12 752 personnes connectées

Aidez la NASA à trouver la neuvième planète du Système solaire !

Depuis que Pluton a été déclassée au rang de planète naine, notre système solaire ne comptait plus que 8 planètes officielles. Cependant, des chercheurs du California Institute of Technology (Caltech) ont publié des travaux évoquant la possible existence d’une planète fantôme non découverte à ce jour, la Planète X. Afin de partir à la recherche de la neuvième planète, la NASA a monté un projet participatif, le Backyard Worlds : Planet 9, en partenariat avec de nombreuses institutions scientifiques et universités.

Y-A T-IL UNE NEUVIÈME PLANÈTE DANS NOTRE SYSTÈME SOLAIRE ?

 

Les travaux de Brown et Batygin ne peuvent être considérés comme une découverte à proprement parler car les scientifiques n’ont pas apporté la preuve de son existence, en revanche, ils constituent à ce jour l’étude la plus solide sur la planète X. Plusieurs planètes naines ont été découvertes au-delà de l’orbite de Pluton, toutes disposaient d’orbites elliptiques similaires, ce qui est extrêmement rare. La similarité de ces orbites peut résulter de la présence d’une planète à proximité dont la force gravitationnelle serait suffisante pour influer sur les orbites, d’où l’hypothèse de la neuvième planète.

La neuvième planète devrait être d’une taille avoisinant celle de Neptune, avec une masse égale à dix fois celle de la Terre, ce qui implique qu’elle serait gazeuse et non rocheuse comme la Terre. Elle se situerait sur une orbite évoluant à une distance de 4,5 milliards de kilomètres du Soleil. Si cette orbite est en moyenne vingt fois plus éloignée que celle de Neptune, la planète X ne serait pas si éloignée du centre du système solaire, ce dernier s’étendant bien au-delà des huit planètes que nous connaissons, jusqu’à une année-lumière du Soleil.

La Terre comparée à Neptune

 

BACKYARD WORLDS : PLANET 9, UN PROJET SCIENTIFIQUE OUVERT A TOUS

 

Le Backyard Worlds : Planet 9 consiste à développer un programme de recherche participatif ouvert à tous. Le projet favorise la collaboration entre divers organismes scientifiques (Université UC Berkeley, Musée d’histoire naturelle de New York, Arizona State University, Space Telescope Science Institute, Zooniverse) et le grand public, qu’il s’agisse de néophytes ou de personnes plus qualifiées en astrophysique. En effet, tout internaute volontaire peut participer au projet à partir du site Backyard Worlds : Planet 9, cette initiative permet d’ouvrir les portes de la recherche spatiale à tous les passionnés de l’univers dans une conception citoyenne de la science.

Le télescope infrarouge WISE, chargé d’ identifier les planètes ou les petites étoiles, est aujourd’hui mis au service de la recherche de la neuvième planète ainsi que des naines brunes, des étoiles froides dotées d’une faible luminosité et de ce fait, difficile à observer par un télescope conventionnel. Les internautes seront ainsi chargés d’observer les images animées produites par le télescope.

Le télescope WISE

RASSUREZ-VOUS, LES ALGORITHMES SERONT LÀ POUR VOUS AIDER

 

L’investissement du public permettra de simplifier le travail des scientifiques. En effet, le télescope WISE fournit un nombre incalculable de données difficiles à appréhender par les astronomes seuls : non seulement, le télescope WISE couvre l’intégralité des directions spatiales, mais en plus les images se multiplient très rapidement en ce qu’elles prennent pour objet des corps qui évoluent dans l’espace.

Si le travail vous semble complexe et titanesque, rassurez-vous, le public sera assisté par des algorithmes qui feront le tri pour ne prendre en compte que les images pertinentes. Il existe également un tutoriel auquel les internautes peuvent se référer s’ils sont perdus dans leur travail. D’après Aaron Meisner, chercheur à UC Berkeley, il est intéressant d’allier la performance de l’ordinateur à l’intelligence humaine plus apte à identifier le mouvement des corps dans des zones constellées d’étoiles qui embrouillent l’algorithme.


IL FAUDRA ETRE PATIENT AVANT DE VOIR LA PLANÈTE X

 

Il a fallu attendre 85 ans entre la découverte de Pluton dans les années 1930 et les premières images de la planète naine disponibles en 2015. Étant donné la distance qui sépare la neuvième planète du Soleil (de 30 à180 milliards de km), elle sera probablement très difficile à observer du fait de sa faible luminosité, il faudra donc être patient avant de pouvoir capturer l’image de la mystérieuse planète X.

Le télescope James Webb pourrait être le premier télescope à obtenir l’image de la planète X