13 105 personnes connectées

14 histoires incroyables mais vraies d’enfants recueillis par des animaux sauvages

La photographe allemande Julia Fullerton-Batten dévoile son poignant projet photo « Feral Children » (« Enfants sauvages »). Cette incroyable série de clichés met en scène les légendes d’une dizaine d’enfants abandonnés à leur propre sort, rejetés par leurs parents dont les plus chanceux ont été recueillis par la faune sauvage. Magnifiques et poignants, découvrez les 14 portraits troublants de ces petites vies au destin bouleversé.

 

1. Lobo la fille des loups, Mexique, 1845-1852

enfant-sauvage-1En 1845, une jeune fille a été vue à quatre pattes avec une meute de loups attaquant un troupeau de chèvres. Un an plus tard, elle a été aperçue avec les loups en train de manger une chèvre. Elle a été capturée, mais s’est échappée. En 1852, elle a été vue de nouveau en train d’allaiter deux louveteaux, puis elle s’est enfuie dans les bois. On ne l’a jamais revue depuis.

 

2. Oxana Malaya, Ukraine, 1991

enfant-sauvage-2

Oxana a été retrouvée à l’âge de huit ans dans un chenil, où elle a vécu pendant six ans avec des chiens. Ses parents étaient alcooliques. Par une triste nuit, ils l’ont laissée dehors. Recherchant la chaleur, la petite fille s’est glissée dans le chenil de la ferme et s’est blottie contre plusieurs chiens, un acte qui lui a probablement sauvé la vie.

Lorsqu’elle a été trouvée, elle ne se comportait plus du tout comme un enfant humain. Elle courait à quatre pattes, haletait avec sa langue, elle montrait les dents et aboyait. En raison de son manque d’interaction humaine, elle ne connaissait que les mots « oui » et « non ».

Il aura fallu une thérapie intensive à Oxana pour l’aider à acquérir des compétences sociales et verbales de base. Mais son niveau n’a jamais pu excéder la capacité d’un enfant de cinq ans. Désormais âgée de 30 ans, elle vit dans une clinique à Odessa et travaille avec les animaux de la ferme de l’hôpital sous la surveillance de ses soignants.

 

3. Shamdeo, Inde, 1972

enfant-sauvage-3

Shamdeo, un garçon âgé d’environ quatre ans, a été découvert dans une forêt en Inde en 1972. Il jouait avec des louveteaux. Sa peau était très sombre, et il avait les dents aiguisées, les ongles longs crochus, les cheveux emmêlés et des callosités sur ses paumes de main, coudes et genoux. Il aimait chasser les poules, manger de la terre et avait une soif de sang. Il ne faisait plus qu’un avec les loups.

Il a finalement été sevré de la viande crue, n’a jamais parlé, mais a appris un peu la langue des signes. En 1978, il a été admis au Refuge de Mère Teresa pour les plus Démunis et les Mourants de Lucknow, où il a été rebaptisé Pascal. Il est décédé en février 1985.

 

4. Prava (Petit garçon aux oiseaux), Russie, 2008

enfant-sauvage-4

Prava, un garçon de sept ans, a été retrouvé dans un petit appartement de deux chambres et salon, avec sa mère de 31 ans. Il était enfermé dans une pièce remplie de cages d’oiseaux, contenant des dizaines d’oiseaux de compagnie de sa mère, l’alimentation des oiseaux et les excréments.

Elle a traité son fils comme un de ses animaux de compagnie. Il n’a jamais été blessé physiquement, elle ne l’a jamais battu, ni l’a laissé sans nourriture, mais elle ne lui parlait jamais. La seule communication qu’il pouvait espérer était avec les oiseaux. Il ne pouvait pas parler, mais il gazouillait. Quand il n’arrivait pas à se faire entendre, il agitait ses bras et ses mains comme un oiseau.
Il a fini pas être placé, avec l’accord de sa mère, dans un centre de soins psychologiques où les médecins tentent de le réhabiliter.

