12 158 personnes connectées

Des patients paraplégiques retrouvent leur motricité grâce à la réalité virtuelle

Entièrement paralysé des jambes, Juliano Pinto ne pensait pas pouvoir remarcher un jour et encore moins jouer au football. Pourtant, c’est bien lui qui ouvrit la coupe de monde de football de 2014 à São Paulo avec le premier tir. Si l’interface neuronale directe lui permit grâce à un exosquelette, de retrouver sa mobilité pour le match, le consortium de recherche international à but non lucratif the Walk Again Project (WAP) pourrait bien libérer en partie les paraplégiques de leur handicap grâce à la réalité virtuelle…

Le docteur Miguel Nicolelis, directeur des recherches de l’université Duke en Caroline du Nord, explique que dans un premier temps, les chercheurs ne relevaient aucune activité cérébrale chez les patients paraplégiques qui imaginaient l’action de marcher, comme si leur cerveau avait oublié le concept de marcher. WAP travaille depuis 2 ans sur des moyens de restaurer le contrôle musculaire des membres inférieurs ainsi que certaines sensations aux personnes paraplégiques, grâce à la réalité virtuelle.

realite-virtuelle

L’étude publiée le 11 Août dans Scientific Reports démontre que les 8 patients, qui ont participé à l’expérience, ont déjà regagné un peu de contrôle moteur. Les patients furent installés dans un environnement de réalité virtuelle grâce à l’Occulus Rift, au sein duquel ils devaient contrôler un avatar d’eux-mêmes sur un terrain de football. Ils portaient également un T-shirt conçu par les scientifiques pour rétablir la proprioception dans leurs avant-bras, substituant ainsi les bras aux jambes. Ainsi trompés, les patients retrouvèrent la sensation de marcher.

Après avoir réappris le concept de marche, chaque patient fut placé dans un exosquelette personnalisé. Ce dernier enregistre les signaux dans la tête du sujet pour les transmettre à l’ordinateur placé dans son sac à dos. Quand le patient s’imagine marcher, l’exosquelette effectue l’action. Après une heure passée dans l’exosquelette, les patients étaient capables de revitaliser certains nerfs endormis pour envoyer des signaux au cerveau et produire volontairement des mouvements.

exosquelette

Ils purent retrouver certaines sensations au niveau de la région pelvienne et des membres inférieurs, ainsi que contrôler certains muscles et fonctions vitales comme la vessie et les sphincters. Si plusieurs traitements existent comme les implants électroniques et les cellules souches, Nicolelis explique que l’interface neuronale directe développée par WAP est le traitement le moins invasif et le plus efficace pour rétablir le fonctionnement du corps.

Nicolelis est favorable à la combinaison des traitements pour soigner le handicap. Qui sait ce dont est capable l’esprit associé à la technologie, peut-être qu’un jour les paraplégiques pourront retrouver définitivement leur mobilité…

Ces articles vont vous plaire

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux