13 097 personnes connectées

La sonde qui a survolé Pluton à des milliards de kilomètres de la Terre fonctionne avec un processeur de PlayStation 1

Qui aurait cru qu’un jour l’élément central d’une console aussi emblématique que la PlayStation 1 se retrouverait mêlé à une mission spatiale historique ? C’est pourtant ce qui est en train d’avoir lieu puisque c’est un processeur très similaire à celui qui équipait la première console de Sony qui assure le bon fonctionnement de la sonde New Horizons, le premier engin jamais envoyé vers Pluton et ses lunes. SooGeek vous en dit plus sur ce tour de force technique.

 

Ah cette bonne vieille PlayStation 1, avec ses jeux mythiques et sa fiabilité à toute épreuve… Cela fait maintenant longtemps que la majorité des PlayStation 1 ont fini au grenier, et la claque visuelle est depuis longtemps passée mais, si vous la rallumiez, il y aurait de (très) fortes chances pour qu’elle fonctionne encore. Et cela sans doute en grande partie grâce à son processeur, le fameux MIPS R3000 CPU, dont la fiabilité a été prouvée par les millions de consoles qui ont tourné vaillamment pendant des années grâce à lui. Or il se trouve que le MIPS R3000 CPU a eu droit à une nouvelle vie qui le place de nouveau sous le feu des projecteurs, puisque c’est lui qui assure la puissance de calcul de la sonde spatiale New Horizons.

 

Le splendide trailer de la mission New Horizons réalisé par Erik Wernquist, celui qui avait déjà réalisé le fabuleux court-métrage Wanderers :

 

New Horizons va réaliser une première historique à plus d’un titre, puisque cet engin va être le premier objet envoyé par l’être humain pour visiter le système de la planète naine Pluton. Lancé en janvier 2006, New Horizons est passé au plus près de Pluton et de sa lune principale Charon le 14 juillet 2015, sachant que Pluton est en moyenne trente fois plus éloignée du Soleil que la Terre, le tout à une vitesse avoisinant les 60 000 kilomètres par heure, ce qui en fait d’ailleurs l’engin le plus rapide jamais mis en mouvement par l’homme et devrait également l’amener à sortir du Système solaire d’ici quelques années. Si New Horizons accomplit bien là un exploit, le souvenir des graphismes de Final Fantasy VII ou de Metal Gear Solid nous rappellent que le MIPS R3000 CPU n’était pas un monstre de puissance brute…

 

LeMIPS R3000 CPU de la PlayStation première du nom ne vous a jamais fait défaut : 

play-station-1

 

Qu’est-ce qui a donc poussé la NASA à l’utiliser pour la première sonde destinée à explorer la région la plus reculée du Système solaire ? La raison est très simple : l’agence spatiale nationale américaine préfère la fiabilité aux performances brutes. En effet, à quoi bon les gigahertz si le matériel tombe en panne ? A des milliards de kilomètres de la Terre, impossible d’effectuer la moindre maintenance, et un processeur aussi simple que le MIPS R3000 CPU est plus facile à rendre résistant aux radiations stellaires et sa consommation électrique très faible est un avantage. Et si vous n’êtes toujours pas convaincu par le MIPS R3000 CPU, dites-vous que c’est lui qui a calculé la trajectoire de New Horizons lorsque cette dernière est passée à proximité de Jupiter pour profiter de son assistance gravitationnelle pour prendre de la vitesse, le tout en moins de 4 heures et avec une précision parfaite.

 

Pas de raison pour qu’il n’en fasse pas de même avec New Horizons (vue d’artiste) : 

New-Horizons

 

Ainsi, New Horizons, qui n’est guère plus grande qu’un piano à queue, est équipée de deux MIPS R3000 CPU, au cas où le premier tomberait en panne, et nous a rapporté les premières photos nettes de Pluton et de Charon, nous permettant de voir pour la première fois l’apparence des ces petits mondes glacées… D’ailleurs les découvertes ont plu directement lorsque les premières données sont arrivées de New Horizons, avec 4 heures de décalage, soit le temps qu’il faut aux ondes et à la lumière pour parcourir la distance entre Pluton et la Terre : là où les scientifiques pensaient découvrir des astres criblés de cratères, les surfaces de Pluton et de Charon sont globalement lisses et présentent parfois des montagnes, ce qui signifie que ces mondes sont tout sauf morts géologiquement… Quoi qu’il en soit, à l’aide de son MIPS R3000 CPU, New Horizons va continuer à compresser les données récoltées et à les envoyer à la Terre pour encore plusieurs années !

 

L’une des premières photos envoyées par New Horizons de Pluton (à droite) et de Charon (à gauche) : 

PlutoCharon-Color-NewHorizons

 

Non content d’être un élément indispensable d’une mission spatiale qui va marquer l’histoire, ce bon vieux MIPS R3000 CPU va faire partie, dans quelques années, du club très fermé des objets à être sortis du Système solaire et à avoir rejoint l’espace interstellaire. Comme quoi, tout n’est pas question de performances, mais aussi de fiabilité. Qu’est-ce qui vous impressionne le plus, que le processeur qui équipait votre PS1 voyage à des milliards de kilomètres, ou qu’il puisse sans doute faire encore tourner votre vieille console remisée au placard 😛 ?

Ces articles vont vous plaire

icone video

Chaque seconde, la Lune parcourt 1 kilomètre autour de la Terre sur son orbite, à une vitesse de 3680 km/h.

— @DailyGeekShow