13 725 personnes connectées

Dans moins de dix ans, quasiment toutes les voitures seront électriques en Norvège

Alors que les véhicules Tesla connaissent un succès florissant, de plus en plus de pays souhaitent lutter contre le réchauffement climatique en limitant les émissions polluantes des voitures. Les voitures électriques sont extrêmement respectueuses de l’environnement, cela la Norvège l’a bien compris. Très investie dans les questions environnementales, la Norvège ambitionne une circulation presque entièrement verte pour 2025.


Une politique développée depuis les années 1990

Voilà plus de deux décennies que la Norvège met en place des politiques publiques pour inciter les citoyens à investir dans des voitures non polluantes. Par exemple, la taxe d’achat/importation sur les voitures non polluantes a été supprimée et la TVA réduite de 25 % à l’achat comme pour le crédit-bail. En plus des nombreux avantages fiscaux, les conducteurs de voitures non polluantes ne payent pas les péages (péages urbains, autoroutes etc…), disposent du stationnement gratuit sur les parkings publics et peuvent circuler sur les voies réservées aux autobus.

La Renault Zoe a envahi les rues d’Oslo

 

La Norvège, un modèle à suivre en matière de voitures non polluantes

Force est de constater que ces mesures ont été concluantes. En 2015, les véhicules électriques constituaient 22 % du marché automobile de Norvège. Les ventes sont passées de 2240 en 2011 à 100 000 en 2016, ce qui lui permet de produire 200 000 tonnes de CO2 en moins par an. Dans la région de Bergen, plus de 20 % des nouvelles immatriculations appartiennent à des voitures électriques au premier semestre 2016.

Beaucoup de nouvelles voitures électriques sont immatriculées à Bergen

 

Des voitures 100% électriques pour 2025 ?

Le parlement norvégien s’est fixé comme objectif que toutes les nouvelles voitures vendues d’ici à 2025 ne produisent plus (modèles électriques ou hydrogène) ou très peu (modèles hybrides) d’émissions polluantes. Oslo a également prévu de réduire ses émissions de CO2 de 50 % en 2020 et de 95 % avant 2030.

Pour ce faire, plusieurs mesures devraient être mises en place. Le parlement parle notamment d’un système renforcé de taxes, fondé sur le principe du pollueur-payeur. Le système d’incitation fiscale devrait être révisé et les avantages de circulation et de stationnement plus étendus à l’échelle municipale. Enfin, la Norvège envisage également d’augmenter considérablement le nombre de stations de rechargement pour voiture électrique.

Les stations de rechargement pour voiture électrique devraient se multiplier en Norvège

 

Les limites du paradis de la voiture électrique

Malheureusement, les privilèges liés aux voitures électriques engendrent des tensions avec les autres conducteurs et les transports en commun ; à Oslo, les voies d’autobus sont envahies par les voitures non polluantes et de nombreux embouteillages surviennent aux heures de pointe.

Les communes envisagent de restaurer les péages urbains aux heures de pointe sous peu et à toute heure en 2020 ; les prix pourront en revanche être différenciés en fonction du type d’émissions polluantes. Le retrait de cet avantage pourrait influencer à la baisse les ventes de voitures électriques…

 

Une tendance qui grandit en Europe et aux USA

De plus en plus de pays font le choix de favoriser les voitures non polluantes. Si Elon Musk envisage de créer des modèles Tesla plus abordables pour démocratiser la voiture électrique, certains États américains, le Royaume uni et l’Allemagne semblent vouloir s’engager dans cette voie. La vente des voitures électriques explose également aux Pays-Bas, laissant espérer de nombreux progrès à venir pour la circulation verte.

Les modèles Tesla ont également un franc succès en Norvège

3,2 millions de personnes meurent chaque année à cause de la pollution.

— OMS