13 305 personnes connectées

Mais d’où vient cette manie très américaine de faire des remakes des films qui ont connu le succès ailleurs ?

Le public américain n’est pas très ouvert au cinéma du monde, mais les producteurs nord-américains ont trouvé la parade : réaliser des remakes bien américains des films qui marchent ailleurs ! Et cela fonctionne avec tout, de la comédie au thriller en passant par le film d’horreur. SooGeek vous en dit plus sur ce phénomène cinématographique avec les plus fameux exemples du genre.

 

Ce n’est pas forcément quelque chose dont nous avons connaissance dans notre vieille Europe, mais aux Etats-Unis il est très rare de voir un film non-américain être distribué. Les Américains, en général, n’aiment pas les sous-titres, et les doublages en langue anglaise apposés sur des films n’ayant pas été tournés en anglais sont pratiquement inexistants. Sans parler du fait que les Américains n’apprécient pas spécialement non plus les films dont le sujet n’est pas un minimum centré sur leur propre culture et pays. Ainsi, pour un La Môme sous-titré en anglais pour une sortie américaine et un Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain ayant connu les honneurs d’un doublage américain, ce sont des dizaines de films étrangers qui ne sortent jamais dans la moindre salle aux Etats-Unis.

 

Cependant, lorsqu’un concept fonctionne ailleurs, les Américains n’y sont pas réfractaires pour peu qu’il soit adaptable à leurs propres standards culturels. C’est ainsi qu’on a pu voir arriver sur le territoire américain toute sorte de remakes de films ayant marché ailleurs, de la comédie au film d’action en passant par le thriller et le film d’horreur, avec parfois d’importantes libertés prises par rapport à la version d’origine (autre que celles tenant de l’adaptation culturelle). De fait, si certains de ces remakes sont réalisés rapidement après le succès de leur film d’origine pour « profiter de l’idée », d’autres sont le fruit de véritables démarches artistiques. Enfin surtout, ces adaptations mises au goût des spectateurs américains brillent rarement par leur succès populaire… On vous offre un petit florilège de ces remakes à la sauce américaine, qu’ils soient eux-mêmes des chefs-d’oeuvre à part entière ou de simples bizarreries cinématographiques.

 

New York Taxi – remake de Taxi

new-york-taxi

new-york-taxi

taxi_1998

Eh oui vous avez bien lu, le film produit par Luc Besson a eu droit à son remake américain, produit par… Luc Besson. Le tout se déroule dans la ville de New York, comme le laisse fortement présager le titre, avec Queen Latifah pour tenir le rôle du chauffeur de taxi survolté qui doit s’associer à un policier, ici joué par Jimmy Fallon. Cependant, si la recette a pu fonctionner en France (et on se demande encore comment…), elle n’a pas fait florès aux Etats-Unis où le film n’a même pas réussi à doubler sa mise de départ de 24 millions de dollars de budget…

 

Dinner for Schmucks – remake du Dîner de cons

The-dinner

diner-de-cons

Sans transition, l’une des comédies françaises les plus populaires de ces dernières années a elle aussi connu l’honneur discutable d’être adaptée aux Etats-Unis. On le sait, la comédie est l’un des genres qui s’exportent le moins bien, dans un sens comme dans l’autre, comédie romantique à part, ce pourquoi les producteurs ont mis les bouchées doubles pour donner aux spectateurs américains l’envie de voir ce Dîner de cons remis à leur goût, budget très élevé pour une comédie (69 millions de dollars) et casting de prestige comportant Steve Carell et Paul Rudd à l’appui. Las, le film n’a pas vraiment non plus connu le succès.

 

Les Infiltrés – remake d’Infernal Affairs

les-infiltrés

les-infiltrés

infernal-affairs

infernal-affairs

Qu’on se le dise, l’Asie est, avec l’Europe et l’Inde, un autre pôle cinématographique majeur dans le monde à part les Etats-Unis. Il n’est donc pas étonnant que les producteurs américains aillent y piocher des sources d’inspiration. Sauf qu’ici, c’est Martin Scorsese qui s’y colle pour faire un remake de l’un des meilleurs thrillers hongkongais de ces dernières années, Infernal Affairs, qui avait tout de même été distribué en Occident. Si Les Infiltrés n’a pas connu un succès monstrueux du point de vue des chiffres bruts, le film a tout de même été salué par la critique grâce à sa qualité et aux prestations de Leonardo DiCaprio et de Matt Damon. Comme quoi, remake n’est pas synonyme de manque de qualité.

 

The Grudge – remake de Ju-on 

the-grudge

the-grudge

ju-on

ju-on

L’horreur se prête particulièrement bien au remake re-localisé, et aucun exemple n’est plus parlant en la matière que The Grudge, remake du film d’horreur japonais Ju-on. Peu de personnes peuvent en effet se targuer d’avoir connu la version originale avant que la version américaine dans laquelle jouent Sarah Michelle Gellar et Jason Behr ne déferle sur le monde. Fait étonnant et parlant, c’est le réalisateur de la version originale japonaise du film, Takashi Shimizu, qui réalise ce « portage » américain et occidental, et bien que les personnages soient des occidentaux, l’action est tout de même située au Japon… Car après tout, ce qui faisait toute la spécificité de Ju-on, c’est son lien très fort à la culture japonaise.

 

Funny Games U.S. – remake de Funny Games 

funny-games-us

funny-games-us

funny-games-original

Véritable cas à part, Funny Games U.S. est un remake quasiment plan par plan de Funny Games premier du nom, et que le réalisateur du premier film, Michael Haneke, décide de réaliser lui-même. Cette nouvelle version, tournée en langue anglaise là où la première avait été tournée en allemand, reprend le grand principe de la première version. Haneke, qui aurait voulu tourner la première version du film aux Etats-Unis, se montra intéressé par l’idée, notamment car elle lui permettait de tourner avec Naomi Watts. Au final, dans une version comme dans l’autre, Funny Games est un film qui porte un discours critique sur la violence, et dont le succès est analysé par Haneke comme une incompréhension du public, puisque le film n’a jamais cherché à plaire.

 

Décidément, l’industrie du cinéma américain ne cessera jamais de nous étonner pour trouver de la ressource… même quand il s’agit d’aller pomper discrètement ailleurs pour en faire une adaptation ayant un esprit plus… américain :P. Et vous, préférez-vous ces remakes lissés ou leurs versions originales plus spécifiques ?

Echouer, c’est avoir la possibilité de recommencer de manière plus intelligente.

— Henry Ford