12 650 personnes connectées

Samsung explique enfin les raisons des explosions du Samsung Galaxy Note 7

Gros scandale technologique de 2016, le Samsung Galaxy Note 7 avait fait parler de lui suite à l’explosion de plusieurs modèles à travers le monde. Samsung avait mené des tests pour connaître l’origine du problème, restant pendant plusieurs mois silencieux sur le sujet. Mais le géant coréen a enfin révélé la cause des explosions, accusant au passage deux fournisseurs.

Comptant parmi les smartphones les plus attendus de 2016, le Samsung Galaxy Note 7 a fait beaucoup de bruit, mais pas pour les bonnes raisons. Quelques jours après son lancement, des cas d’explosions causés par des batteries défectueuses ont poussé le fabricant à rappeler tous les modèles en circulation. Pour corriger le problème, Samsung avait commercialisé une deuxième vague de Galaxy Note 7 ne devant plus souffrir de ce problème, en vain.

galaxy-note-7

Ce double échec a poussé Samsung à rappeler plus de 2 millions de smartphones et à mener une enquête sur l’origine de ce dysfonctionnement très dangereux pour les utilisateurs. Et le 23 janvier 2017, la raison des problèmes du Galaxy Note 7 a été dévoilée par le site Ars Technica. Comme les spécialistes l’avaient supposé, ce sont bien les batteries qui étaient responsables des explosions du smartphone. Plus précisément, ce sont deux défauts de batteries qui sont en cause.

Le premier concerne les batteries A, celles implantées dans la première vague de Galaxy Note 7. Les batteries en question étaient trop grandes pour le boîtier causant une pliure au niveau de l’électrode négative. Ars Technica précise que  » Cela a facilité le court-circuit de la batterie et provoqué une situation d’emballement thermique dans laquelle la batterie pouvait exploser ou prendre feu ”.

Quant au deuxième problème, il concerne cette fois-ci les batteries B installées dans la vague de smartphones commercialisée. Censées ne pas avoir de souci, elles comprenaient pourtant plusieurs défauts, notamment des soudures mal réalisées et parfois l’absence de la deuxième couche d’isolant. Ars Technica explique que dans ce deuxième cas, les courts-circuits ont été causés par « l’expansion et la contraction normales des électrodes pendant la charge et la décharge de l’appareil ont engendré une pénétration des bavures dans les couches isolantes ».

Ces défauts, la firme coréenne les a présentés dans une vidéo dévoilant également les mesures mises en place pour que de tels cas ne se reproduisent plus. Samsung a d’ailleurs annoncé avoir mis en place un nouveau processus de vérification des batteries. Cependant, les deux constructeurs ayant fourni les batteries sont pour l’heure pointés du doigt.

Ces articles vont vous plaire

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux