13 873 personnes connectées

Pour montrer la fragilité de notre planète, Timo immortalise la banquise avant qu’elle ne disparaisse

Utiliser l’art peut parfois permettre d’éveiller les consciences sur certains phénomènes. C’est exactement ce qui se cache derrière les clichés de Timo Lieber. Ce photographe amateur de grands espaces a fait du Groenland, le sujet de son dernier projet en date, THAW. A travers de magnifiques photos, il montre ainsi la beauté de cette terre de glace mais aussi la rapidité à laquelle elle fond.

Photographier des paysages depuis le ciel est la meilleure manière de découvrir le monde d’une autre façon. Que ce soit grâce à un drone ou en embarquant dans un avion, les points de vue offerts peuvent magnifier un paysage que l’on connaît bien et révéler ce que l’on ne peut voir au sol. Timo Lieber, un photographe londonien, a fait de la photographie aérienne son sujet de prédilection. Et il a décidé de reprendre de la hauteur afin de réaliser un projet surprenant mettant en scène la banquise.

Une photo publiée par THAW (@thaw2017) le

Baptisé THAW, il se compose de clichés aériens dévoilant toute la beauté du Groenland. Entre des jeux de blanc et de bleus, Timo nous montre la beauté de la banquise mais aussi sa fragilité. Et ce que l’on voit comme une belle nuance de bleu est en réalité un lac qui grandit. Beau projet artistique, THAW est également un projet écologique qui montre que le réchauffement climatique fait des ravages sans qu’on ne s’en rende compte.

Au-delà d’une simple série de photos, c’est une véritable aventure humaine qu’a vécu et que souhaite faire partager Timo Lieber. L’artiste a eu l’occasion de travailler avec les chercheurs du Scott Polar Research Institute de l’université de Cambridge. Ils ont travaillé main dans la main afin de traduire au mieux ce qui se passe actuellement au Groenland.  » THAW est plus qu’un simple projet de photographie : c’est une collaboration entre la science, la nature et notre capacité à en discuter à travers des photographies. J’ai visité les scientifiques dans le camp sur la calotte glaciaire et j’ai été submergé par l’ampleur du paysage et l’importance des problèmes qui y sont associés.  »

Une photo publiée par THAW (@thaw2017) le

Une photo publiée par THAW (@thaw2017) le

Une photo publiée par THAW (@thaw2017) le

Une photo publiée par THAW (@thaw2017) le

Une photo publiée par THAW (@thaw2017) le

Une photo publiée par THAW (@thaw2017) le

Une photo publiée par THAW (@thaw2017) le

Une photo publiée par THAW (@thaw2017) le

A travers ces photos aussi belles que choquantes, Timo Lieber nous rappelle que la situation du Groenland est catastrophique. Depuis 2009, la banquise du Groenland perd environ 419 000 000 000 de tonnes de glace chaque année. La région étant l’une des plus inaccessibles du globe, seuls ces clichés peuvent dévoiler qu’à ce rythme, les lacs auront pris la place des glaciers. Les clichés réalisés feront d’ailleurs l’objet d’une exposition à Londres du 20 au 23 février prochain et une partie des revenus seront reversés au Scott Polar Research Institute. Une belle initiative qui, on l’espère, permettra d’éveiller les consciences sur l’impact du réchauffement climatique.

Au lieu de mettre en joue quelque vague ennemi, mieux vaut attendre un peu qu’on le change en ami

— Georges Brassens