13 780 personnes connectées

Ces scientifiques ont développé des nanopores qui filtrent à moindre coût l’eau de la mer pour la rendre potable

Une-goutte-deau

L’eau est un élément indispensable à toute forme de vie sur Terre. Malheureusement, seule une petite partie de cette précieuse ressource est potable. Pire, avec le réchauffement climatique, l’accroissement de la population et l’activité industrielle, l’or bleu se raréfie et les zones arides gagnent du terrain. Une solution : utiliser l’eau salée des mers et des océans qui recouvrent 70 % de la surface de celle que l’on surnomme « Planète bleue ». Une équipe de chercheurs développe une nouvelle technique de dessalement grâce à la nanotechnologie et plus particulièrement aux nanopores. SooCurious vous en dit plus sur cette ingénieuse transformation de l’eau salée en eau douce.

Dans quelques années, la pénurie d’eau touchera une grande partie de la population. Ce manque se fait déjà sentir dans certains pays. C’est le cas des États-Unis, victime de la sécheresse dans plusieurs de ses États, notamment en Californie, malgré les deux océans qui l’entourent. Mais si les méthodes de dessalement existent depuis plusieurs années, elles sont trop chères, trop lentes et énergivores.

planete-bleue

Néanmoins, des scientifiques américains ont peut-être trouvé une solution. La nanotechnologie est un secteur très prometteur qui se développe rapidement, notamment grâce au graphène, un matériau miracle utilisé pour créer de nombreux appareils en tous genres, tels que les dispositifs de dessalement. Pour filtrer l’eau de façon efficace et peu énergivore, des feuillets de graphène, de l’épaisseur d’un atome et constitués d’une multitude de petits trous de la taille d’un nanomètre, laissent les molécules d’eau les traverser tout en bloquant les molécules de sel, plus grosses. Ces trous extrêmement fins sont appelés « nanopores ».

Vous êtes impressionné par ce procédé ? Les scientifiques ont trouvé une méthode encore plus efficiente que celle-ci. Ils ont remplacé le graphène par du « disulfure de molybdène » (MoS2), un composé chimique capable de filtrer 70 % d’eau pure en plus que le graphène, en employant le même système de nanofiltration. Car grâce à sa composition chimique, le disulfure de molybdène offre de nombreux avantages. En effet, l’atome de molybdène situé au centre aspire l’eau, puis les atomes de soufre placés de l’autre côté la repoussent. Résultat, un taux plus élevé d’eau passe à travers les pores.

 

Disulfure de molybdène :

Molybdene

Extrêmement efficace et peu onéreux, ce nouveau procédé de filtration n’en est qu’au stade de développement mais les chercheurs ont l’espoir qu’à terme ce système soit utilisé à l’échelle industrielle. À la rédaction, nous sommes fascinés par l’efficacité de ces filtres constitués de nanopores et nous pensons que cette technique de dessalement de l’eau de mer pourrait être une solution économique et écologique face à ce que l’on appelle la « crise de l’eau ». Si la nanoscience vous intéresse, découvrez ce spray hydrophobe conçu grâce à la nanotechnologie. Et vous, croyez-vous que cette nouvelle technique de dessalement est suffisante pour lutter contre la pénurie d’eau ou pensez-vous que nous devrions aussi revoir notre mode de vie pour mieux la préserver ?

 

Ces articles vont vous plaire

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux