12 508 personnes connectées

Le Rwanda est le seul pays au monde avec une majorité de femmes au parlement, la France est à la traîne

Le Rwanda est le seul pays au monde avec une majorité de femmes au parlement, la France est à la traîne

Alors que l’heure est à la recherche de la parité hommes/femmes dans la plupart des pays européens, depuis 2013, le Rwanda comptabilise plus de femmes que d’hommes dans son Parlement. Un fait unique au monde, qui laisse perplexe.

Si les femmes peinent à trouver leur place dans la société et surtout dans le monde politique, cela n’est pas le cas au Rwanda. En effet, depuis les élections législatives de septembre 2016, 51 sièges sur 80 sont désormais occupés par des femmes. Cela constitue un total de 63,75 %. Un fait guère surprenant puisque 56,3 % des membres de la chambre sortante étaient déjà des femmes.

COMMENT LES FEMMES RWANDAISES ARRIVENT-ELLES À S’EMPARER DE LA POLITIQUE ?

Il faut remonter en 1994, à la fin du génocide pour comprendre l’origine de la parité. A ce moment-là, 70% de la population était constituée de femmes. C’est pourquoi, après avoir pleuré plus d’un million de morts, elles ont décidé de devenir actrices de leur pays. Le Rwanda a alors mis en place une série de lois visant la parité.

A partir de 2003, la Constitution est modifiée pour établir « l’égalité entre hommes et femmes reflétée par l’attribution d’au moins 30 % des postes aux femmes dans les instances de prise de décision de l’Etat ».

Le Rwanda accorde un autre avantage : celui d’avoir leur nom en haut des listes électorales. Cela est totalement spécifique au système électoral du pays, accordant également de fait, 24 sièges à des femmes.

Mais contre toute attente, depuis les dernières élections législatives de 2016, 27 des 53 sièges réservés aux partis politiques et attribués au suffrage universel, ont donc été conquis par des femmes. Cela démontre l’intérêt que porte le pays à la valorisation des femmes en politique.

DES LOIS PARITAIRES MAIS SURTOUT UNE GRANDE ENVIE DE SE FAIRE ENTENDRE

Logiquement suite au génocide, près de 55 % des électeurs rwandais sont des femmes. Une donnée qui permet également d’expliquer cet élan novateur. Mais si les lois favorisent l’entrée des femmes en politique, ces dernières n’en restent pas moins dignes représentantes.

En effet, les femmes rwandaises se sentent tout particulièrement investies dans leurs prises de fonctions et souhaitent apporter de nombreux changements en se faisant entendre. Les attentes cordiales et politiques ont souvent été mises à mal et les femmes largement discriminées. Leur arrivée au pouvoir apporte un renouveau apprécié et ambitieux.

De ce fait, les femmes du gouvernement entendent bien élargir cette parité en donnant les mêmes droits à toutes les femmes, et ce, dans toutes les professions. D’autre part, la valorisation féminine n’est pas acquise dans la totalité du pays. En effet, dans le monde rural rwandais, la femme continue d’être la cible de violences en tout genre. L’idéologie discriminatoire envers les femmes doit cesser. Elles en font leur leitmotiv, accompagnées par de grandes scientifiques, chercheuses, enseignantes…

LES RWANDAISES MONTRENT L’EXEMPLE AU MONDE ENTIER

C’est par le biais d’un très regrettable événement que les femmes rwandaises ont enfin pris une place de choix dans la politique. Elles sont en train de montrer l’exemple au monde entier, en prenant doucement mais sûrement, plus d’espace en politique. Une situation qui devrait inspirer les démocraties européennes afin de réaliser un premier pas vers une réelle parité hommes/femmes.

Le tetanos qui a pourtant quasiment disparu des pays riches, tue encore 584 personnes par jour, soit 213 000 décès par an dans le monde.

— @DailyGeekShow