12 499 personnes connectées

Ce Français talentueux parcourt le monde pour transformer des bâtiments ordinaires en de sublimes œuvres d’art

Depuis les années 80, le street art s’est considérablement développé, jusqu’à devenir aujourd’hui un pan très apprécié de l’art. La France possède de nombreux talents dans ce domaine. C’est notamment le cas de Julian Malland, plus connu sous le pseudonyme de Seth Globepainter. Actif depuis les années 90, ce Parisien de naissance égaie des immeubles décatis durant ses voyages à travers le monde. SooCurious vous présente ses œuvres.


De Paris à Montréal en passant par Mexico et Baton-Rouge, Seth Globepainter (son nom de street artist) crée des dessins grandeur nature sur des façades abîmées d’immeubles. Ses œuvres sont très colorées et souvent poétiques, avec des personnages regardant dans le mur ou l’horizon lointain. Ses grandes fresques murales représentent souvent des enfants. Pour les réaliser, le Français collabore très souvent avec des artistes locaux pour s’imprégner de la culture artistique locale. Le rendu est à chaque fois magique.

visu-street-art-1 visu-street-art-6 visu-street-art-5 visu-street-art-2 visu-street-art-11 visu-street-art-10 visu-street-art-4 visu-street-art-15 visu-street-art-9 visu-street-art-13 visu-street-art-12 visu-street-art-8 visu-street-art-7 visu-street-art-14

visu street art 16

2-street-art 3-street-art 4-street-art 5-street-art 7-srteet-art 8-street-art 9-street-art 10-street-art 11-street-art 12-street-art 13-street-art 14-street-art 15-street-art 16-street-art 17-street-art street-art 6-street-art

Les œuvres de Seth Globepainter font voyager à travers le monde et prouvent surtout que le street art peut apporter de la vie et de la fraîcheur à des immeubles usés par le temps et les hommes. Si le street art vous attire, cet article sur une église transformée en skatepark avec des œuvres street art vous plaira sûrement. Que vous inspirent ces oeuvres sublimes ?

Ces articles vont vous plaire

Celui qui connaît l’art de vivre avec soi-même ignore l’ennui

— Erasme