 

5. Marina Chapman, Colombie, 1959

enfant-sauvage-5

Marina a été enlevée en 1954 à 5 ans d’un village en Amérique du Sud et a été abandonnée dans la jungle par ses ravisseurs. Elle a vécu avec une famille de petits singes capucins pendant cinq ans avant qu’elle ne soit découverte par des chasseurs. Elle se nourrissait de baies, de racines et de bananes cueillies par les singes. Elle dormait dans des trous d’arbres et marchait à quatre pattes.

Une fois, elle eu une intoxication alimentaire. Un vieux singe l’a amenée vers un bassin d’eau et l’a forcée à boire, elle a vomi et a commencé à aller mieux. Elle s’est liée d’amitié avec les jeunes singes qui lui ont appris à grimper aux arbres et ce qui était bon à manger. Elle s’asseyait dans les arbres et jouait avec eux.

Marina avait complètement oublié sa langue au moment où elle a été sauvée par les chasseurs. Elle a été ensuite vendue par les chasseurs dans un bordel, s’est échappée et a vécu dans la rue. Ensuite, elle a été asservie par une famille mafieuse, avant d’être sauvée par un voisin, qui l’a envoyée à Bogotá pour vivre avec sa fille et son beau-fils.

Ils ont adopté et élevé Marina aux côtés de leurs cinq enfants naturels. Lorsque Marina a atteint son adolescence, un autre membre de la famille lui a offert un emploi de femme de ménage et nounou. La famille de Marina a déménagé ensuite à Bradford dans le Yorkshire au Royaume-Uni en 1977, où elle vit encore aujourd’hui. Elle est mariée et a des enfants.

 

6. Madina, Russie, 2013

enfant-sauvage-6

Madina a vécu avec des chiens, de la naissance jusqu’à l’âge de 3 ans, en partageant leur nourriture, en jouant avec eux et en dormant avec eux quand il faisait froid l’hiver. Lorsque des travailleurs l’ont trouvée en 2013, elle était nue, marchait à quatre pattes et grognait comme un chien.

Abandonnée par son père peu de temps après sa naissance, une mère de 23 ans portée sur l’alcool, souvent trop ivre pour s’occuper de son enfant, elle disparaissait souvent. Elle invitait aussi les alcooliques du coin chez elle. Sa mère, imbibée d’alcool, se tenait assise à table pour manger tandis que sa fille rongeait les os sur le sol avec les chiens.

Madina se serait enfuie du parc où elle jouait un jour où sa mère s’est mise en colère. Les autres enfants ne voulait pas jouer avec elle puisqu’elle ne pouvait à peine parler et elle se battait avec tout le monde. Donc, les chiens sont devenus ses meilleurs et seuls amis.

Les médecins ont indiqué que Madina était en bonne santé mentalement et physiquement en dépit de son épreuve. Elle a une chance de vivre une vie normale une fois qu’elle aura appris à parler plus aux enfants de son âge.

 

7. Genie, USA, 1970

enfant-sauvage-7

Quand elle était enfant, le père de Genie avait décidé qu’elle était « attardée » et il la retenait sur une chaise-toilette d’enfant dans une petite pièce de la maison. Elle a vécu dans l’isolement le plus total pendant plus de 10 ans. Elle dormait même sur le fauteuil. Elle avait 13 ans en 1970 quand elle et sa mère se sont présentées aux services à l’enfance et un travailleur social a remarqué son état. Elle avait une drôle de démarche d’être restée assise toutes ces années.

Elle ne pouvait pas parler ni faire le moindre bruit et se griffait constamment. Pendant des années, elle est restée un véritable objet de recherche. Elle a appris peu à peu à dire quelques mots, mais ne pouvait les organiser grammaticalement. Elle a également commencé à lire des textes simples, et a développé une forme limitée de comportement social.

A un moment, elle a vécu à nouveau brièvement avec sa mère, mais a ensuite été pendant plusieurs années placée dans divers foyers d’accueil où elle a été victime de violence et de harcèlement. Elle est retournée à l’hôpital pour enfants où il a été constaté qu’elle avait régressé jusqu’au retour de son mutisme.

Le financement du traitement et de recherche de Genie a été arrêté en 1974 et on ne sait pas ce qui lui est arrivé, jusqu’à ce qu’un enquêteur privé retrouve sa trace dans un établissement privé pour adultes sous-développés mentalement.

