12 364 personnes connectées

Vous ne les voyez pas, pourtant ces créatures à l’apparence effrayante vivent avec vous tous les jours

Les insectes représentent une vraie terreur pour beaucoup de personnes, notamment lorsqu’ils se baladent chez eux. D’où le réflexe de prendre la chaussure la plus proche pour les écraser… Ce n’est pas le cas de Daniel Kariko, qui, lui, préfère les mitrailler avec son appareil photo. Son projet “Suburban Symbiosis : Insectum domesticus” qui a débuté en 2011, sublime les insectes qui se cachent à l’intérieur de vos habitations. SooCurious vous en dit plus sur ces clichés de petites bestioles.

Daniel Kariko est un photographe qui enseigne à l’université de biologie de Caroline de l’Est. Pour son projet débuté en 2011, il a choisi un sujet d’étude des plus surprenants. En effet, ce photographe se passionne pour les petits insectes qui se cachent dans les recoins des maisons, il attrape tout ce qu’il trouve, des fourmis, des charançons, des grillons… et tout ce petit monde passe au microscope. Ces gros plans époustouflants offrent un aperçu fascinant de ces créatures si dépréciées.

 

Scarabée japonais 

Scarabé-japonnais

Le projet a été lancé à l’initiative du département de biologie qui a ouvert ses portes aux élèves des autres départements. Kariko a pris un peu de temps avant de trouver son style qui consiste à prendre des insectes tous morts et à les photographier tout d’abord au microscope stéréoscopique puis au microscope électronique à balayage pour ensuite combiner les deux images sur photoshop.

Le microscope stéréoscopique capture la couleur d’origine de l’insecte grâce à des LED miniatures qui illuminent l’échantillon, et améliore l’image de la photo avec deux ou trois petits réflecteurs et diffuseurs que Kariko a réalisés en utilisant du matériel de studio. Le microscope a une faible profondeur de champ, de sorte qu’il combine généralement six prises de vue avec des différentes longueurs focales pour créer une image finale.

 

Moustique

Moustique

Après le shooting avec ce microscope, Kariko passe au microscope à électrons, qu’il utilise pour créer une image en noir et blanc avec de nombreux détails et une excellente résolution. Cette image doit correspondre avec celle obtenue au microscope stéréoscopique en termes de longueur focale, d’angle… donc le photographe place l’image sur l’écran pour les comparer pendant les prises de vue.

Une fois que tout est aligné il prend une douzaine d’autres photographies à des longues focales différentes. Toutes ces manipulations peuvent prendre des heures avant d’être finalisées, mais même à ce moment-là c’est encore loin d’être fini. Il passe des heures à utiliser photoshop pour mélanger soigneusement les images pour l’impression finale. Jusqu’à présent, il a photographié plus de 50 insectes, mais n’a toujours pas fini d’associer toutes les images. « Pour prendre une image, cela me prend entre 15 et 20 heures environ », dit-il.

 

Charençon

charençon

Si vous pensez que les insectes les plus étranges font les images les plus sensationnelles, vous vous trompez car selon Kariko c’est plutôt le contraire. Parmi ses photos préférées on retrouve celle du charançon, un parasite commun de l’ordre des coléoptères (les petits insectes tels que les scarabées, les coccinelles, les hannetons…). « Ils deviennent intéressants quand vous voyez un aspect d’eux que l’œil nu ne peut pas capturer », explique le photographe.

Kariko souhaite désormais collaborer davantage avec les scientifiques, et il espère que son approche photographique consistant à immortaliser ces petites créatures pourra aider les scientifiques à les voir d’une autre façon. « Il y a beaucoup de va-et-vient et je sais que nous pouvons apprendre beaucoup en travaillant dans les champs des uns et des autres. »

 

Chrysalide

chrisalide-sur-le-fenetre

 

Criquet

criquet-dans-la-cour

 

Fourmi rouge

Fourmis

 

Guêpe

guepe

 

Arilus cristatus

insecte-rouge

 

Mouche verte

insecte-vert

 

Cafard

Insecte

 

Larves de coléoptère 

Larves-tapis-de-bains

 

Mante religieuse

menthis

Pour ce projet visuel, le photographe s’est inspiré (pour les effets de lumière et d’angle de vue) des peintres allemands du XVIIe siècle, Johannes Vermeer et Jan van Eyck. Ces images qui sortent de l’ordinaire nous donnent une nouvelle perspective de ces insectes. À la rédaction, nous sommes ébahis par la précision du travail de ce photographe qui nous permet de mieux discerner l’apparence des petites bêtes. Êtes-vous du genre à paniquer dès qu’il y a un insecte chez vous ou acceptez-vous sereinement cette cohabitation ?

Ces articles vont vous plaire

500 millions de tweets sont envoyés chaque jour.

— Twitter