13 125 personnes connectées

À Toulouse, un centre dédié à la technologie de l’Hyperloop va ouvrir ses portes

L’Hyperloop, le moyen de transport du futur, va être en partie développé en France. La société Hyperloop Transportation Technologies a annoncé, lors d’une conférence de presse, qu’elle allait installer à Toulouse un local de 3000 m². Une aubaine à la fois pour l’emploi mais aussi pour la France qui reste l’un des meilleurs pays en matière de nouvelles technologies.

Lancé en 2013, le projet Hyperloop est vu par son créateur, Elon Musk, comme le mode de transport de demain. Rappelant dans son apparence à de petites rames de train, celui-ci consiste à faire déplacer des capsules dans des tubes surélevés grâce à un champ électromagnétique. Le projet est toujours en phase de développement et a connu un premier test réussi dans le désert du Nevada. Mais il pourrait être sujet à de nouveaux tests dans peu de temps. Et c’est la France qui a été choisie pour mener les prochaines sorties de l’Hyperloop.

hyperloop-vue-coupe

Dans une conférence de presse qui s’est tenue le 24 janvier, l’entreprise Hyperloop Transportation Technologies a signé un accord de développement avec le maire de Toulouse, le président de Toulouse-Métropole, le président et le préfet de la région Occitanie. La ville cède à l’entreprise une partie des installations et une piste de l’aéroport de Francazal situé dans la banlieue de Toulouse. Le choix de Toulouse n’est d’ailleurs pas anodin car la firme américaine souhaite séduire les meilleurs ingénieurs de l’Hexagone.

Près de Toulouse, se trouvent les laboratoires de recherche d’Airbus et de Thales, l’entreprise aimerait donc que les grands noms de l’aéronautique et du spatial s’impliquent dans le projet. Mais elle souhaite également séduire les étudiants ingénieurs, Toulouse étant une grande ville estudiantine. Hyperloop Transportation Technologies promet ainsi d’embaucher 50 collaborateurs d’ici à 2020.

hyperloop-presentation

Ce futur centre de recherches et d’essai Hyperloop sera doté d’une piste d’essai d’une longueur d’environ 1 kilomètre, de quoi réaliser les premiers voyages de ce mode de transport qui fascine depuis ses débuts. A la fois opportunité unique de travailler sur un projet innovant mais aussi de créer des emplois, l’arrivée d’Hyperloop à Toulouse prouve que la France ne manque pas de ressources en matière de recherches et de développement. Il ne reste plus qu’à attendre les dates des prochains essais.

Ces articles vont vous plaire

Sans progrès, il n’y a pas de paix possible. Sans paix, il n’y a pas de progrès possible

— Kofi Annan