12 458 personnes connectées

Réparer les Vivants, Dr Wolff… Les films les plus attendus cette semaine

Comme tous les mardis, nous avons concocté la sélection de films à ne surtout pas manquer cette semaine : Mr Wolff, Réparer les vivants, Mademoiselle et Ouija : Les origines.

 

MR WOLFF

Expert comptable dans le civil, Christian Wolff mène un double vie, au profit de plusieurs organisations mafieuses parmi les plus dangereuses au monde. Lorsque ses affaires avec la mafia éveillent les soupçons du ministère de la finance, il est contraint de faire diversion en acceptant une mission de comptabilité dans une entreprise de robotique. Mais il n’est pas au bout de ses surprises…

Pourquoi on veut le voir : On raffole de thrillers mafieux, surtout quand un tel casting s’y prête. Aux côtés de Ben Affleck dans le rôle du protagoniste, qui endosse à merveille le rôle de l’expert comptable « badass », Anna Kendrick, comptable intuitive et resplendissante, ainsi que l’oscarisé JK Simmons (Whiplash), dont les prestations n’ont de cesse de nous surprendre.

 

RÉPARER LES VIVANTS  

Bercé par sa romance avec la jolie Juliette, le jeune Simon animé par l’amour et la fougue de sa jeunesse est victime d’un accident de la route. Son lit d’hôpital et les machines qui le maintiennent en vie sont le seul rempart avec la mort. La vie de Claire, éperdument amoureuse de Anne est également menacée par son coeur, malade. Les vies de ces deux protagonistes s’entrechoquent,  faisant comprendre avec une triste beauté que la mort d’un être peut sauver la vie d’un autre.

Pourquoi on veut le voir : Après deux très beaux films (Suzanne et Le Poison Violent) qui ont su convaincre, la réalisatrice Katell Quillévéré nous signe un chef-d’oeuvre d’une beauté symbolisant qu’une vie peut en sauver une autre grâce au don d’organes. Deux histoires remuantes incarnées par un casting français cinq étoiles. Intense et touchant.

 

MADEMOISELLE

Dans la Corée des années 30, sous l’emprise de la colonisation japonaise, Sookee, jeune servante maladroite et passionnée, est embauchée par Hideko dans un immense manoir sombre appartenant à son oncle tyrannique, dont elle est la femme. Elevée et façonnée par un cercle d’escrocs, Sookee va se faire passer pour la dame de compagnie de l’héritière japonaise fort séduisante, pour laisser champ libre à son compagnon, un escroc méticuleux se faisant passer pour un comte japonais.

Pourquoi on veut le voir : Une expérience d’amour et de beauté flamboyante, dont la temporalité nous laisse de marbre, mise en scène par le génie Park Chan Hook (réalisateur de Old Boy). Une photographie resplendissante, se mariant à des scènes de romance pleines de grâce. Un chef-d’oeuvre absolu à se mettre sous la dent.

 

OUIJA : LES ORIGINES

A Los Angeles dans les années 60, une veuve et ses deux filles mènent un business d’arnaques à travers des séances de spiritisme, pour les personnes désireuses de rentrer en contact avec leurs proches défunts. Mais quand un esprit impitoyable prend réellement possession de la petite Doris, la famille met tout en oeuvre pour la sauver et renvoyer cette créature maléfique de l’autre côté.

Pourquoi on veut le voir : Deuxième volet du film « OUIJA » , «  Ouija : les origines »  est en réalité la préquelle de ce premier. Afin de mieux comprendre les origines de ce jeu maléfique, le réalisateur nous plonge dans l’univers séduisant des années 60, et nous invite dans une expérience toujours plus terrifiante. Frissons garantis.

 

Toujours a l’affiche : Ta ang , un peuple en exil entre Chine et Birmanie 

Les Ta Ang (ou Palaung) forment une minorité ethnique de Birmanie, en conflit civil depuis longtemps aux abords de la frontière chinoise. Composés essentiellement de femmes de vieillards et d’enfants, ces communautés errent dans les montagnes se rattachent tant bien que mal à de faibles moyens de subsistance, espérant retrouver un jour retrouver leurs terres et renouer avec leurs familles.

Pourquoi on veut le voir : Le cinéaste Wang Bing nous signe documentaire humain et poignant, allant lui-même à la rencontre de ces réfugiés. Sans pour autant se montrer à l’écran, il nous ouvre les yeux sur ce conflit vieux depuis plus de vingt ans, mais toujours d’actualité, en laissant la parole à ces réfugiés tourmentés. Puissant et émouvant.

Ces articles vont vous plaire

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux