13 730 personnes connectées

Pour réussir leurs examens, des lycéens piratent les ordinateurs de leurs professeurs afin de modifier leurs notes

une test

Lorsque vous étiez étudiant, vous avez peut-être rêvé de pouvoir modifier les résultats d’une épreuve que vous aviez ratée… Eh bien, des lycéens américains l’ont fait ! La scène s’est déroulée dans un établissement californien où plusieurs élèves ont réussi à accéder à distance aux ordinateurs de leurs professeurs afin de changer leurs notes aux examens.

Heureusement, la dizaine d’élèves mis en cause a depuis été expulsée, mais le problème reste entier. Les malfaiteurs étaient parvenus à installer des keyloggers sur les machines de leurs enseignants. Ces logiciels servent à enregistrer toutes les touches saisies sur un clavier puis à envoyer le rapport à celui qui les a mis en place, par mail par exemple. C’est de cette façon que les tricheurs ont pu récupérer les mots de passe des professeurs afin d’accéder à leurs ordinateurs. Il leur a ensuite suffi de modifier les notes qu’ils avaient reçues aux précédents contrôles et même de prendre connaissance des prochains sujets d’examens.

C’est un professeur qui a alerté le responsable informatique de l’école en lui affirmant qu’il avait remarqué que certaines notes avaient été modifiées. La police a alors ouvert une enquête et a démasqué les tricheurs. Par ailleurs, les autorités soupçonneraient le tuteur d’avoir incité les élèves à monter cette opération. Cet individu était en relation avec plus d’une centaine d’étudiants et a désormais pris la fuite. D’autres jeunes pourraient être impliqués.

des-lyceens-ont-pirate-lordinateur-de-leur-professeur-pour-tricher-aux-examens3

des-lyceens-ont-pirate-lordinateur-de-leur-professeur-pour-tricher-aux-examens5

des-lyceens-ont-pirate-lordinateur-de-leur-professeur-pour-tricher-aux-examens6

Voilà une nouvelle qui a de quoi inquiéter les enseignants et pourrait donner de mauvaises idées à des petits malins. Si des parades existent déjà pour contrer ce système, telles que le clavier virtuel utilisé par les banques (qui demande de cliquer sur des lettres ou des chiffres dans une fenêtre de l’écran), la protection informatique dans les établissements scolaires est plutôt faible. Nous espérons qu’en France, les professeurs sont préparés à d’éventuelles attaques de ce genre et que ce type d’intrusion n’a pas déjà été employé dans notre pays. Pensez-vous qu’à cause de la technologie, l’éducation nationale devra bientôt faire face à de nouvelles méthodes de triche  ?

Ces articles vont vous plaire

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux