13 755 personnes connectées

Grâce à la technologie, cette grand-mère américaine a exaucé sa toute dernière volonté : explorer le monde extérieur

Une grand-mère américaine atteinte d’un terrible cancer en phase terminale n’avait plus qu’un seul rêve : voir l’extérieur une dernière fois avant de s’en aller. Un voeu qui s’est réalisé grâce à la technologie de l’Oculus Rift et à la persévérance de sa petite-fille. DGS vous raconte cette histoire bouleversante.

Le cancer est l’une des plaies de ce XXIe siècle : si certains peuvent être traités et parfois soignés, les médecins sont encore loin de tous les éradiquer complètement. Roberta Firstenberg, une grand-mère américaine vivant à Seattle, a perdu sa bataille contre le cancer fin 2013, mais avant ça, elle a pu vivre une expérience totalement novatrice pour elle grâce aux lunettes Oculus Rift.

Obligée de rester cloîtrée chez elle à cause de son corps affaibli par la maladie et les traitements, Roberta n’avait qu’un seul souhait : pouvoir explorer le monde extérieur une dernière fois avant de mourir. Un souhait qui ne pouvait être exaucé en temps normal… Mais c’était sans compter sur Priscilla, sa propre petite-fille travaillant justement dans le domaine des jeux vidéo, qui a alors eu l’idée d’utiliser les Oculus Rift pour aider sa grand-mère à marcher virtuellement à l’extérieur.

oculus-rift-femme-mourante-remarcher5

Pour cela, « Pri » a demandé de l’aide à l’entreprise à travers un e-mail qui a tout simplement bouleversé l’équipe de développeurs et communicants qui se cache derrière ces fameuses lunettes qui utilisent la réalité augmentée. Ils ont donc généreusement envoyé un exemplaire de cet appareil pour que Priscilla l’utilise et aide sa grand-mère à voir un peu du monde extérieur avant de mourir depuis chez elle. Excitée par cette expérience, Roberta a rapidement accepté de mettre le casque sur la tête. Priscilla en a profité pour filmer la vidéo que vous pouvez voir ci-dessus.

Roberta a été agréablement surprise par ce qu’elle voyait à travers les lunettes : elle pouvait « marcher » dehors à nouveau, monter des escaliers, voir des jardins, des papillons, la plage et les mouettes. « Je ne peux pas le croire. Je veux dire, tu entends parler de ce genre de choses et tu penses être préparé à ça, et ça te donne l’impression de plonger dans un mirage, dans une nouvelle vie… C’est magnifique… C’est impressionnant. »

oculus-rift-femme-mourante-remarcher2

Peu de temps après, la vidéo a été postée sur YouTube et a reçu de nombreux retours et suggestions pour que Roberta multiplie les expériences, notamment l’idée de la version Oculus Rift de Google Street View. Des amis développeurs de Priscilla sont également venus lui prêter main-forte pour mettre au point tout un univers virtuel basé sur les choses que Roberta rêvait de voir une dernière fois. Malheureusement, à peine quatre semaines après la première utilisation de l’appareil, Roberta s’est éteinte, entourée de ses enfants.

oculus-rift-femme-mourante-remarcher4

oculus-rift-femme-mourante-remarcher3

oculus-rift-femme-mourante-remarcher1

C’est une histoire tragique et magnifique à la fois. Même si les cancers ne sont pas encore éradiqués, la technologie est quand même capable de réconforter les malades. L’histoire de Roberta et de sa petite-fille en est la preuve. Au bureau, on espère qu’elle inspirera d’autres développeurs pour qu’ils mettent au point des outils capables de redonner le sourire aux personnes en fin de vie. Pensez-vous qu’il faille encourager l’utilisation de jeux vidéo et de technologies similaires pour améliorer la vie de personnes atteintes de maladies ?

Ces articles vont vous plaire

— Balzac

Un homme est bien fort quand il s’avoue sa faiblesse