13 132 personnes connectées

Ces scientifiques français ont prouvé que la pollution sonore réduisait l’espérance de vie des moineaux

C’est désormais déclaré scientifiquement, le bruit des villes peut raccourcir la durée de vie des petits moineaux. En effet, une récente étude française démontre qu’un moineau qui se développe dans le vacarme urbain présente des chamboulements jusque dans son ADN. SooCurious vous en dit plus…

Les chercheurs du Centre national de la France pour la recherche scientifique (CNRS) ont remarqué que les poussins conçus et élevés dans le vacarme de la circulation des villes ont des télomères plus courts sur leurs chromosomes que ceux élevés dans un endroit plus calme. Souvent assimilées à des lacets, ces extrémités protectrices peuvent en effet prédire comment les cellules vieillissent. De nombreuses études ont démontré que des télomères plus longs équivalent à une vie plus longue.

moineau-bicolore

« Nos résultats fournissent la première preuve expérimentale que le bruit seul peut affecter la longueur des télomères d’un jeune animal sauvage », a dit l’étude publiée dans la revue Biology Letters de la Royal Society.

Pour appuyer ces théories, une expérience a été réalisée chez des moineaux et leurs bébés. 21 petits ont été « bercés » 6h/jour et 7j/7 par un bruit de circulation pré-enregistré, 16 autres bébés sont nés et ont grandi dans le calme de la campagne française. Les résultats sont clairs : les poussins élevés dans le bruit « avaient des télomères plus courts » de manière significative. L’effet sur ​​les télomères d’oiseaux peut donc se rajouter à la liste des impacts négatifs de la pollution sonore sur les créatures sauvages.

moineau-arbre
Un moineau via Shutterstock

« Les bruits interfèrent avec la communication acoustique, ce qui est très important, surtout pour les oiseaux », a déclaré la co-auteure de l’expérience Alizee Meillere. « Dans un endroit bruyant, ils sont incapables de trouver un bon partenaire, ils ne peuvent pas entendre leurs poussins et les nourrir en cas de besoin », a-t-elle ajouté.

moineau-grillage

C’est d’une tristesse ! A la rédaction, nous avons été très touchés par ce constat scientifique. Les oiseaux ne méritent pas un tel sort à cause des humains. Pensez-vous que les hommes se développent au détriment de la nature ou que les animaux pourront s’adapter un jour à l’évolution humaine ?

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux