13 535 personnes connectées

Pour aider ses citoyens à sortir de la crise, l’Islande annule une partie de leurs dettes

pour-aider-ses-citoyens-a-sortir-de-la-crise-lislande-annule-une-partie-de-leurs-dettes-une

Gravement touchée par la crise financière apparue depuis 2008, l’Islande met tout en oeuvre pour redresser son économie. Ainsi, le gouvernement a décidé d’annuler une partie de la dette hypothécaire des citoyens. DGS vous décrypte cette décision.

En 2008, la crise financière dite des « sub primes » a touché le milieu bancaire mondial et entraîné une nouvelle crise, la crise de la dette des États. Parmi les pays concernés, l’Islande a été l’un des plus touchés par cette crise. De nombreuses banques ont été obligées de faire faillite et le scandale a fait monter la grogne des habitants. Jusqu’à ce que le gouvernement n’emploie les grands moyens pour redresser la situation économique du pays.

Ainsi, Reykjavik n’a jamais tenté de venir au secours de ses banques et s’est concentré sur la dévaluation de la monnaie islandaise, la couronne. Un acte qui diminue le taux de change de la monnaie, ce qui a pour effet d’augmenter la compétitivité de la monnaie face aux autres devises dans le monde (en l’occurrence l’euro et le dollar, beaucoup plus forts). Cette baisse de 70% a entraîné une grosse inflation et un gel des salaires pendant quelques années, mais les efforts ont payé : la croissance est revenue en Islande.

lislande-va-annuler-une-partie-de-la-dette-de-ses-habitants-pour-redresser-leconomie-du-pays1

Le nouveau gouvernement islandais, qui a été élu en juin, a décidé de poursuivre les efforts et d’aller encore plus loin pour permettre à la population de respirer un peu (les mesures du gouvernement précédent n’ont pas été sans conséquences négatives pour les habitants, qui ont vu apparaître des cas de pauvreté extrême qui n’existaient pas auparavant). Ainsi, le gouvernement veut opérer l’annulation d’une partie de la dette des ménages pour un montant d’à peu près 80 milliards de couronnes islandaises (500 millions d’euros). Ce plan s’échelonnera sur quatre ans et mettra en place dès la mi-2014 une réduction des prêts aux habitants de 24 000 €, ce qui représenterait une baisse de 13% de la dette des ménages islandais.

Pourtant, ce pari n’est pas sans risque. Les institutions économiques internationales comme le Fonds Monétaire International (FMI) et les fameuses agences de notation préviennent que cette décision manque de « marges de manoeuvres » tandis que l’agence Standard & Poors a d’ores et déjà annoncé qu’elle pourrait abaisser à nouveau la notation du pays (actuellement à BBB-). Comme l’expliquent nos confrères du site La Tribune : « Si le déficit budgétaire dérape, si le système bancaire se grippe entièrement, le pays pourrait avoir de réelles difficultés de financement. » Mais cela ne pose pas de problème dans les calculs du gouvernement : le pays est excédentaire et cet excédent, couplé à des rentrées fiscales et aux finances libérées par l’annulation de la dette, pourrait compenser le déficit budgétaire du pays.

lislande-va-annuler-une-partie-de-la-dette-de-ses-habitants-pour-redresser-leconomie-du-pays2

pour-aider-ses-citoyens-a-sortir-de-la-crise-lislande-annule-une-partie-de-leurs-dettes2

C’est une bonne nouvelle pour les islandais ! Mais si l’on en croit certains experts, il faut faire attention et surveiller les conséquences du pari qu’a fait le gouvernement : c’est un peu quitte ou double puisque l’économie pourrait être soulagée, mais elle pourrait au contraire plonger à nouveau si le déficit budgétaire s’agrandit. À la rédaction, certains pensent que cela pourrait être une bonne solution à appliquer pour que la Zone Euro se sorte finalement de cette crise. Et vous, pensez-vous que le cas de l’Islande soit à prendre en exemple ou bien qu’il faille continuer les efforts employés en France depuis le début de la crise ?

Ces articles vont vous plaire

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux