culture pop japonaise compte un certain nombre de succès qui paraissent improbables aux yeux des Occidentaux. On se souvient par exemple, dans un autre registre que celui du crossdresser et du death metal, de la chanteuse Kyary Pamyu Pamyu. Avez-vous envie de suivre la carrière de Ladybeard ou préférez-vous les chanteurs et chanteuses au style plus lisse ?


La pyramide de Khéops est la seule des 7 merveilles du monde à être encore debout

— @DailyGeekShow