12 771 personnes connectées

Des scientifiques ont réussi à rallonger la vie de plusieurs souris

À mesure que la science progresse, les scientifiques sont de plus en plus convaincus que le vieillissement est une maladie qui peut être arrêtée ou, du moins, ralentie. Récemment, des chercheurs de Russie et de Suède ont étudié cette hypothèse dans une étude menée par l’Université d’Etat de Moscou Lomonosov et l’Université de Stockholm. Leur étude, publiée dans la revue Aging, met l’accent sur le rôle des mitochondries dans le vieillissement des organismes.

Quelle est le fondement de cette étude ?

Sous la direction du célèbre biologiste russe Vladimir Skulachev, les chercheurs ont basé leur expérience sur une souche spéciale de souris génétiquement modifiées. Une seule mutation a été introduite dans le génome de ces souris, qui ont été créées et étudiées en Suède. Cette mutation a sensiblement accéléré la mutagenèse mitochondriale. Au lieu de vivre plus de deux ans, ces souris mutées ont vécu moins d’un an, et ont développé de nombreuses maladies liées à l’âge, soulignant les effets du vieillissement.

Comment a-t-elle été mise en pratique ? Qu’ont constaté les chercheurs?

Ensuite, les chercheurs ont traité un groupe de souris de ce type âgées de 100 jours, génétiquement modifiées avec un composé synthétique appelé SkQ1, un antioxydant artificiel qui cible les mitochondries. Il a été développé à l’Université d’Etat de Moscou dans le laboratoire de Skulachev. Le SkQ1 a été ajouté à l’eau potable de ces souris, tandis qu’un groupe témoin séparé a reçu de l’eau pure.

Après quelques temps, quand les souris étaient âgées de 200 à 250 jours, le groupe témoin avait vieilli rapidement et perdu du poids, connu une diminution de la température, développé de l’ostéoporose et de l’alopécie. Il y avait également une diminution de la mobilité et de l’apport en oxygène – à savoir tous les signes de vieillissement. En revanche, ces traits ont été considérablement atténués pour les souris traitées avec SkQ1.

Schéma d’une mitochondrie

Que nous apportent ces résultats ?

Les résultats de l’étude montrent que les mitochondries jouent un rôle clé dans le vieillissement.  » Ce travail est très utile du point de vue théorique et pratique. Tout d’abord, il démontre clairement le rôle clé des espèces d’oxygène réactif produit par les mitochondries dans le processus de vieillissement des mammifères « , a expliqué Vladimir Skulachev.  » Dans le même temps, notre étude ouvre la voie au traitement du vieillissement avec des antioxydants ciblant les mitochondries. »

Vladimir Skulachev

 

 » L’anti-vieillissement  » dans tout ça ?

Ce ne sont pas les seules expériences autour de « l’anti-vieillissement ». D’autres institutions, comme la start-up Unity Biotechnology, basée à San Francisco, cherchent à comprendre les mécanismes de la sénescence cellulaire et le ralentissement du vieillissement. D’autres dépendent de la technologie des cellules souches pour régénérer les tissus humains endommagés par le vieillissement ou la maladie.

Cellule souche

Quel avenir pour ces traitements ?

Avec ces résultats prometteurs, Skulachev travaille déjà à développer des traitements médicamenteux potentiels basés sur SkQ1. L’une est une goutte oculaire appelée Visomitine, qui a déjà été approuvée en Russie et a passé la phase 2 des essais cliniques aux États-Unis. Un autre projet actuellement en développement est une version orale de SkQ1. En Russie, ce médicament passe dorénavant sur les essais cliniques. Si tout se passe bien et comme prévu, le médicament peut être approuvé pour un usage public dans les 2-3 ans. Avec toutes ces études, nous pourrons être en mesure de ralentir rapidement le vieillissement humain ou même l’arrêter complètement…

Bientôt, le vieillissement ne sera peut-être qu’un détail de notre évolution via Depositphotos

 

Dans la vie, rien n’est à craindre, tout est à comprendre

— Marie Curie