13 672 personnes connectées

Une petite fille de 3 ans est sauvée de ses violentes crises d’épilepsie grâce au cannabis

une-petite-fille-de-3-ans-est-sauvee-de-ses-violentes-crises-depilepsie-grace-au-cannabis-une

Une famille paisible du Colorado coulait des jours heureux jusqu’à ce que leur bébé soit victime de violentes crises d’épilepsie. Après de nombreuses tentatives de soin sans résultats, et voyant l’état de leur petite fille se dégrader à vue d’œil, Max et Paige ont alors opté pour la solution de la dernière chance : le cannabis. Découvrez le parcours de cette petite fille jusqu’à sa guérison.

En 2006, Max et Paige Figi, déjà parents d’un petit Max, voyaient la famille s’agrandir avec l’arrivée de Charlotte et Chase, des jumeaux. Ils étaient à peine âgés de trois mois lorsque la vie de toute la famille a basculé. En effet, Charlotte a été victime d’une sorte de crise d’épilepsie et immédiatement conduite à l’hôpital. Après de nombreux test (IRM, EEG, ponction lombaire), les médecins très perplexes, annonçaient que tout était « normal ».

Dès lors le cauchemar a commencé. Les crises de Charlotte étaient de plus en plus fréquentes, les séjours à l’hôpital de plus en plus rapprochés. Le verdict est tombé : Charlotte était atteinte du syndrome de Dravet. C’est une forme rare et grave d’épilepsie réfractaire dont les premières crises commencent généralement avant l’âge d’un an. Le cas de Charlotte était déjà très avancé.

une-petite-fille-de-3-ans-est-sauvee-de-ses-violentes-crises-depilepsie-grace-au-cannabis1

Les médicaments fonctionnaient de moins en moins et les crises étaient de plus en plus lourdes. Un spécialiste pensait que mettre l’enfant sous un régime cétogène serait bénéfique, celui-ci a aidé à contrôler un certain temps les crises mais a eu de nombreux effets secondaires. Le système immunitaire de Charlotte a chuté et des problèmes comportementaux ont fait leurs apparitions.

Après deux ans de régime, Charlotte avait perdu la capacité de marcher, de parler, et de manger. Elle avait en moyenne 300 crises par semaine. Son cœur s’est arrêté un certain nombre de fois, les médecins avaient même suggéré de la mettre en coma artificiel afin de pouvoir laisser son corps se reposer. C’est alors que Paige jusque-là contre, a décidé d’avoir recours à la marijuana médicale. Cela n’a pas été chose simple car Charlotte était la plus jeune patiente pour qui on envisageait ce traitement. Après de nombreuses réponses négatives, Paige a fini par obtenir la signature de deux médecins, et se procura ainsi une huile à base de marijuana pour la tester sur Charlotte.

une-petite-fille-de-3-ans-est-sauvee-de-ses-violentes-crises-depilepsie-grace-au-cannabis2

Les résultats étaient spectaculaires. Les crises ont cessé, la première heure Paige pensait à un coup de chance, une sorte de coïncidence. Puis finalement, les crises ont cessé pendant les 7 jours qui ont suivis. Charlotte recevait alors deux fois par jour dans sa nourriture une dose d’huile de cannabis.

Aujourd’hui, Charlotte a 6 ans et est en plein essor. Les crises sont limitées à une ou deux fois par mois et ne surviennent que dans son sommeil. Elle marche, se nourrit et parle de plus en plus, et est même en mesure de faire du vélo comme n’importe quel enfant de son âge.

une-petite-fille-de-3-ans-est-sauvee-de-ses-violentes-crises-depilepsie-grace-au-cannabis3

une-petite-fille-de-3-ans-est-sauvee-de-ses-violentes-crises-depilepsie-grace-au-cannabis4

une-petite-fille-de-3-ans-est-sauvee-de-ses-violentes-crises-depilepsie-grace-au-cannabis5

une-petite-fille-de-3-ans-est-sauvee-de-ses-violentes-crises-depilepsie-grace-au-cannabis6

une-petite-fille-de-3-ans-est-sauvee-de-ses-violentes-crises-depilepsie-grace-au-cannabis7

une-petite-fille-de-3-ans-est-sauvee-de-ses-violentes-crises-depilepsie-grace-au-cannabis8

Ça peut paraître surprenant de donner du cannabis à une enfant de seulement quelques mois mais on est heureux de voir que ça a porté ses fruits et que sa vie a pu être sauvée. Nous sommes ravis que Charlotte ait enfin le droit à une vie normale comme n’importe quelle petite fille de son âge. Cependant, prescrire de la drogue à un enfant reste un geste loin d’être anodin et dont il faut mesurer toutes les conséquences. Et vous, seriez-vous prêt à donner de la drogue à votre enfant pour le sauver ?

Ces articles vont vous plaire

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux