12 038 personnes connectées

Portrait de Talia Al Ghul, ce personnage charismatique de l’univers DC Comics au destin tragique

Longtemps restée dans l’ombre de son père, Talia s’est petit à petit détachée de Ra’s al Ghul pour devenir un des personnages les plus intéressants de l’univers de DC Comics. Cette femme au caractère fort a profondément marqué l’histoire de Batman et s’est même fait une place dans ses adaptations cinématographiques.

 

C’est en 1971 que Talia fait sa première apparition dans l’univers de Batman, quelques publications seulement après l’arrivée de son père. Tous deux créés par Bob Brown et Denis O’Neil, leurs noms signifient respectivement « Avant-garde du démon » et « Tête de démon » et pour cause, ils utilisent toutes les méthodes possibles pour venir à bout du vice et du mal dans le but de créer un monde pur de toute pollution, correspondant à leurs idéaux.
talia-batman-ras
C’est au sein de la Ligue des Ombres qu’ils mettent au point leurs plans et c’est dans cette organisation que la jeune femme a grandi. Développant d’extraordinaires compétences de combat, elle agira comme le bras droit de son père durant des années, utilisant son intelligence pour mener à bien les ordres de son père avant de lui succéder à la tête de La Ligue des Ombres. Son enfance aura été marquée par la violence de l’idéologie paternelle et par l’amour que ce dernier lui porte, bien plus fort que les sentiments qu’il éprouve pour ses deux autres enfants, Dusan al Ghul (le spectre blanc) et Nyssa Raatko.

Contrairement à l’idée que l’on se fait habituellement des vilains de l’univers DC Comics, Talia n’a rien d’un habituel méchant : dotée d’une grande intelligence, elle remet sans cesse en question les idées de son père mais décide toujours, en connaissance de cause, de se rallier à lui, ne serait-ce que par simple loyauté. Sa capacité à faire preuve de compassion quand besoin s’en fait sentir aura charmé la chauve-souris à de nombreuses reprises. Leur première rencontre n’a rien de commun : Batman la sauvera des mains de Dr Darkk, avant de la secourir à nouveau lorsque Dick Grayson décidera à son tour de l’enlever. Unissant leurs forces, Ra’s al Ghul et Bruce feront leur possible pour la retrouver.
talia-al-ghul
Prouvant à maintes reprises ses valeurs morales, Batman sera longtemps considéré par les Al Ghul comme le successeur légitime du Démon à la tête de La Ligue des Ombres. Talia finira par succomber au charme de la chauve-souris, attirée par son combat et sa morale. Son plus grand combat consistera à faire le choix entre son père, son idéologie et Batman, l’homme qu’elle aime. Face à la force de leurs sentiments, Batman et Talia finiront par se marier quand Bruce rejoindra la Ligue pour contrer les agissements de Qayin, le meurtrier de Melissandre (la mère de Talia et femme de Ras). Ensemble, ils auront un enfant, Damian Wayne.

Des années durant, l’existence de ce fils sera cachée à Bruce et ce n’est qu’à l’âge de 10 ans qu’il lui sera présenté. Elevé comme l’a été sa mère, Damian excelle dans les arts de combats mais reste un être violent en manque de reconnaissance. Confié aux soins de son père, il tentera le tout pour le tout dans le but de s’attirer les faveurs de Bruce. Malheureusement, le jeune homme ne comprendra que trop tard le fonctionnement non violent de la chauve-souris et c’est auprès de sa mère qu’il découvrira son véritable héritage, celui construit par Ra’s Al Ghul.
talia
A de nombreuses reprises, Talia viendra en aide à Bruce : bien qu’essayant de rester neutre dans le conflit qui oppose Batman à son père, elle choisira souvent le camp du héros sans jamais delaisser le Démon. Après la naissance de Damian, elle fera mine d’entretenir des rapports amicaux avec son ex-mari jusqu’à l’arrivée de Selina Kyle. En effet, la relation unissant Batman à Catwoman brisera le cœur de Talia qui, trahie, décidera de couper tout lien avec les hommes de sa vie, Bruce et Ras.

Il faudra longtemps avant que les deux personnages ne se retrouvent et malheureusement, comme cela a souvent lieu dans l’univers DC Comics, leur histoire tournera au désastre. Lorsque Bruce crée la Batman Incorporated (l’entreprise des Batmen à travers le monde) Talia s’y oppose et va jusqu’à mettre à prix la tête de son propre fils, ce dernier ayant choisi le camp de la chauve-souris. Dans le but de mettre un terme aux agissements de son bien-aimé, Talia créera un clone adulte de Damian mais ce dernier, incontrôlable, abattra Damian. Dévastés, fatigués et se détestant l’un l’autre, Talia et Bruce s’affronteront une ultime fois dans la Batcave, conduisant au décès de l’héritière du Démon.
talia-damian
Vous l’aurez compris, Talia est un personnage fascinant : tiraillée entre l’idéologie de son père et son amour pour Batman, elle représente une opportunité en or pour les auteurs de DC Comics qui n’hésitent plus à l’intégrer dans les adaptations de la maison d’édition. On retrouve notamment le personnage dans le long métrage de Christopher Nolan : « The Dark Knight Rises » dans lequel elle est interprétée par Marion Cotillard mais aussi le film d’animation dédié à Damian « Le Fils de Batman ». Les jeux vidéo ne sont pas en reste puisque le personnage peut être dirigé dans Arkham City ou encore Lego Batman. Mais c’est bel et bien dans les séries télévisées qu’elle est le plus présente puisqu’elle est apparue dans la production Batman du début des années 90 et dans un bon nombre de séries animées.

 

En plus de 40 ans, Talia est passée de l’ombre à la lumière en évoluant d’un simple personnage secondaire, fille de Ras et mercenaire de la Ligue des Ombres, à femme de Bruce Wayne et mère de son fils. L’idée qui veut qu’elle soit du côté des méchants est à nuancer tant ses actions ont permis à Batman de remplir son devoir. Sa relation avec le justicier masqué a fait les belles heures de DC Comics et son caractère a su séduire plus d’un lecteur, toujours impatient de la retrouver dans les adaptations des comic books de la maison d’édition.

Ces articles vont vous plaire

On n’a pas deux cœurs, un pour les animaux et un pour les humains. On a un cœur ou on n’en a pas.

— Alphonse de Lamartine