13 684 personnes connectées

L’Homme creuse sa propre tombe : plus de 3 millions de personnes meurent chaque année à cause de la pollution

une-pollution-mort Emissions de fumée polluante via Shutterstock

Une nouvelle étude dévoile que la pollution atmosphérique tue 3,3 millions de personnes par an dans le monde, incluant une révélation étonnante : l’agriculture y est également pour quelque chose. L’étude prévoit également que si les tendances ne changent pas, le total de victimes par an doublera pour atteindre environ 6,6 millions par an d’ici à 2050.

« Environ trois quarts des décès sont des accidents vasculaires cérébraux (AVC) et des crises cardiaques », a déclaré l’auteur principal de l’étude Jos Lelieveld de l’Institut pour la Chimie Max Planck en Allemagne. « Environ 6 % de tous les décès dans le monde chaque année se produisent prématurément en raison de l’exposition à la pollution de l’air ambiant. Ce nombre est plus élevé que ce que la plupart des experts avaient prévu il y a 10 ans », a déclaré Jason West, un professeur des sciences de l’environnement de l’université de Caroline du Nord qui ne faisait pas partie de l’étude, mais qui en fait l’éloge.

pollution-agriculture-population-3

Selon Lelieveld, la pollution de l’air tue plus que le VIH et le paludisme réunis. Avec près de 1,4 million de décès par an, la Chine détient la plupart des accidents mortels causés par la pollution de l’air, suivie par l’Inde (645 000) et le Pakistan (110 000). Les Etats-Unis se classent au 7e rang, avec 54 905 décès en 2010. L’étude démontre que l’agriculture joue un rôle important dans ce chiffre, puisque 16 221 des décès outre-Atlantique ont été provoqués par la pollution qu’elle engendre. Les centrales électriques, quant à elles, ont causé la mort de 16 929 personnes.

Dans le Nord-Est américain, toute l’Europe, la Russie, le Japon et la Corée du Sud, la pollution due à l’agriculture est la première cause de ces décès. Avec 664 100 décès à l’échelle mondiale, elle représente la deuxième cause de décès entraînés par la pollution. Le problème avec les exploitations agricoles vient de l’ammoniac présent dans les engrais et les déchets animaux, certifie l’étude. L‘ammoniac se combine avec des sulfates et nitrates qui proviennent des plantes et des gaz d’échappement des voitures pour former des particules de suie. A Londres, par exemple, la pollution du trafic routier est transformée en suie une fois mélangée avec de l’ammoniac, les particules sont ensuite emportées par les vents dans les villes voisines.

pollution-agriculture-population-1

« Nous avons été très surpris, mais au final, c’est plutôt logique », a déclaré Lelieveld. « Les émissions agricoles sont de plus en plus importantes, mais ne sont pas réglementées », a affirmé Allen Robinson, professeur d’ingénierie à l’université Carnegie Mellon, qui n’a pas participé à l’étude mais la prend très au sérieux. La pollution de l’air par l’ammoniac provenant des fermes peut être réduite « pour un coût relativement faible », a déclaré Robinson, « peut-être que cela va aider à accorder plus d’importance à la question ».

pollution-agriculture-population-2

Effrayant ! A la rédaction, nous avons été choqués par ces chiffres et par cette révélation inattendue. Et vous ? Pensez-vous que des efforts peuvent être faits pour améliorer la qualité de l’air ou que le mal est déjà fait ?