12 108 personnes connectées

Levez le voile sur un complot mondial dans Wanted, ces sublimes comics d’une violence inouïe

Un monde horrible rongé par la banalité, un personnage à l’existence minable sans espoir d’évolution et un complot mondial, voilà trois des éléments qui participent à faire de Wanted une série de comics incontournable. Entrez dans la vie de Wesley Gibson au moment où elle va se retrouver bouleversée du tout au tout par une confrérie de super-vilains à la tête du monde. SooGeek vous en dit plus sur cette série en tous points fascinante.

 

Pathétique, hypocondriaque, minable, malade, frustré, faible, seul sont autant de mots qui définissent à la perfection Wesley Gibson. Plus qu’un homme banal qui se fond dans la masse, il disparait et n’a aucun espoir (ni envie) d’améliorer sa vie. Aliéné par un travail qu’il n’aime pas, trompé par sa petite amie, abandonné de ses proches, il ne ressemble à aucun héros que vous avez croisé dans les comics. Mais sa vie va se trouver bouleversée lorsqu’il découvre que son père était un assassin appelé Le Killer. Travaillant pour une confrérie de super-vilains régnant sur le monde depuis 1986, il a mystérieusement disparu. Celui qui, jusque-là, imaginait son père comme un lâche ayant fui face à ses responsabilités parentales, décide de suivre ses pas en intégrant ladite confrérie qui lui promet un avenir glorieux en digne successeur du Killer.

 

wanted-cover

 

Divisée en 6 tomes, cette série imaginée par Mark Millar et publiée en 2003 peut facilement être considérée comme un OVNI en matière de comics. Pour ceux d’entre vous habitués aux créations édulcorées des maisons d’édition américaines, Wanted risque de vous faire un choc. Violent aussi bien au niveau du scénario que des dialogues, la série pourrait trouver des points communs avec le dorénavant célèbre Deadpool de Marvel. Mais attention, dans l’idée seulement car si les deux comics ont en commun l’envie de déranger le lecteur et l’habitude très appréciée de briser le quatrième mur, Wanted se place en comics pour adulte averti. Ici on s’identifie à la perfection au personnage et alors qu’il évolue, change de comportement et modifie quelque peu sa morale, le lecteur l’accompagne et l’encourage.

L’identification est d’autant plus surprenante que le personnage principal est un antihéros dans tous les sens du terme : en plus de ne pas être doté des capacités héroïques habituellement prêtées aux personnages principaux, il est le fils d’un criminel et souhaite reprendre le flambeau au sein d’une organisation tout aussi criminelle qui se vante d’avoir débarrassé la terre de ses héros. Jusque-là, il reste assez compliqué de comprendre en quoi il est possible de s’identifier à ce personnage qui, nous le souhaitons tous, ne nous ressemble pas. C’est dans sa transformation que Wesley Gibson séduit : face à une chance d’échapper à sa vie banale, il prend son destin en main en rejoignant The Fox, une criminelle chargée de l’entraîner au maniement des armes.

 

wanted-planche

 

Il gagne en confiance, en charisme et en charme en rejoignant cette famille liée par le sang. C’est en devenant le garde du corps personnel de Solomon Seltzer (un des 5 maîtres du monde) qu’il devient admirable. En bref, Wanted nous raconte comment Wesley Gibson est devenu un homme. Pour ce faire, l’auteur multiplie les références aux héros de la culture populaire comme Batman et place, à sa façon, la notion du complexe d’Oedipe en mettant le père et le fils au cœur de la trame.

Cette idée du passage à l’âge adulte est une habitude pour celui qui est à l’origine de Kick-Ass et KingsMan, deux œuvres mettant en scène des adolescents au moment de devenir adultes. Toutefois, l’histoire de Wesley se distingue par sa violence, sa grossièreté et sa dureté. Si vous souhaitez parcourir les pages de Wanted, soyez prévenu : le comics a souvent été critiqué pour son aspect moralisateur. A plusieurs reprises, le personnage principal brise le 4e mur pour s’adresser au lecteur et s’en moquer comme dans l’épilogue dont il se sert de tribune pour dénoncer l’aspect pathétique de la vie du lecteur dont il ne sortira jamais faute d’audace.

 

wanted-film

 

En plus de ce scénario dérangeant et addictif, la série interpelle par ses graphismes. C’est J.G. Jones qui a illustré les 6 tomes après avoir réalisé les magnifiques couvertures de la série Infinite Crisis : 52 (DC Comics). Il y joue talentueusement avec la lumière et apporte un aspect réaliste aux personnages dont les traits sont inspirés de célébrités (vous aurez certainement reconnu Eminem). De nombreux lecteurs ont aussi pu profiter de l’art de Dick Giordano(encreur et dessinateur reconnu qui a travaillé sur Teen Titans et Watchmen), qui s’est attelé à illustrer le scénario de Millar le temps d’un flash-back. Vous vous en doutez, la collection a connu un certain succès chez les amateurs de comics et a eu droit à une adaptation cinématographique, « Wanted : Choisis ton destin » avec James McAvoy, Morgan Freeman & Angelina Jolie.

Un scénario sombre, plusieurs niveaux de lecture et des collaborations réussies ont fait de Wanted une œuvre culte pour de nombreux lecteurs de comics. Millar s’amuse des scénarios manichéens et s’attelle à la critique de la société, des comics et du lecteur à travers une histoire haletante et fascinante.

Ces articles vont vous plaire

Au lieu de mettre en joue quelque vague ennemi, mieux vaut attendre un peu qu’on le change en ami

— Georges Brassens