13 029 personnes connectées

Il ne faut plus se voiler la face : les Françaises endurent le harcèlement de rue au quotidien

« Au bout de la rue » traite d’un sujet d’une banalité affligeante : l’angoisse qui pèse sur la plupart des filles qui rentrent seules chez elles. Filmé en plan séquence, ce court métrage suit les quelques minutes de trajet d’une jeune femme qui rentre de soirée. Ecouteurs, avances, insultes, respiration haletante : beaucoup se reconnaîtront dans ce film dont la simplicité suffit à révéler une vérité navrante… 

Si la rue n’est un territoire sûr pour personne, le sentiment d’insécurité est d’autant plus fort quand on est une femme, seule, tard le soir. C’est ce que le jeune réalisateur français, Maxime Gaudet, illustre parfaitement dans ce court-métrage de quelques minutes, diffusée en mars 2016. Pas de superflu dramatique, de trame, de musique ou de montage. Une vérité à l’état brut exprimée par un simple travelling parcourant les quelques mètres de trajet effectués par une jeune fille pour rentrer chez elle, au bout de la rue.

au-bout-de-la-rue-2

Car être une fille, c’est laisser de côté sa sérénité chaque fois que l’on est abordé. C’est avoir la boule au ventre quand on est seule en présence d’une homme dans une rue. C’est se sentir vulnérable face aux regards insistants ou aux remarques déplacées. C’est organiser sa soirée en prenant en considération l’idée que rentrer seule signifie s’exposer à de potentielles menaces.

Quand l’espace personnel est franchi, un choix s’impose : répondre poliment, ou feindre de n’avoir rien entendu. Dans les deux cas, le risque de violence verbale est bel et bien présent, et la peur d’une agression aussi. Il n’est pas question de faire des généralités sur le comportement de la gente masculine, mais sur les conséquences de comportement abusifs.

au-bout-de-la-rue-1 au-bout-de-la-rue-3 au-bout-de-la-rue-5 au-bout-de-la-rue-6 au-bout-de-la-rue-7 au-bout-de-la-rue-8 au-bout-de-la-rue-9 au-bout-de-la-rue-10 au-bout-de-la-rue-11 au-bout-de-la-rue-12 au-bout-de-la-rue-13

Ce court-métrage est bouleversant de vérité. A sa manière, Maxime Gaudet contribue à mettre en lumière un problème encore sous-estimé par beaucoup trop de personnes. Pour aller plus loin sur le sujet, vous pouvez visionner “Hé Mademoiselle”, un court-métrage d’animation qui dénonce avec légèreté un problème de société bien réel : le harcèlement de rue.