13 685 personnes connectées

Des millions de vies pourront être sauvées grâce à ce sang artificiel créé pour pallier le manque de donneurs

Une-enfant-perfusion Un enfant transfusé via Shutterstock

Ce n’est un secret pour personne : le don du sang sauve de nombreuses vies. Cependant, les instituts médicaux sont toujours en quête de donneurs qui manquent trop souvent à l’appel. Et si la solution provenait d’un sang artificiel ? Après avoir cultivé en laboratoire de vrais globules rouges avec succès, le National Health Service prévoit ainsi de transfuser du sang artificiel sur des patients dès 2017. SooCurious vous en dit plus sur cette brillante initiative.

Le « National Health Service » (NSH) prévoit de commencer à transfuser des patients avec du sang artificiel en 2017. Ce sera un des premiers essais cliniques de ce genre au monde. Pour parvenir à créer du sang artificiel, les chercheurs ont prélevé des cellules souches hématopoïétiques de la moelle osseuse de volontaires. Une fois recueillies, les cellules sont encouragées à devenir des globules à l’aide de facteurs de croissance chimiques. Le NSH prévoit également d’utiliser le sang provenant du cordon ombilical, une source également riche en cellules hématopoïétiques. Ce sang artificiel pourrait être un moyen efficace pour aider les personnes avec un groupe sanguin rare, pour lesquelles les donneurs de sang compatibles sont particulièrement rares.

Certains scientifiques travaillent déjà depuis longtemps sur un remplacement de la base même de la molécule d’hémoglobine. En Afrique du Sud, un tel produit créé à partir d’hémoglobine bovine a été approuvé pour être utilisé sur les humains en 2001. Il fait actuellement l’objet d’essais cliniques aux États-Unis pour aider à traiter l’anémie mortelle. D’autres scientifiques cherchent à savoir s’il est possible de faire des substituts de sang entièrement synthétique à base de molécules d’oxygène comme les perfluorocarbures. Mais le National Health Service a pour ambition de produire de vrais globules rouges cultivés en laboratoire.

globules-rougesGlobules rouges via Shutterstock

Cette technique devrait être efficace car en 2011 Luc Douay et son équipe de l’université Pierre et Marie Curie de Paris ont effectué la première petite transfusion de globules rouges cultivés en laboratoire sur des personnes volontaires. Ces cellules se sont comportées comme des globules rouges normaux.

L’obstacle que les chercheurs vont devoir surmonter sera donc de réussir à en produire une quantité suffisante. Luc Douay a lui-même déclaré que ce serait un grand défi de se lancer à grande échelle et générer suffisamment de cellules artificielles pour faire des transfusions régulières. Pour leur expérience, Luc et son équipe avaient injecté 10 milliards de cellules artificielles à des volontaires, ce qui est l’équivalent de seulement 2 millilitres de sang.

poche-sangPoches de sang via Shutterstock

Toutes ces recherches sont vraiment prometteuses ! À la rédaction, on espère que les scientifiques trouveront rapidement une solution pour produire à grande échelle du sang artificiel. Seriez-vous prêt à vous faire transfuser du sang artificiel ou avez-vous peur que cela cache des risques encore inconnus ?

Les plus grandes aventures sont intérieures.

— Hergé