13 097 personnes connectées

Le jeu vidéo au service de la science : ces chercheurs étudient les micro-organismes grâce à Pac-Man

Science et jeux vidéo ne sont pas incompatibles, et ce ne sont pas les biologistes norvégiens qui diront le contraire. Grâce à Pac-Man (même si le célèbre monstre jaune n’était pas de la fête), ils ont réussi à mener à bien l’une de leurs expériences. Sortez vos consoles, c’est l’heure d’étudier la micro-biologie !

Les chercheurs de l’University College of Southern Norway ont surpris la communauté scientifique en faisant entrer la Pop culture dans leurs laboratoires. L’une des équipes de l’université a eu pour mission d’analyser les déplacements et les interactions entre plusieurs micro-organismes. Et ils ont trouvé une façon assez originale de le faire et grâce à un jeu que vous connaissez tous.

labyrinthe-pac-man

Pour voir comment ces organismes réagissent, le plus simple était de les placer dans un environnement fermé et d’observer comment ils se comportaient une fois à l’intérieur. Le directeur de recherches Erik Andrew Johanssen a donc décidé de faire s’affronter 2 micro-organismes dans le labyrinthe de Pac-Man.

Dans le rôle des fantômes, nous avons les rotifères qui sont des organismes pluricellulaires, et le rôle de Pac-Man a été assuré par des euglènes, organismes unicellulaires. Et les plus actifs dans le labyrinthe sont les « fantômes » (alias les rotifères) qui se sont rapidement appropriés le terrain afin de chercher de la nourriture. Les résultats de l’expérience ont d’ailleurs fait l’objet d’une vidéo où l’on peut voir à quel point ces organismes, aussi petits soient-ils, se déplacent chez l’ami Pac-Man.

Ce choix de « rejouer » à Pac-Man version micro-biologie est lié à la passion d’Erik pour les jeux des années 80, mais pas seulement ! Il se trouve que le célèbre labyrinthe reproduit de manière assez fidèle les canaux empruntés par ces micro-organismes pour se déplacer.

pac-man-cellules

C’est donc un double coup de génie qui a permis aux scientifiques norvégiens de découvrir les interactions qui existent entre ces être microscopiques. Il ne reste plus qu’à espérer de voir un jour ce genre d’expériences débarquer dans les cours de SVT !

Ces articles vont vous plaire

Chaque seconde, un peu moins de 1000 briques de Lego sont fabriquées et vendues dans le monde

— @DailyGeekShow