 

8. Le garçon léopard, Inde, 1912

enfant-sauvage-8

Le jeune garçon avait deux ans quand il a été enlevé par un léopard en 1912. Trois ans plus tard, un chasseur tua le léopard et trouva ce qu’il pensait être trois oursons, mais l’un d’eux était le petit garçon, de cinq ans déjà. Il a été rendu à sa famille dans un petit village indien.

Il courait à quatre pattes aussi vite qu’un homme adulte pourrait le faire debout. Ses genoux étaient couverts de callosités dures, ses orteils étaient pliés debout presque en angle droit et ses paumes de main et ses orteils étaient recouverts d’une peau cornée très dure. Il mordait et se battait avec tous ceux qui l’approchaient, et a attrapé et mangé la poule du village vivante. Il ne parlait pas mais poussait seulement des grognements.

Plus tard, il a appris à parler et à marcher plus droit. Malheureusement, il est devenu progressivement aveugle. Toutefois, cela n’a pas été causé par ses expériences dans la jungle puisqu’il s’agissait d’une maladie courante dans sa famille.

 

9. Sujit Kumar le garçon aux poules, Fiji, 1978

enfant-sauvage-9

Sujit est un enfant avec un comportement dysfonctionnel. Ses parents, très perturbés l’ont enfermé dans un poulailler. Sa mère a fini par se suicider et son père a été assassiné. Son grand-père a accepté de prendre la responsabilité du garçon, sans le faire sortir du poulailler. Il était âgé de huit ans quand il a été trouvé au milieu d’une route, gloussant et mimant des battements d’ailes.

Il picorait sa nourriture, accroupi sur une chaise, comme perché, et faisait des bruits de cliquetis rapides avec sa langue. Ses doigts étaient tournés vers l’intérieur. Il a été emmené dans une maison de retraite et pris en charge par des soignants. Mais il était si agressif que le personnel s’est senti obligé de le maintenir attaché avec les draps de son lit pendant plus de 20 ans. Désormais, il a plus de 30 ans et a été pris en charge par Elizabeth Clayton, qui l’a sauvé de l’hospice.

 

10. Kamala et Amala, Inde, 1920

enfant-sauvage-10

C’est l’un des plus célèbres cas d’enfants sauvages. Kamala, 8 ans et Amala, 12 ans, ont été trouvées en 1920 dans un repaire de loups par le révérend Joseph Singh, qui se cachait dans un arbre au-dessus de la grotte où les filles avaient été aperçues. Il a attendu que les loups quittent la grotte, et a pu apercevoir deux silhouettes en sortir à leur tour. Les filles étaient dans un état physique lamentable, elles couraient à quatre pattes et n’avaient pas l’air humaines. Singh a capturé les filles.

Au début, les filles dormaient recroquevillées, blotties l’une contre l’autre, elles grognaient, arrachaient leurs vêtements, ne mangeaient rien d’autre que de la viande crue, et hurlaient. Physiquement déformées, leurs tendons et les articulations de leurs bras et de leurs jambes étaient raccourcis. Elles n’éprouvaient aucun intérêt à interagir avec les humains. En revanche, leur ouïe, leur vue et leur odorat était exceptionnels.

Amala mourut l’année suivant leur capture. Kamala a finalement appris à marcher debout et à dire quelques mots, mais elle est décédée en 1929 d’une insuffisance rénale, elle avait 17 ans.

 

11. Ivan Mishukov, Russie, 1998

enfant-sauvage-11

Ivan a été abusé par sa famille et s’est enfui à l’âge de 4 ans. Il a vécu dans la rue à mendier. Puis il a développé une relation avec une meute de chiens sauvages, et a partagé la nourriture avec eux. Petit à petit, il a gagné la confiance des chiens et, finalement, il est devenu chef de meute.

Il a vécu pendant deux ans de cette façon, mais il a finalement été capturé et placé dans un foyer pour enfants. Grâce à ses compétences linguistiques acquises pendant ses années à mendier et à avoir été sauvage que pendant un court laps de temps, Ivan a pu se rétablir. Il vit maintenant une vie normale.

 

12. Marie Angélique Memmie Le Blanc (La fille sauvage de Champagne), France 1731

enfant-sauvage-12

En dehors de son enfance, l’histoire de Memmie du 18e siècle est étonnamment bien documentée. Pendant dix ans, elle a marché seule des milliers de kilomètres à travers les forêts de France. Elle mangeait des oiseaux, des grenouilles et des poissons, des feuilles, des branches et des racines. Armée d’un club de golf, elle a combattu les animaux sauvages, en particulier les loups.

Elle a été capturée à l’âge de 19 ans. Sa peau était noire, velue et elle possédait des griffes. Lorsque Memmie s’est agenouillée pour boire de l’eau qu’on lui donnait, elle regardait constamment autour d’elle, alerte, dans un état de vigilance constante. Elle ne pouvait pas parler et communiquait uniquement avec des cris et des grincements. Elle écorchait des lapins et des oiseaux et les mangeait crus. Pendant des années, elle n’a pas mangé d’aliments cuits. Ses pouces étaient malformés comme si elle les avaient utilisés pour creuser, et pour se balancer d’arbre en arbre comme un singe.

En 1737, la reine de Pologne, la mère de la reine française, en voyage en France, a emmené Memmie chasser avec elle. Elle courait encore assez vite pour attraper et tuer des lapins. Ses longues décennies d’expérience dans la nature étaient remarquables. Elle a ensuite eu une série de riches mécènes, qui lui ont appris à lire, à écrire et parler couramment le français.

En 1747, elle est devenue nonne pendant un certain temps, jusqu’au décès de son mécène. Elle est ensuite tombée malade et dans la pauvreté jusqu’à ce qu’elle rencontre à nouveau un riche mécène.

En 1755, Madame Hecquet a publié sa biographie. Memmie meurt riche à Paris en 1775 à 63 ans.

 

13. John Ssebunya (Le garçon aux singes), Ouganda 1991

enfant-sauvage-13

John s’est enfui de chez lui en 1988 à l’âge de trois ans après avoir vu son père assassiner sa mère. Il a fui dans la jungle où il a vécu avec des singes. Il a été capturé en 1991 à l’âge de 6 ans et placé dans un orphelinat. Quand il a été lavé, ils ont constaté que tout son corps était couvert de cheveux.

Son régime dans la jungle se constituait principalement de racines, de noix, de patates douces et de manioc et il avait développé un cas grave de vers intestinaux, de plus d’un demi-mètre de long.

Il possédait des callosités sur les genoux et marchait comme un singe. John a appris à parler et à découvrir le monde des humains. Il a été repéré pour sa belle voix et a intégré la chorale des 20-strong Pearl of Africa au Royaume-Uni.

 

14. Victor (Le garçon sauvage de l’Aveyron), France 1797

enfant-sauvage-14

Ceci est un cas historique, et étonnamment bien documenté. Victor a été observé à la fin du 18e siècle dans les bois de Saint-Sernin-sur-Rance, dans le sud de la France et capturé avant de s’échapper. Le 8 janvier 1800, il a été pris à nouveau. Il avait environ 12 ans, son corps était couvert de cicatrices et il était incapable de prononcer un seul mot. Une fois la nouvelle de sa capture propagée, beaucoup sont venus pour pouvoir l’examiner.

On dit qu’il a passé 7 ans à l’état sauvage. Un professeur de biologie a voulu examiner la résistance de Victor au froid en l’envoyant dehors nu dans la neige. Victor n’a montré aucun effet de la température froide sur lui. D’autres ont essayé de lui apprendre à parler et à se comporter « normalement », mais il n’a fait aucun progrès. Il était probablement capable de parler et d’entendre plus jeune, mais il n’a jamais été capable de le faire après son retour de l’état sauvage. Finalement, il fut emmené dans une institution à Paris et mourut à l’âge de 40 ans.

Incroyable ! Ces photos évoquent des sentiments vraiment contradictoires. A la rédaction, nous avons été captivés par la beauté des clichés tout en étant profondément touchés et révoltés par les histoires effroyables dont elles sont le témoignage. Par quelle histoire avez-vous été le plus marqué ? Le petit garçon enfermé avec les oiseaux, la petite fille attachée sur sa chaise ou une autre ?

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux