12 962 personnes connectées

Florence vous embarque dans une extraordinaire mission d’exploration sur Mars, simulée en conditions réelles

Après avoir été candidate pour le projet « Mars One » visant à envoyer une première colonie humaine sur la planète Mars dès 2024, la Française Florence Porcel s’est lancée dans une nouvelle aventure : participer à un programme simulant un séjour sur la planète rouge. Membre de l’équipage 148, elle raconte dans une vidéo les instants de vie qui ont rythmé cette expérience hors du commun. Durant 15 jours, la jeune auteure et comédienne, entourée de son équipage, a vécu comme une véritable astronaute. Une aventure unique que SooCurious vous invite à découvrir de ce pas.

C’est au coeur de la base de recherche de la Mars Society, dans le désert de l’Utah aux Etats-Unis, que l’aventure de Florence a débuté. Aux côtés des cinq autres membres d’équipage, elle a passé deux semaines à vivre la mission « MDRS » dans des conditions semblables à celles que connaitraient des humains sur Mars et avec tout ce qu’elles impliquent : « On mangeait comme les astronautes, on ne sortait jamais sans combinaison, nos journées étaient gérées à la minute près, on devait envoyer des rapports quotidiens à la « Terre »… Tout ça dans un environnement désert, complètement isolé, dans un paysage extraterrestre », explique Florence.

La vidéo décrit une journée type sur Mars. L’expérience avait pour but d’envisager toutes les manoeuvres à effectuer sur la planète rouge ainsi que toutes les situations que pourrait connaître l’équipage. Un reportage passionnant, en somme.

simulation-sejour-mars-1

La jeune femme semble être ressortie grandie de cette mission durant laquelle elle était chargée de la communication : « J’ai appris beaucoup de choses, notamment que je n’avais pas besoin de tout le confort qu’on a au quotidien dans nos sociétés occidentales pour être parfaitement heureuse. Je dormais très bien sur une planche en bois, je n’avais pas besoin de gadgets, on survit parfaitement bien avec une douche par semaine… Oublier le concept même d’argent pendant 15 jours fut également une vraie délivrance », se remémore Florence.

Autre point central de la mission, la solidarité qu’elle a connue avec son équipe : « J’ai appris qu’une équipe ne pouvait rester soudée que si chaque membre avait une confiance et un respect absolus envers chacun des autres – surtout quand la vie de chacun est menacée à chaque instant. J’ai appris que l’isolement n’était pas du tout synonyme de solitude : dans les missions spatiales, personne n’a jamais le droit d’être seul où que ce soit. Et ça peut être très pesant à la longue… »

simulation-sejour-mars-2

Passionnée des sciences de l’Univers et du domaine spatial, Florence n’en est pas à sa première expérience. En 2013, elle s’est portée volontaire pour participer au fameux projet « Mars One ». Ce dernier a la particularité d’offrir à quiconque se portant volontaire la possibilité d’intégrer la première colonie humaine censée vivre sur Mars dès 2024. Voilà un projet qui fascine autant qu’il effraie. En effet, il s’agit d’un voyage sans retour.

Mais pas de quoi inquiéter Florence qui, après des mois de tests, a été retenue parmi les 660 personnes sélectionnées (sur 202 586). Malheureusement, elle ne fit pas partie de la liste très restreinte des 100 finalistes : « Mars One cherchait un profil particulier et il se trouve que je rentrais dans toutes les cases. J’imagine que ça a aidé. Et je suis une communicante – or, c’est une organisation qui a besoin qu’on parle d’elle. J’imagine que ça a joué aussi. Et puis j’ai passé tous les tests demandés avec succès – jusqu’à l’entretien où j’ai lamentablement échoué ! » Composer le premier groupe à coloniser la planète Mars, beaucoup en rêvent mais ils seront peu nombreux à avoir le privilège de fouler le sol de la planète rouge dès 2024 puisqu’ils ne seront, dans un premier temps, « que » 24.

simulation-sejour-mars-3

Aujourd’hui, Florence Porcel consacre la plupart de son temps à publier des contenus en rapport avec les sciences de l’Univers et du domaine spatial. Nous vous invitons à vous rendre sur son blog ainsi que sur son compte Twitter et sa page YouTube.

A la rédaction de SooCurious, nous avons eu la chance de nous entretenir avec elle lors d’une interview pour en savoir plus sur la vie étonnante de cette jeune passionnée.

 

Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

« Je m’appelle Florence Porcel, j’ai 31 ans, j’ai commencé ma carrière dans les médias (France 5, France Inter) et je mets désormais mes compétences d’auteure et de comédienne au service de la vulgarisation scientifique – notamment sur YouTube. Mes spécialités sont les sciences de l’Univers et le domaine du spatial. »

simulation-sejour-mars-4

 

D’où vous vient cette passion pour les sciences de l’espace et de l’Univers ?

« Sûrement de ma fascination pour la Lune quand j’étais toute petite. D’aussi loin que je me souvienne, je me suis toujours posée des questions sur la vie, l’Univers et le reste. Alors je me suis plongée dans la physique, l’astronomie et l’aérospatiale à mes heures perdues… »

simulation-sejour-mars-5

 

Qu’est-ce qui vous a incité à prendre la décision de vouloir vivre le reste de votre vie sur Mars ?

« Tout m’attire vers l’espace, tout m’attire hors de la Terre. Je ne l’explique pas. Ça n’a rien de rationnel… Je sais juste que je ferai tout pour pouvoir faire un voyage hors de l’attraction gravitationnelle de la Terre un jour. Malheureusement, ma formation et mes expériences ne me permettent pas de postuler à un recrutement d’astronaute classique. Alors quand Mars One a ouvert son appel à candidature à tous les profils, j’ai tenté ma chance… »

simulation-sejour-mars-6

 

Parlons de cette expérience visant à simuler un voyage sur Mars dans le désert de l’Utah, combien de temps a duré cette aventure et quelles leçons en tirez-vous ?

« C’était une mission de 15 jours. C’était court !! Et du coup un peu frustrant, j’aimerais beaucoup en refaire, mais des plus longues (il en existe qui durent de 4 à 12 mois). Le plus frustrant, c’est d’être dans un environnement incroyable et de ne pas pouvoir le toucher, le sentir, le voir directement. Quand on a arrêté la simulation, j’ai eu besoin d’aller faire connaissance avec ce désert presque « charnellement ». Voir ses nuances de couleurs sans la paroi du casque, toucher la rugosité de sa terre sèche sur ma peau, sentir son odeur, l’air, et être au contact direct avec lui sans 12 000 couches de chaussures, vêtements, gants, combinaison…

On est humain, on a besoin de nos sens pour appréhender un milieu. Je me demande jusqu’à quel point les astronautes en mission sur Mars auront la tentation de vouloir connaître Mars avec leurs 5 sens… Faudra être sacrément solide psychologiquement.

J’ai aussi eu parfois un peu de mal avec la langue : j’étais dans un équipage où tous travaillaient dans le spatial depuis des années. Donc ils avaient une connaissance des procédures et des termes techniques que je n’avais pas, même en français ! Et comme tout se faisait en anglais, c’était parfois un peu complexe. Mais du coup, on apprend vite !

Le plus exaltant, c’était de vivre un ersatz de vie martienne. Un jeu de rôle grandeur nature où on ne jouait pas puisqu’il y avait une isolation réelle, des expériences scientifiques bien réelles à effectuer, etc. Se croire sur Mars au moins un petit peu… »

simulation-sejour-mars-7

 

Quels sont vos projets à l’avenir ? Retenter votre chance pour un voyage spatial ?

« Pour l’instant rien de concret mais j’aimerais éventuellement refaire une mission analogue plus longue, donc. Ou vivre un an dans la base Concordia en Antarctique. Je vais essayer de faire ça. »

Florence a déjà eu l’occasion d’exprimer son désir d’aller vivre sur Mars comme le montre cette vidéo :

simulation-sejour-mars-8

Cette aventure a dû être passionnante ! Nous avons été ravis d’accompagner Florence dans la réalisation de cette expérience et nous la félicitons pour avoir partagé ces instants incroyables. Auriez-vous aimé, à l’instar de Florence, vous évader à l’assaut d’autres planètes ou préférez-vous passer le reste de vos jours sur notre bonne vieille planète Terre ?