12 022 personnes connectées

Romancière de renom, Stina Leicht vous dévoile sa vision particulière du récit d’horreur

Faire peur et être maître de l’horreur ce n’est pas à la portée de tout le monde. C’est pourquoi, une romancière de renom du nom de Stina Leicht, auteure de Cold Iron et deux fois nominée du prix Campbell, qui récompense les auteurs de science-fiction, vous explique sa vision de l’épouvante. SooGeek vous détaille sa vision des choses de ce pas !

Stina Leicht est deux fois nominée au prestigieux Campbell Award pour le meilleur auteur de roman. Le premier roman de sa nouvelle série de fantasy épique est Cold Iron.

stina-leicht-sm

« Pour moi, l’horreur ce n’est pas du gore et de la torture. Non l’horreur bien écrit est basé sur la psychologie de la peur, et vous ne pouvez pas l’obtenir sans un vrai développement. Le maintien de la tension dans la narration psychologique exige également de la finesse. Dans ce style d’écriture, vous passez beaucoup de temps dans la tête des personnages. Certains lecteurs ont très peu de patience pour cela. Un de mes films préférés est Jaws (Les Dents de la mer). J’ai lu le roman de Peter Benchley, et il était super. En fait, son mélange de non-fiction et de fiction est influent, mais je préfère le film. »

« Quand une personne passe beaucoup de temps dans un même endroit, certains aspects de sa personnalité seront exposés. J’appelle ça « le développement du caractère à travers l’établissement ». Donc il est vrai qu’à partir du moment où la caméra suit Quint sur son lieu de travail sur ??le quai, nous sommes conscients que celui-ci est un homme avec de sérieux problèmes. L’espace est lourdement décoré avec des trophées désincarnés de mâchoires de requins. A ce moment du film, Quint est en ébullition à cause des restes d’un autre requin qu’il a tué. Il a même encore du sang frais de requin sur ses mains quand il offre un verre à Brody. Ceci est un homme avec une obsession. Nous ne savons pas toute son histoire à l’avance. J’entends l’horreur dans la voix plate de Quint à chaque fois. Il est donc normal que lorsque Quint meurt dans la gueule de ce grand requin blanc ses cris sont remplis d’agonie. Ce fut si efficace que notre peur collective des requins est directement liée à ce film, même 40 ans plus tard. C’est la meilleure histoire de monstre du cinéma si vous voulez mon avis. »

Jaws

« Je suis aussi une grande fan de Stephen King que je lis depuis mes 17 ans. King est un maître dans l’horreur psychologique. Il est si époustouflant que je ne pense pas que je peux choisir une scène préférée d’un de ses romans. J’ai relu The Shining l’an dernier, et il fut tout aussi étonnant que quand je l’ai lu la première fois. Il rend l’impossible, possible. Il comprend le mal « banal » qui est juste là en nous, et qui est beaucoup plus destructeur que Grand Mal. The Shining n’est pas seulement une histoire de maison hantée. Il est axé sur ??la dépendance, et de ses effets sur la famille Torrance entièrement isolée. L’isolement, la culpabilité et l’auto-destruction, voilà la recette. King n’est pas le seul. Shirley Jackson est aussi un génie à l’horreur psychologique. Dans ses ouvrages, la folie « banale » est partout. »

Stephen-King

« Je vais mentionner un autre roman et arrêter. The Sparrow par Mary Doria Russell. Récemment, j’en suis venue à la conclusion que c’était l’un de mes préférés. Cet archétype est l’incarnation même de la tragédie et de la terreur. The Sparrow est sur la foi et le désespoir et la destruction d’un être humain, sur son intention de faire le bien. Les aspects les plus puissants de l’histoire sont la torture mentale d’Emilio et les cicatrices qu’il laisse derrière lui. C’est un livre formidable dans tous les sens du terme. »

Mary-Doria-Russell-The-Sparrow

En conclusion, pour Stina la meilleure forme d’horreur est l’horreur psychologique liée au mental des personnages, et au mal qui est en chacun de nous. Nul besoin de démon ou du diable et autres créatures monstrueuses. L’homme est déjà assez effrayant comme ça. Et vous, qu’en pensez-vous ? L’homme et sa folie sont-ils suffisants pour une bonne histoire d’horreur ?

Les premiers sentiments sont toujours les plus naturels.

— Madame de Sévigné