13 737 personnes connectées

Véritable hybride, ce robot a été conçu à partir de cellules de rat

La robotique n’est pas au bout de ses surprises. En mélangeant les cellules cardiaques d’un rat avec du silicone et des implants mammaires, des scientifiques ont imaginé le robot de demain. Développée par une équipe de chercheurs de l’université Harvard, cette merveille bio-mécanique fléchit et nage comme une véritable raie. 

Le « robot raie » est constitué de quatre couches distinctes : un substrat de silicone qui forme le corps, un système squelettique en fil d’or, une deuxième couche de silicone qui isole le squelette et, enfin, 200 000 cellules de rat génétiquement modifiées. Ces cellules sont conçues pour se contracter lorsqu’elles sont exposées à une longueur d’onde spécifique de la lumière. De plus, la « forme de vie biologique », comme le chercheur principal, Kit Parker, la décrit, suit automatiquement la source de lumière lorsqu’elle nage dans le liquide riche en nutriments qui maintient ses cellules vivantes, lui permettant ainsi d’être contrôlé à distance.

Crédit photo: Karaghen Hudson and Michael Rosnach
Crédit photo: Karaghen Hudson and Michael Rosnach

Mesurant environ 1 cm pour un poids de 10 grammes, ce robot nage et ondule exactement de la même manière qu’une raie lorsqu’il est exposé à la lumière. « On ne pourrait pas reproduire ce mouvement avec l’électronique et des actionneurs embarqués tout en gardant autant de légèreté et maniabilité », explique Adam Feinberg, un roboticien ayant travaillé sur ce projet. Le biorobot ne peut cependant pas survivre à l’extérieur du laboratoire.

En effet, les cellules de rat n’ont pas de système immunitaire et seraient immédiatement attaquées par des bactéries et des agents pathogènes. Cependant, ce rat est-il considéré comme un organisme vivant ? « Je pense que nous avons une forme de vie biologique ici », explique Kit Parker, « une machine, mais une forme de vie biologique. Je ne voudrais appeler cela un organisme, car il ne peut pas se reproduire, mais il est certainement en vie. »

Crédit photo: Karaghen Hudson and Michael Rosnach
Crédit photo: Karaghen Hudson and Michael Rosnach

« Les roboticiens et les ingénieurs peuvent dorénavant concevoir d’utiliser des cellules biologiques comme matériau de construction », a déclaré Parker. « Les biologistes marins peuvent s’intéresser à ce sujet afin de comprendre pourquoi les tissus musculaires des rayons sont construits et organisés de cette façon-là. »

La modification génétique pourrait donc, si elle associée à la robotique, permettre de fabriquer les robots de demain et permettre de grandes avancées technologiques. Si la robotique vous intéresse, n’hésitez pas à découvrir ce robot doté d’un système nerveux artificiel qui réagit à la douleur.

Ces articles vont vous plaire

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux