12 688 personnes connectées

Pourquoi autant de Français sont-ils allergiques au pollen ?

pollen-allergie30% des Français sont allergiques au pollen via Shutterstock

Chaque année à la même époque, beaucoup sont atteints du « rhume des foins », ou allergie au pollen, qui s’accompagne de symptômes désagréables. De sa cause aux moyens de s’en prémunir, SooCurious vous en dit plus sur ce phénomène.

Le pollen se présente sous la forme d’une fine poussière de petits grains d’un diamètre de 20 à 60 micromètres en forte concentration dans l’air (environ 40 particules par mètre cube). En réalité, ces spores sont émis par les étamines, les organes de reproduction végétale, dans l’objectif qu’ils se déposent sur le pistil, l’appareil reproducteur femelle des fleurs.

 

Les étamines d’une amaryllis :

Etamines-amaryllis

Ce pollen, dont la concentration dans l’air connait un pic de mars à juin, est émis par plusieurs types de végétaux, mais n’est nocif pour l’Homme que chez une quinzaine de familles de plantes, comme chez les bétulacées (bouleau, noisetier), les oléacées (frêne, troène) ou encore les agacées (chêne, platane).

Cette allergie, qui se produit chez 30 % des Français, se manifeste par la production d’anticorps IgE, pour Immunoglobuline E, qui sont dirigés contre ces substances étrangères que sont les pollens. Dès lors, chez les sujets allergiques, les anticorps vont se fixer aux mastocytes, des cellules granuleuses de l’organisme, qui vont ensuite libérer plusieurs substances responsables des symptômes allergiques. Les personnes non allergiques, elles, produisent des anticorps différents, nommés IgG, qui sont éliminés par le système immunitaire après avoir interagi avec le pollen.

 

Du pollen (colorisé artificiellement) : 

Pollen

Les symptômes du rhume des foins vont du nez irrité au larmoiement en passant par les yeux rouges, des éternuements, une toux, ou même de l’asthme ou de la fatigue. Et l’allergie, qu’on nomme aussi pollinose, touche essentiellement les adolescents et les jeunes adultes, puis tend à diminuer avec l’âge.

En outre, elle atteint certaines personnes prédisposées par leur génétique puisque la pollinose est héréditaire. Ainsi, un enfant présente 50 à 80 % plus de risque d’être allergique au pollen si un ou deux de ses parents le sont déjà.

Fillette-allergique-shutterstock Une fillette allergique via Shutterstock

Pour faire face à ce phénomène récurrent qui gêne chaque année plusieurs millions de personnes, il existe plusieurs réflexes à adopter. Il faut, par exemple, se rincer les cheveux le soir avant le coucher, ce qui évite au pollen accumulé durant la journée de se déposer sur l’oreiller. Il est aussi conseillé d’aérer sa chambre tôt le matin, de ne pas sécher son linge en extérieur, de garder ses fenêtres fermées lorsqu’on roule en voiture ou même d’éviter au maximum de se frotter les yeux.

Enfin, il faut également savoir que la consommation de tabac aggrave les réactions allergiques, ou encore qu’en bord de mer, la concentration en pollens dans l’air est plus faible.

Bord-de-mer

Sans être extrêmement dangereuse, la pollinose présente un léger risque sanitaire et doit, à ce titre, être surveillée. Mais grâce à la médecine et au savoir humain, elle est de moins en moins nocive et ses symptômes de plus en plus évitables. Si votre santé vous intéresse, découvrez également les effets sanitaires néfastes des boissons énergisantes.

Ces articles vont vous plaire

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux