12 147 personnes connectées

Avec son nouveau projet, Paris souhaite rendre leur ville aux piétons

Les piétons prennent de plus en plus d’importance au sein de la ville lumière, à tel point que la piétonnisation des berges de la rive droite de la Seine ne s’arrête pas là. En effet, si la restriction de l’usage de la voiture s’inscrit dans une démarche environnementale, elle s’inscrit également dans une démarche sociale, dans le but de rééquilibrer un espace public occupé à 50 % par les véhicules.

L’aménagement d’espaces routiers au profit de voies piétonnes et végétalisées ne va pas s’arrêter là. En effet, selon Christophe Najdovski, adjoint aux transports de la maire de Paris Anne Hidalgo, seulement 13 % des déplacements des parisiens se font en voiture, alors que celle-ci occupe 50 % de l’espace public. Partant de ce constat, la Ville de Paris souhaite se lancer dans un « plan piétons » avec un budget global de 90 millions d’euros, visant à réduire d’avantage la place de la voiture dans la capitale.

Anne_Hidalgo_au_forum_des_halles_au_stand_de_la_ville_de_Paris
Anne Hidalgo © A.Schneider

« La marche n’a jamais fait l’objet d’une politique municipale structurée et dédiée alors qu’elle représente 60 % des déplacements à Paris. L’objectif de ce plan, c’est la qualité de vie, la qualité de l’air, le confort et la sécurité des piétons dans l’espace public. » explique l’adjoint aux transports. Dès cette année, des « zones de rencontre » seront mises en place notamment à proximité des squares, où les vélos et piétons auront la priorité ainsi que des trottoirs élargis et végétalisés. De plus, chaque arrondissement abritera une « rue aux enfants » piétonnière et recouverte de jeux. Une « stratégie piéton » à décliner d’ici à 2020 que soumettra Anne Hidalgo, lors de sa prochaine séance au Conseil de Paris, du lundi 30 janvier au mercredi 1er février.

Les grandes lignes du « plan piéton » ont déjà été dévoilées. Au programme, la rénovation de sept places (Bastille, Italie, Fêtes, Madeleine, Nation, Panthéon) ainsi que la revalorisation de six autres, notamment Colonel Fabien. La restructuration de Rivoli en fait également partie, ainsi que la piétonnisation des 3e et 4e arrondissements, qui ne sera accessible qu’aux riverains, taxis, bus et véhicules de livraison. Sur les grands axes, les passages piétons seront élargis ou multipliés, en tenant compte des trajectoires naturelles, notamment sur les Champs-Elysées (8e), avenue du Général-Leclerc (14e), rue de Rivoli (1er) ou dans le secteur de l’Opéra (9e). La durée du feu vert pour les piétons sera allongée, et des informations indiquant les durées de trajet à pied seront mises à disposition grâce à des plans.

Depositphotos_86923530_original
Paris lors de la journée sans voitures via Depositphotos

Si la vitesse autorisée est actuellement de 30 à 50 km/h, l’objectif est de « remettre la voiture à sa juste place » en limitant la vitesse à 30 km/h dans l’ensemble de la capitale sur l’ensemble des grands axes. Toutefois, le « plan piéton » découlera de multiples concertations avec les différents maires d’arrondissement, s’il est mis en place. Il reste par conséquent encore un long chemin pour être approuvé par la majorité.

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux