12 650 personnes connectées

10 musées insolites que vous devez visiter au moins une fois dans votre vie

10 musées insolites que vous devez visiter au moins une fois dans votre vie

Les Français sont de grands amateurs de musées et avec plus de 8 000 établissements publics et privés, ils ne sont pas lésés en matière de culture. Toutefois, si vous recherchez des sujets plus étranges, sachez que le reste du monde n’est pas en manque d’institutions singulières : faites vos bagages, nous  vous emmenons découvrir quelques-uns des musées les plus bizarres de la planète.

 

LE MUSÉE DES CHEVEUX EN TURQUIE

musee-cheveux

À Avanos depuis 1979, les touristes peuvent découvrir l’insolite Musée des Cheveux créé par un potier du nom de Galip. Cette institution, située en plein milieu de la Turquie, comprend 16 000 chevelures venues du monde entier : léguées par de généreuses donatrices à travers la planète, cette collection magistrale aura valu à son propriétaire d’être inscrit dans le Guinness des records. L’histoire de ce lieu a commencé il y a environ 40 ans quand un des amis de l’actuel propriétaire du lieu a décidé de quitter la ville : pour marquer l’événement et se souvenir de lui, Galip décide de garder une de ses mèches de cheveux et depuis, quiconque entre dans son atelier de poterie lègue par tradition un peu de sa chevelure.

Plus étonnant encore que la collection elle-même, l’édifice qui l’abrite est une maison troglodyte tapissée de mèches et d’étiquettes détaillant les origines des cheveux accrochés aux murs et au plafond.

 

LE MUSÉE DES NOUILLES INSTANTANÉES AU JAPON

cup-noodle-museum-ws

Très populaires au Japon, les nouilles instantanées ont fait leur chemin jusqu’à nos assiettes ces dernières années : si vous êtes amateur de ce plat, peut-être devriez-vous vous rendre dans l’un des quelques musées japonais qui lui sont dédiés. Dans la ville portuaire de Yokohama au Japon, il est possible de se pencher sur l’histoire et l’incroyable diversité de ce plat au sein du Cup Noodles Museum : le lieu raconte comment les râmens, cette spécialité culinaire venue de Chine, ont évolué d’années en années et le tournant économique qu’a représenté la création des « instantanées ». C’est d’ailleurs l’inventeur de ces dernières qui est le fondateur du lieu : en effet, le musée appartient à la compagnie Nissinn, à l’origine des premières nouilles transportables en cup.

Il existe aussi un musée à Osaka, nommé « The Momofuku Ando Instant Ramen Museum », qui propose toutes sortes d’activités à ses visiteurs : du récit de la création des instantanées à la participation à des quiz sur le sujet en passant par des films d’animations retraçant l’histoire du plat, des reconstituons dévoilant sa fabrication, un atelier pour créer soi-même des « cup noodles », une salle de dégustation et une exposition de plus de 800 produits, le lieu à de quoi satisfaire les touristes !

 

LE MUSÉE DES ANIMAUX CACHÉS AUX ÉTATS-UNIS

© FlickR / Rain0975
© FlickR / Rain0975

Nessie, l’incroyable créature cachée dans le Loch Ness, n’est pas le seul animal mythique à avoir fait miroiter les scientifiques : nombreux sont les cryptides à avoir marqué l’histoire si bien que leur étude porte un nom. La Cryptozoologie, qui désigne la recherche d’animaux dont l’existence ne peut pas être prouvée de manière irréfutable, est à l’honneur d’un musée sur le territoire nord-américain. C’est à Portland que sont regroupés les objets et études sur le sujet : des poils, des matières fécales, des reconstitutions, des traces manuscrites sauront peut-être vous convaincre de l’existence du Yeti !

Il aura fallu 5 décennies de recherches et de voyages de scientifiques du monde entier pour parvenir à présenter aux touristes et curieux ces preuves réfutables de l’existence de monstres et créatures inconnues. A l’origine, la collection était le cabinet des curiosité de Loren Coleman, le passionné à l’origine du musée !

 

LE MUSÉE DU PHALLUS EN ISLANDE

© FlickR / Kim Laurenson
© FlickR / Kim Laurenson

Chaque année à Reykjavik, de nombreux touristes se pressent aux portes du célèbre Musée du Phallus et pour cause, il est certainement le seul musée au monde à posséder une si importante collection de spécimens de phallus venant d’une grande vérité d’espèces, toutes originaires du pays. C’est en 1974 que Sigurður Hjartarson imagine pour la première fois créer un tel endroit : cet historien et collectionneur a réalisé son rêve 20 ans plus tard, en dévoilant au public 63 pièces de sa collection. Aujourd’hui, c’est
son fils Hjortur Sigurdsson qui dirige l’établissement et protège les précieux objets recueillis par son père.

Passionné par la biologie du membre, le collectionneur aura regroupé toutes sortes de pénis : de la souris au cachalot, le lieu dispose même d’un sexe humain. En effet, le musée reçoit fréquemment des lettres d’hommes assurant vouloir joindre leur pénis aux 350 œuvres de l’établissement après leur mort. Pas d’érotisme ici, le lieu a une vocation purement scientifique : la biologie y est mise à l’honneur et de nombreuses classes d’écoliers s’y rendent pour profiter des informations qu’on y trouve !

 

LE MUSÉE DU COLLIER DE CHIEN EN ANGLETERRE

musee-collier-chien

Si vous partez en voyage vers le Château de Leeds, dans le Kent, pensez à faire un détour par le musée du collier de chien. C’est au sein même du magnifiques châteaux que l’on peut découvrir 5 siècles de colliers, soit 130 objets dont 30 totalement inédits. Les éléments exposés proviennent de toutes les époques, le plus vieux datant du XVe siècle. Qu’ils aient été fabriqués dans l’objectif de protéger les chiens d’attaques d’animaux sauvages ou dans un but purement esthétique, faits de fer, de perles ou de plastiques, tous sont regroupés au sein de cette drôle d’exposition.

A l’origine, l’idée d’un tel musée provient de Mme Gertrude Hunt : cette femme d’historien passionnée par les colliers de chiens a proposé ses objets au musée dans le but d’honneur la mémoire de son défunt mari. C’est en 1997, qu’elle a légué l’ensemble de sa collection, soit 30 éléments au musée. Les années suivantes, ce dernier aura complété les dons de Mme Hunt avec d’autres colliers venus du monde entier.

 

LE MUSÉE DE LA TORTURE AUX PAYS-BAS

© FlickR / Andrew Miller
© FlickR / Andrew Miller

En vous promenant dans le centre d’Amsterdam, vous risquez de tomber sur l’un des musées les plus célèbres de la ville : le Musée de la Torture. Ce petit établissement
vous propose une plongée dans l’histoire en vous dévoilant des récits et des objets de torture venus de toute l’Europe. Chaise à Pointes, Guillotine, Scie, Barreau de Judas, pendule et chevalet, illustrent l’imagination et la créativité des bourreaux de toutes les époques. Les bourreaux, justement, y sont mis à l’honneur et les facettes de leur travail sont exposées à travers différentes décennies : qu’il s’agisse de l’inquisition espagnole ou de la révolution française, les châtiments utilisés sont dévoilés simplement par le musée, sans jamais tomber dans le sordide.

Plus qu’une simple collection d’objets de torture, le lieu nous éduque à l’histoire de la peine de mort et dévoile, en ligne, de nombreuses ressources pour attiser la curiosité ou assouvir celle de ceux ne pouvant pas se rendre sur place. Un livre virtuel, disponible en français, vous expose aussi bien les objets que les raisons et lieux de leur utilisation.

 

LE MUSÉE DES TOILETTES EN INDE

toilettes-musee

Vous y allez tous les jours et pourtant vous n’en connaissez ni l’histoire, ni l’évolution. Heureusement, les toilettes sont mises à l’honneur à New Delhi dans un musée qui regroupe des toilettes de toutes les époques. C’est plus de 4 500 ans de toilettes qui y sont dévoilés : on vous y explique les transformations de cet outil en fonction des coutumes, des traditions, des conditions sanitaires et législatives.

Grâce au travail d’historiens et d’archéologues, le musée peut se vanter de posséder une incroyable collection : utilisées par la civilisation harappéenne, égyptienne, grecque, romaine ou dans l’Europe entière durant le Moyen-âge, ces toilettes sont des traces historiques de l’évolution l’homme. Non content de vous dévoiler le passé, le site se penche aussi sur l’avenir en exposant les WC connectés, mobiles et électrique venus de Chine, de Corée, du Japon ou encore des États-Unis.

 

LE MUSÉE DE L’ESPIONNAGE AUX ÉTATS-UNIS

© FlickR / Jared eberhardt
© FlickR / Jared eberhardt

C’est à Washington que les touristes fascinés par les secrets d’État peuvent en partie assouvir leur curiosité dans le fascinant Musée de l’Espionnage. Seul établissement du pays à se pencher sur le sujet, le lieu est aussi l’un des rares au monde à proposer des
études et des objets relatant d’histoires d’espions de toute la planète. Dans l’incroyable collection dévoilée au public, de nombreux éléments le sont pour la toute première fois et avec les objets disposés à la vue, le visiteur peut prendre connaissance des tenants et des aboutissants de leur utilisation. Ainsi, il est possible de découvrir les missions qui ont fasciné le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui : leur impact sur la politique et l’économie mondiale y est présenté ainsi que les récits et histoires de quelques-uns des plus importants espions des siècles derniers.

Ludique et interactif, le lieu vous propose de vous glisser dans la peau d’un espion à travers différentes mises en situation : l’expérience d’immersion « Opération Spy » vous introduit le temps d’une heure dans le pays fictif de Khandar. Il vous est demandé de décrypter des informations, d’interroger des suspects et de trouver des preuves pour mener à bien votre mission. « Spy in the City », la seconde expérience proposée, vous permet de découvrir Washington à travers les yeux d’un espion.

 

LE MUSÉE & CENTRE DE RECHERCHE DES OVNIS DANS LE NOUVEAU-MEXIQUE

© FlickR / Frank Pierson
© FlickR / Frank Pierson

Bienvenue à Roswell, le lieu dont on suppose qu’il est le secret le mieux gardé des États-Unis. Surfant sur les théories ufologiques qui ont fait le tour du monde, le Roswell’s UFO Museum étudie sérieusement la potentielle présence d’Aliens sur la planète bleue. Les visiteurs peuvent découvrir les recherches menées sur le sujet, des preuves récoltées et des témoignages dans un cadre rappelant une scène d’un film de science-fiction.

C’est sur l’idée de Walter Haut, un officier d’information public de l’armée de terre de
Roswell
que le lieu à ouvert ses portes en 1992. L’accident de Roswell, les Crop-circles, la Zone 51 et les enlèvements supposés d’humains, sont autant de thèmes abordés par le musée. Ce lieu n’a en aucun cas pour but de vous convaincre de la présence de petits hommes verts sur terre mais de vous pousser à vous poser des questions sur le sujet. Un bibliothèque est d’ailleurs mise à disposition des visiteurs qui souhaiteraient y mener des recherches.

 

LE MUSÉE DE LA BOÎTE À DÉJEUNER AUX ÉTATS-UNIS

boite-dejeuner

Retour en enfance ! Le Lunchbox Museum vous permet de découvrir toute une collection de boîtes à goûter et déjeuner venue du monde entier. Non content de vous présenter une gigantesque collection de plusieurs centaines de petits coffres, le lieu vous permet aussi d’en retracer l’histoire. De son apparition aux États-Unis dans les années 1920 à son utilisation actuelle en passant par les crises rencontrées par le secteur, le musée vous dévoile toute l’évolution de la fameuse boîte.

C’est sur l’initiative du collectionneur Allen Woodall, que fut créé le musée : après avoir débuté sa collection dans les années 1990, il parvient à regrouper près de 450 lunch boxes, aujourd’hui exposées parmi les 35 000 boîtes présentes dans ce musée de Géorgie.

 

LE MUSÉE DES VAMPIRES ET DES CRÉATURES LÉGENDAIRES EN FRANCE

musee-vampires

La France n’a pas à rougir de l’incroyable diversité des musées des autres pays : dans un ancien atelier de sculpture parisien, une pièce unique rassemble des centaines d’objets relatifs aux mythes des vampires. Jacques Sirgent y a regroupé une collection personnelle impressionnante : tableaux, poupées, livres et armes anti-vampires y sont
exposés. On y trouve aussi des objets collectons qui sauront ravira les amateurs de culture populaire : la machine à écrire de Bram Stoker, l’auteur de Dracula peut y être observée, au même titre que des affiches de cinéma dédicacées par les auteurs interprètes du célèbre comte. Plus qu’une simple visite, le musée permet d’écouter les histoires et les analyses de Jacques Sirgent, spécialisé dans la littérature gothique anglo-saxonne et traducteur de Bram Stocker.

Si vous êtes amateur de curiosités, alors ces musées devraient vous combler : répartis sur plusieurs pays, ils permettent à leurs visiteurs de découvrir autrement le monde dans lequel ils vivent en replaçant des singularités dans l’histoire de l’humanité.

Ces articles vont vous plaire

Le monde a commencé sans l’homme et il s’achèvera sans lui.

— Claude