13 947 personnes connectées

Découvrez l’histoire méconnue de Turbo, justicière malgré elle de l’univers Marvel

Le catalogue de Marvel, à l’instar de son histoire, est si vaste qu’il est presque impossible d’en connaître tous les personnages. Secondaires, silhouettes, changements de nom ou tout simplement héros discrets, certains sont inconnus du grand public. Turbo fait partie de cette catégorie : apparue en 1992, elle a pourtant marqué l’histoire de la maison d’édition et fait partie de ses personnages les plus intéressants. Rencontrez cette héroïne trop longtemps restée discrète.

L’histoire de Turbo débute au début des années 1992, dans les pages du premier volume des New Warriors. Journaliste, elle avait durant toutes ses études entretenu un mépris sans bornes pour les super-héros : ne voyant pas l’intérêt de tels justiciers, elle n’avait jamais imaginé en devenir un elle-même. C’est en quelque sorte le hasard qui fit d’elle l’un des visages de New Warrior et pour bien comprendre son histoire, il faut se pencher sur un autre personnage, le scientifique yougoslave Michael Stivak. Ce dernier, aux ordres de son oncle le sénateur Eugène Stivak, avait pour mission de construire une armure surpuissante, révolution technologique et avancée d’importance en matière d’armement.

stivak-turboVision télescopique, turbines de jet et décharges d’énergie, l’armure était dotée de redoutables atouts et permettait à qui la portait de voler plus vite qu’un avion et de posséder une force incroyable. Une tenue d’exception pour l’armée américaine qui devait, à l’origine, servir à faire le bien. C’est du moins ce que pensait son créateur jusqu’au jour où il comprit que ses travaux n’avaient rien de positif et ne mèneraient qu’à la souffrance, la mort et la destruction. En effet, son oncle à l’origine de la commande, travaillait de mèche avec les Spectres Noirs, des extraterrestres métamorphes appartenant à la race des Skrulls et chassés de chez eux pour avoir étudié la magie noire. Ces derniers voyaient en la technologie de Stivak une chance inespérée de vaincre leurs ennemis de toujours, les Chevaliers de Galador.

Face au danger que représentait le fait de confier cette armure surpuissante entre des mains malintentionnées, Stivak commença à essayer de gagner du temps sur la production de son armure. Il prit soin de donner une version moins évoluée à son oncle avant de détruire toutes ses recherches et de s’enfuir avec l’outil. L’armure sur le dos, il fut accusé à tort d’être un criminel et dut trouver quelqu’un d’autre pour prendre soin de son armure. Assez étonnamment, il se tourna vers un simple courtier en assurance nommé Brock Jones. Ce dernier lui était venu en aide alors que le scientifique traversait une mauvaise passe et avait dévoilé de grandes capacités d’altruisme. Humain, sensible, il était définitivement du côté des gentils et représentait pour Stivak le parfait héritier de son unique armure.

broke-JonesC’est donc Brock Jones qui hérita de ladite armure et c’est aussi lui qui passa à l’action pour contrer les plans du sénateur Eugène Stivak alias « Kligger ». Fier de son travail en tant que justicier, il décide d’enfiler son costume de manière occasionnelle pour lutter contre le bien. Malheureusement, son épopée fut abrégée lorsque les Spectres Noirs l’éliminèrent.

Marvel n’aimant pas les histoires qui finissent mal, la maison d’édition décide de confier l’armure à un troisième personnage. Les Spectres Noirs, ayant tué le héros n’avaient aucun intérêt pour l’outil qu’il portait, n’étaient pas au fait des plans de leurs dirigeants et préféraient la magie à la technologie. Il laissèrent donc l’amure derrière eux. Récupérée par la famille éloignée du héros, elle passa plusieurs années à prendre la poussière dans le grenier de Philip Jeffries avant de tomber entre les mains de son fils, Mike. Ce dernier, passionné par les justiciers masqués, s’est un jour donné l’idée de créer un costume à l’occasion d’une soirée déguisée et s’il décida de porter celui qu’il s’était fait, il confia ce qu’il considérait comme un vieux tas de ferraille à sa meilleure amie, Michiko « Mickey » Musashi.

marvel-turbo-mickeyEvidemment, la soirée tourna au désastre quand, portant le costume, Michiko vit débarquer une horde de scientifiques armés à la recherche de la création de Stivak. Par réflexe, elle activa la machine et triompha aisément des attaquants. Si Michiko ne souhaitait pas devenir une super-héroïne, son ami Mike, lui, en rêvait : ils décidèrent alors d’utiliser tour à tour l’outil mais très vite, la jeune femme développa un talent certain pour la manier et son ami, maladroit, semblait avoir plus de difficultés. Ensemble, ils rencontrèrent les New Warriors et Mike décida de les rejoindre dans leur lutte pour le bien.

Malheureusement, il fut rapidement éliminé par la reine des Spectres Noirs qui tentait, toujours, de mettre la main sur l’armure. Ce fut à cet instant que Michiko décida de devenir une justicière. Souhaitant venger son ami, elle enfila l’armure qui serait dorénavant la sienne et partit à la recherche des Spectres, se faisant connaître sous le nom de Turbo.

new-warriors

Si son histoire ne s’arrête pas là, les origines de l’héroïne sont des plus intéressantes : destinée à devenir journaliste, rien ne la promettait à porter, un jour, le costume de Turbo. Le hasard l’aura conduite jusqu’à la création de Stivak et aura fait d’elle l’une des figures les plus emblématiques des New Warriors pour le plus grand plaisir des lecteurs. Si vous appréciez découvrir les origines des personnages les moins célèbres de Marvel, plongez-vous dans celle de l’Infirmière de Nuit, cette femme de l’ombre qui a sauvé plus d’un super héros !

Ces articles vont vous plaire

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux