12 542 personnes connectées

Vous en rêviez peut-être mais vous ne devez absolument pas nager avec des dauphins sauvages

Certaines associations de protection de l’environnement pointent du doigt l’activité qui fait rêver plus d’une personne : nager avec les dauphins. Après l’observation des baleines en mer depuis des bateaux, ce serait le simple côtoiement des cétacés qui serait mauvais pour eux.

 

Une excursion appréciée

En Méditerranée, il existe une activité qui consiste simplement à nager dans l’environnement naturel des dauphins. Une excursion particulièrement appréciée puisque qu’elle permet d’observer les dauphins de près. En pratique, des navires partent de la Côte d’Azur pour rejoindre le lieu indiqué par un avion de repérage des dauphins. Là, les clients peuvent partir en immersion à proximité immédiate des cétacés.

Un nageur avec des dauphins

 

« Harcèlement » des animaux

D’après les associations qui remettent cette activité en cause comme France Nature Environnement, cette pratique constituerait un « harcèlement » des animaux, notamment là où ils sont protégés comme à Pelagos, une zone qui englobe les côtes de la Corse, les côtes nord de la Sardaigne, les littoraux de la Côte d’Azur et de la Toscane méridionale.

Elles déclarent que « l’immersion d’un homme à proximité d’un cétacé provoque généralement l’interruption de l’activité d’alimentation et de reproduction de l’animal ou encore l’éclatement du groupe et la séparation des nouveau-nés et de leurs mères ». De plus, selon ces associations, il y a un danger « pour le client qui, dans la plupart des cas, méconnaît totalement le milieu et les mammifères marins ». Cela dit, aucune étude ne permet de se rendre compte de l’impact de l’activité sur la vie de ces animaux marins.

 

Les professionnels ne sont pas d’accord

Maintenant, selon les professionnels de cette activité, le danger est inexistant que ce soit pour les cétacés ou pour les clients. L’exploitante d’un bateau, Isabelle Frémont déclare qu’il « n’y a danger ni pour les dauphins, qui adorent jouer dans les vagues des bateaux, ni pour les participants ». Elle accuse les associations d’acharnement. Une charte de bonne conduite existe déjà afin de contrôler l’activité mais il faudrait aller plus loin, car aujourd’hui, la surveillance de ces activités est compliquée aux vues du contexte, et reste partielle. Si vous vous intéressez au bien-être des cétacés, découvrez l’exemple à suivre : « Vancouver interdit la détention de cétacés dans les parcs animaliers« .