13 842 personnes connectées

Romain casse les codes de la nature à travers des sculptures hallucinantes

L’artiste autodidacte Romain Langlois marie bronze et objets naturels ou manufacturés abandonnés pour créer des sculptures étonnantes et déroutantes. En travaillant sur l’énergie présente dans la matière, le sculpteur cherche à modifier notre regard sur les éléments qui nous entourent et remettre en question nos habitudes vis-à-vis de notre environnement.

Basé en Auvergne, Romain Langlois a débuté la sculpture il y a 16 ans de manière classique. En étudiant des livres d’anatomie et de médecine, il refuse d’utiliser un modèle vivant. Ainsi, il sculpte ses premières oeuvres en approfondissant une réalité qui lui est propre, donnant vie et émotion à des bases bien sérieuses. Au fil des années, l’artiste sort de sa zone de confort et part vers un nouvel inconnu : le rapport de l’homme à son environnement. « C’est le chemin de l’amour de l’art », affirme Romain.

© Romain Langlois
© Romain Langlois

Ce nouveau souffle artistique se construit autour d’un processus artistique précis effectué par l’artiste. « Je pars dans les décharges ou dans la nature à la recherche de sédiments manufacturés originaux qui sont la base même de mon travail », explique l’artiste. Il intègre alors du bronze à ces blocs de roche et autres troncs d’arbres.

« Le bronze est comme une capsule hermétique au temps car il sera toujours présent dans des milliers d’années. La pérennité de la matière est une notion importante de mon travail, car je veux insuffler de la vie à ces rebuts pour faire réaliser à l’homme la responsabilité de ce qu’il réalise. Le bronze met en relief la notion de liquide et cavité, tout comme comme la puissance de l’évocation de la vie à travers la matière », détaille le sculpteur.

© Romain Langlois
© Romain Langlois
© Romain Langlois
© Romain Langlois

La démarche de Romain Langlois s’inscrit dans l’ère anthropocène, soit l’époque de l’histoire qui a débuté lorsque les activités humaines ont eu un impact global significatif sur l’écosystème terrestre. Pour l’artiste, l’homme doit avoir une réelle interrogation sur les matières oubliées. En permettant aux spectateurs de toucher ses oeuvres, Romain Langlois en appelle à leur sens pour redécouvrir des choses simples, pour réintégrer l’être humain dans son environnement.

« Révéler l’énergie des éléments permet de dévoiler leurs mystères au-delà de leur beauté intrinsèque. Transformer la matière permet de transformer le regard de l’individu. En regardant une de mes sculptures, la spectateur se met à douter de ce qu’il peut savoir sur la matière à cause de la torsion et de ces associations de matériaux. Ce doute provoque un questionnement qui doit faire jaillir une nouvelle conscience de son environnement chez la personne », commente l’artiste.

© Romain Langlois
© Romain Langlois

L’artiste joue sur un processus alchimique mais également sur de longs processus naturels qu’il tente de reproduire. En effet, il travaille également le carbonate de calcium, matière composant les stalagmites, formé par la chute lente et continue d’eaux calcaires et par l’effet de chute de celles-ci. Une pièce de ce type met de 12 à 16 mois pour être formée, sachant que la réussite n’est pas toujours garantie.

© Romain Langlois
© Romain Langlois
© Romain Langlois
© Romain Langlois
© Romain Langlois
© Romain Langlois
© Romain Langlois
© Romain Langlois
© Romain Langlois
© Romain Langlois
© Romain Langlois
© Romain Langlois
© Romain Langlois
© Romain Langlois
© Romain Langlois
© Romain Langlois

Les oeuvres de Romain Langlois sont déroutantes de beauté, et remettent en question tous nos aprioris sur la matière telle que nous pensons la connaitre. Vous êtes aussi impressionné que nous face à ces sublimes sculptures ? Venez ensuite découvrir le travail de Thomas qui confectionne des sculptures aussi gigantesques qu’originales avec de simples débris de bois.

Chaque année, se produisent environ 4000 séismes dans l’Himalaya soit environ un séisme toutes les deux heures.

— @DailyGeekShow