12 837 personnes connectées

Ces études sont accablantes : il n’y a jamais eu autant de CO2 dans l’atmosphère que depuis l’ère des dinosaures

La question du rejet de CO2 est un enjeu crucial depuis de nombreuses années. Pire, la nécessité de moins rejeter de gaz à effet de serre (dont le CO2) est au cœur des débats politiques. Le monde moderne n’a de fait jamais connu une telle présence de carbone dans l’atmosphère, même si un phénomène semblable a eu lieu au temps des dinosaures. SooCurious vous explique tout cela.

C’est un fait : l’atmosphère actuelle est très riche en CO2, un gaz à effet de serre responsable en partie du réchauffement climatique. Cette forte présence est due à la pollution des pays du monde et globalement à l’activité humaine. Aujourd’hui, les humains émettent en moyenne pratiquement 40 milliards de tonnes de CO2 chaque année, ce qui est considérable. Pourtant, des chercheurs spécialisés dans l’étude des sédiments anciens affirment que des rejets en carbone similaires ont eu lieu au temps des dinosaures.

visu-carbone-1Un nuage de fumée via Shutterstock

Ce pic de rejet de carbone a eu lieu il y a environ 56 millions d’années et a engendré une augmentation énorme de la température. Pour cela, on parle du maximum thermique du Paléocène-Eocène. Ce soudain relâchement de carbone dans l’atmosphère a entraîné logiquement un réchauffement du climat. Les chercheurs se sont d’ailleurs servis de l’analyse de cet événement pour expliquer le phénomène que nous connaissons aujourd’hui. Néanmoins, les études le confirment : le maximum thermique du passage Paléocène-Eocène (PTEM) n’a pas eu la même ampleur que ce que nous connaissons actuellement. Pour connaître l’ampleur de cet événement, les chercheurs ont analysé des sédiments.

Les chercheurs ont analysé les sédiments posés au fond de l’océan à cette période et ont pu déduire la quantité de carbone présente dans l’atmosphère à cette époque et surtout l’intensité de ce phénomène. Le PTEM s’est échelonné sur 4 000 ans, à raison de 0,6 à 1,1 milliard de tonnes de carbone rejetés. Le climat a donc augmenté de 5 °C à cause de ces rejets. Les recherches montrent que ce phénomène a été relativement petit par rapport aux rejets actuels. Les conclusions sont donc difficilement applicables à maintenant. Par rapport à la faune de l’époque, il semble que ce réchauffement ait abouti à une migration des espèces vers des latitudes plus fraîches. En outre, le PTEM a influé sur la destruction des coraux et la disparition d’espèces des profondeurs.

visu-carbone-2De ce que les experts en savent, le maximum thermique du passage Paléocène-Eocène est le plus important relâchement de CO2 connu depuis 66 millions d’années. Une fois cela dit, force est de constater que ce que nous connaissons actuellement soit sans précédent. Il est donc assez difficile de comprendre clairement la situation. C’est aussi un enjeu pour les pays et les organisations qui souhaitent préserver l’environnement. En ce qui concerne l’origine du PTEM, les scientifiques ne sont pas d’accord : météorite, fuite de méthane, rien ne peut être certifié. Seuls les résultats sont connus. Il semble d’ailleurs que les comportements des espèces vivantes aient changé après cet événement bien qu’elles aient eu des milliers d’années pour s’adapter à ce changement climatique.

visu-carbone-3La conclusion est simple : le phénomène de changement climatique que nous connaissons est sans égal dans l’Histoire. Depuis le PTEM, rien de semblable n’a été observé. Il est donc assez difficile de pouvoir comparer et d’en tirer des conclusions. L’enjeu est donc de taille, surtout lorsque l’on sait que de nombreuses espèces pourraient disparaître à cause de ce réchauffement climatique.

Ces articles vont vous plaire

Celui qui ne connaît pas l’histoire est condamné à la revivre

— Karl Marx