13 434 personnes connectées

Depuis plusieurs jours, les parisiens sont exposés à des conditions de pollution extrêmes

Paris doit aujourd’hui faire face à un pic de pollution massive, un des plus importants enregistrés au cours des 10 dernières années d’après l’association de mesure de la qualité de l’air en Ile-de-France Airparif. Les Parisiens sont exposés à ces conditions de pollution extrêmes depuis le 30 novembre; le pic pourrait bien durer toute la semaine et être amené à se répéter. Avec 9 pics de pollution en 2016, les conditions atmosphériques de la capitale se dégradent rapidement.

La concentration de l’air en particules fines relevée par Airparif jeudi dernier s’élevait à 146 microgrammes par m3, dépassant de loin le seuil d’alerte fixé à 80 microgrammes par m3. Ce nouveau pic de pollution constitue une crise sanitaire sans précédent qui menace directement la santé publique.

La circulation automobile est en grande partie responsable de la pollution atmosphérique
La circulation automobile est en grande partie responsable de la pollution atmosphérique

Il est ainsi recommandé aux personnes sensibles à savoir les femmes enceintes, les nourrissons, les personnes âgées ou encore les personnes souffrant d’insuffisance respiratoire de ne pas pratiquer d’exercice physique nécessitant une respiration orale et de limiter les déplacements aux heures de pointe de la circulation automobile.

Plusieurs facteurs ont joué dans cette augmentation fulgurante de la pollution atmosphérique. Non seulement les faibles températures nocturnes maintiennent les polluants au sol mais en plus, l’absence de vent empêche la dispersion des émissions. Malgré l’importance du rôle de cette conjoncture atmosphérique défavorable, les activités humaines restent en grande partie responsables de ce type de pollution; la circulation automobile mais également le chauffage domestique, particulièrement le chauffage au bois, génèrent l’essentiel de la pollution atmosphérique.

La Préfecture de police impose aux établissements industriels de réduire leurs émissions polluantes
La Préfecture de police impose aux établissements industriels de réduire leurs émissions polluantes

Afin de combattre ce pic de pollution, la Préfecture de police a mis en place une circulation alternée autorisant uniquement les véhicules avec une immatriculation paire à circuler dans Paris et les communes avoisinantes. La circulation alternée sera reconduite demain, cette fois-ci, seuls les véhicules pourvus d’une immatriculation impaire seront autorisés à circuler. Valérie Pécresse réclame également que la circulation alternée en fonction de la plaque d’immatriculation soit mise en place à l’avenir dès que les seuils d’alerte seront dépassés.

La Préfecture de Police impose par ailleurs une réduction de 20 km/h de la vitesse autorisée sur les routes d’île-de-France; les industries sont également sommées de diminuer leurs émissions polluantes.

La circulation alternée a été décidée par la Préfecture de police ce mardi 6 décembre
La circulation alternée a été décidée par la Préfecture de police ce mardi 6 décembre

Pour compenser les gênes occasionnées, les transports en commun seront gratuits le temps de la circulation alternée. Un système de gratuité du stationnement vélib’ et du stationnement rotatif des plaques impaires est également mis en place.

Reste à savoir si l’interdiction de la circulation sur les voies sur berges est réellement efficace dans la lutte contre la pollution atmosphérique. Anne Hidalgo et Valérie Pécresse sont en désaccord à ce sujet. Les chiffres de la ville de Paris démontrent que la fermeture des voies sur berges a permis de faire baisser la circulation, ce que conteste le Conseil Régional qui continue à affirmer que la mesure alimente les émissions polluantes en favorisant les embouteillages.

Ces articles vont vous plaire

Le tetanos qui a pourtant quasiment disparu des pays riches, tue encore 584 personnes par jour, soit 213 000 décès par an dans le monde.

— @DailyGeekShow