12 719 personnes connectées

La NASA rejoint Stephen Hawking dans son projet fou : trouver une planète habitable… ou habitée

Pour découvrir une nouvelle planète habitable pour l’homme ou déjà habitée, l’astrophysicien Stephen Hawking propose d’envoyer des sondes minuscules à la découverte du système solaire voisin. Un rêve que la NASA veut contribuer à réaliser en participant à la recherche nécessaire pour fabriquer ces sondes.

Quand on vous dit « sonde spatiale », vous pensez à Rosetta ou Curiosity ? Oubliez ces formats ! Pour aller loin, il faut être petit. Et le système d’Alpha du Centaure, objectif de ce vaste projet spatial baptisé Breakthrough Starshot, se trouve à 4,4 années-lumière de la Terre. Selon les procédés habituels, il faudrait donc plusieurs dizaines de milliers d’années à une sonde pour y parvenir… Impensable. C’est pourtant là que se trouvent les étoiles les plus proches. Selon Stephen Hawking, à l’origine de ce projet, la solution se trouve dans la miniaturisation, qui permet de lancer des sondes à 20% de la vitesse de la lumière. L’objectif serait alors atteint en une vingtaine d’années !

stephen-hawking

L’idée consiste à envoyer vers Alpha du Centaure plusieurs centaines de nano-vaisseaux, autrement dit, des sondes de la taille d’un timbre-poste. En effet, plus l’engin est petit, plus il est facile à propulser. Les sondes embarqueront donc le minimum : émetteur-récepteur radio, mémoire, caméra… En profitant des progrès technologiques stupéfiants de ces 10 dernières années. La NASA s’est donc lancée dans la recherche pour réaliser ces nano-sondes, en collaboration avec une équipe de chercheurs de l’Institut Coréen de Science et Technologie (KAIST). L’enjeu : créer des puces capables de réparer elles-mêmes les dégâts dus au rayonnement cosmique auquel elles ne pourront pas échapper, pour ne pas recourir à un blindage qui alourdirait considérablement ces objets ultra légers.

Comment propulser des vaisseaux aussi petits et légers ? Chaque sonde sera équipée d’une voile, sur laquelle seront concentrés des rayons lasers émis depuis la Terre. Il faudra pour cela fabriquer assez d’antennes pour produire environ 100 milliards de watts. Le principe de la voile n’est pas nouveau, mais il utilisait jusqu’à présent la « force radiative » des photons solaires, qui serait insuffisante pour un voyage jusqu’à Alpha du Centaure, car l’énergie solaire diminue au fur et à mesure que la distance au Soleil augmente.

voile-solaire

Starshot est un projet d’envergure, qui fait face à de nombreuses incertitudes. La distance à parcourir étant immense, la NASA prévoit de lancer un grand nombre de sondes afin de s’assurer qu’au moins certaines arriveront à bon port. Par ailleurs, le coût total de l’opération est estimé à 10 milliards de dollars. Pour le moment, le projet dispose de 100 millions de dollars permettant d’étudier sa faisabilité. Aux côtés de la NASA et de Stephen Hawking, le milliardaire russe Yuri Milner et Mark Zuckerberg soutiennent le projet, dirigé par l’ex-directeur de la NASA, Pete Worden. En attendant sa réalisation, une autre Terre sera peut-être trouvée par d’autres moyens, comme la construction d’un télescope pour laquelle le projet Blue collecte actuellement des fonds.

Ces articles vont vous plaire

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux