12 752 personnes connectées

Ils l’ont fait : les scientifiques ont pris en photo l’horizon des événements du trou noir !

Il l’a fait : le télescope Horizon Event a réussi à prendre, ce qui se rapproche le plus d’une photo de trou noir ! Il y a quelques semaines, le DGS vous avait informé que ce réseau de télescopes était sur le point de saisir l’inimaginable, à savoir révéler l’image du point précis où plus rien ne peut s’échapper d’un trou noir, même la lumière. S’il va falloir attendre avant de découvrir ce mystérieux cliché, un grand pas dans la connaissance de l’univers vient d’être franchi.

 

La première photo de l’horizon des événements

Le trou noir est une singularité céleste très compacte dont la force gravitationnelle aspire irrésistiblement la matière en son centre. A partir de l’horizon des événements, rien, même la lumière ne peut s’échapper de l’emprise du trou noir. C’est cette ultime limite que le télescope Horizon Event a fait l’exploit de prendre en photo, ce qui constitue à ce jour, le cliché le plus proche de l’image d’un trou noir jamais réalisé !

Après cinq nuits d’observation, l’équipe de chercheurs qui travaille sur le réseau de télescopes Horizon Event a finalement réussi à saisir l’horizon des événements de deux trous noirs supermassifs. Sagittarius A se trouve au coeur de la Voie lactée, sa masse équivaut à 4 millions de fois celle du Soleil. L’autre trou noir, 1 500 fois plus massif encore, se situe au centre d’une galaxie toute proche baptisée M87.

Vous mourrez d’envie de voir le cliché ? Nous aussi ! Cependant, il faudra s’armer de patience car la photo ne sera disponible que plus tard dans l’année voire début 2018… Le trou noir est entouré par un disque de poussière et de gaz très épais, ainsi la lumière sera probablement déformée quand elle traversera son champ gravitationnel, modifiant sa luminosité et sa couleur. D’après Carole Mundell de l’Université de Bath, les scientifiques s’attendent à voir non pas un disque, mais plutôt un croissant lumineux, témoin de l’horizon des événements.

 

La performance du télescope Horizon Event

Le télescope Horizon Event relie 9 stations dispersées un peu partout dans le monde. Celles-ci comprennent soit un télescope individuel, soit un ensemble de télescope. Selon Carol Mundell, cela fait des années que les scientifiques travaillent sur le télescope Horizon Event mais l’arrivée de nouvelles matrices très sensibles comme l’Atacama Large Millimetre Array au Chili et le télescope du Pôle Sud ont permis de perfectionner le réseau.

Pour le moment, les photos sont encore de très mauvaise qualité, mais d’ici 10 à 50 ans la communauté scientifique pourra obtenir des images nettes au fil des extensions du réseau en Afrique puis dans l’espace, explique Heino Falcke de l’Université Radboud de Nimègue aux Pays-bas.

Le télescope du pôle Sud

 

L’avenir de la recherche sur les trous noirs

En plus de démystifier l’un des objets célestes les plus énigmatiques de l’univers, ces clichés devraient permettre d’étendre les champs de la recherche sur les trous noirs dont la science ne sait que très peu de choses. Jusqu’à présent, l’origine, l’évolution et l’influence des trous noirs restaient inconnus.

Les recherches les plus importantes de ces dernières années sont dues à la performance d’équipements comme le télescope Horizon Event. On ne compte plus le nombre de planètes et de corps célestes qui ont été découverts par le télescope Hubble. La découverte des ondes gravitationnelles par le LIGO (Observatoire d’ondes gravitationnelles par interférométrie laser) reste l’un des événements scientifiques majeurs de 2016.

D’après Heino, les clichés permettent déjà de  » tester la théorie de la relativité d’Einstein dans l’environnement extrême que constitue le trou noir. »

Credit : NASA

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux