Accueil Sciences Écologie

Réchauffement climatique : une étude révèle l’ampleur de la fonte des glaciers terrestres

Depuis 2000, ceux-ci ont en moyenne perdu 267 milliards de tonnes de glace par an

— SimonePolattini / Shutterstock.com

S’appuyant sur des données satellitaires pour suivre l’évolution de plus de 200 000 glaciers, de nouvelles recherches ont mis en évidence une perte de glace stupéfiante au cours des deux dernières décennies, continuant à s’accélérer sous l’effet du réchauffement climatique.

Une situation particulièrement inquiétante

Les glaciers sont essentiellement des masses de glace dense qui se forment à l’intérieur des terres à partir de la neige accumulée, puis descendent lentement les pentes sous l’effet de leur propre poids. Extrêmement sensibles aux fluctuations de températures, ces derniers sont considérés comme un excellent indicateur de la progression du changement climatique. Mais jusqu’à présent, la plupart des études réalisées s’étaient concentrées sur des glaciers ou des régions spécifiques.

Récemment publiés dans la revue Nature, ces travaux ont impliqué l’analyse des données relatives à environ 220 000 glaciers recueillies par le satellite Terra de la NASA, détaillant leurs changements de masse et d’épaisseur au cours des deux dernières décennies. Équipé d’une caméra multispectrale capable de produire des images stéréoscopiques à haute résolution, le dispositif évolue à une altitude d’environ 700 kilomètres, ce qui lui permet de réaliser un tour complet de notre planète toutes les 100 minutes.

Pendant 18 mois, les chercheurs ont analysé les données glanées à l’aide d’un superordinateur de l’université canadienne de Northern British Columbia, et constaté que les glaciers terrestres avaient perdu en moyenne 267 milliards de tonnes (267 gigatonnes) de glace par an entre 2000 et 2019, contribuant à hauteur de 21 % à l’élévation du niveau de la mer enregistrée au cours de cette période.

— © Luca Galuzzi / Wikimedia Commons

Il a en outre été constaté que le phénomène s’accélérait considérablement, avec une perte de glace annuelle moyenne passée de 227 gigatonnes entre 2000 et 2004 à 298 gigatonnes entre 2015 et 2019. Selon l’équipe, bon nombre des glaciers les plus impactés se situent dans des régions montagneuses telles que les Alpes et l’Himalaya.

« Des pays très peuplés comme l’Inde et le Bangladesh pourraient être confrontés à des pénuries d’eau ou de nourriture »

« La situation dans l’Himalaya est particulièrement inquiétante », a déclaré Romain Hugonnet, chercheur à l’ETH Zurich et auteur principal de l’étude. « Durant la saison sèche, l’eau de fonte des glaciers constitue une source importante qui alimente les principaux cours d’eau tels que le Gange, le Brahmapoutre et l’Indus. Mais si le rétrécissement des glaciers de l’Himalaya continue de s’accélérer, des pays très peuplés comme l’Inde et le Bangladesh pourraient être confrontés à des pénuries d’eau ou de nourriture dans quelques décennies. »

Si la majorité des glaciers de notre planète ont perdu en masse au cours des vingt dernières années, quelques exceptions, dues à des évènements météorologiques anormaux, ont également été constatées. À l’avenir, de telles recherches seront utilisées afin d’informer les dirigeants mondiaux de l’état des glaciers terrestres et des conséquences potentielles de leur déclin.

COMMENTEZ

  S’abonner  
Notifier de
Messenger
wpDiscuz