12 331 personnes connectées

La série Merlin réécrit la légende arthurienne en narrant les exploits du célèbre enchanteur !

Les Légendes du Roi Arthur ont inspiré de nombreux cinéastes : sa quête du Graal, ses relations avec Rome, sa reine, ses maîtresses, son père et ses chevaliers ont fait le tour du monde, passant d’adaptation en adaptation, d’écran en écran, de réalisateur en réalisateur. En 2008, une série change la donne en centrant son histoire sur Merlin, le magicien qui accompagna Pendragon tout au long de sa quête.

 

Le 20 décembre 2008, les téléspectateurs britanniques découvrent sur la BBC One une toute nouvelle série, Merlin. Contrairement aux précédentes adaptations des Légendes du Roi Arthur, celle-ci met en lumière le rôle et l’importance de Merlin dans la vie du régent Pendragon. Loin de son habituelle représentation, le héros est un jeune homme : pas de barbe blanche, pas de longue robe et encore moins de chapeau pointu. Ici, Merlin est un serviteur dans un royaume qui rejette, pourchasse et tue les sorciers. A Camelot, mieux vaut rester discret quand, comme Merlin, on dispose de capacités extraordinaires et pourtant, sommé par Kilgharrah (un dragon retenu sous le château) de protéger le prince Arthur, roi en devenir, et de le guider vers son destin épique en agissant dans son ombre et celle de son père Uther Pendragon.

« En un pays de légende, au temps de la magie, le destin d’un grand royaume repose sur les épaules d’un jeune garçon. Son nom : Merlin », dit l’ouverture de la série et si cela ne peut que vous évoquer des souvenirs, l’œuvre s’éloigne des autres productions du genre ou de ce que nous connaissons des légendes arthuriennes. Si on en retrouve les grands noms, beaucoup d’éléments ont été modifiés et notamment concernant les personnages principaux. Ici, Arthur et Merlin ont le même âge et loin de la relation sobre et presque paternelle que l’Enchanteur tient avec son jeune roi dans la plupart des séries et films sur le sujet, ils sont ici servant et roi, dominé et dominant, poussant souvent Merlin à agir dans le dos d’Arthur.

D’autres éléments ont été changés : ici, Geneviève est la fille d’un forgeron et travaille, tout comme Merlin, parmi les servants du roi très loin de la légende. Durant plus de 5 saisons, la série rejoue à sa sauce les plus grandes histoires de Camelot pour proposer une nouvelle lecture des légendes aux plus jeunes. Si les rôles sont modifiés et les desseins retracés, la série finit toujours par faire revenir les personnages à leur place, correspondant aux contes originaux. Sans faire perdre de sa superbe à l’histoire, Merlin offre une version originale, bien écrite et attrayante des Légendes du Roi Arthur.merlin-serie-castingDerrière cette série, on retrouve l’équipe de Julian Jones, composée de Jake Michie, Johnny Capps et Julian Murphy qui se regroupent après avoir mené plusieurs projets (Sinchronicity ou encore Atlantis), mais aussi The Mill, l’équipe de spécialistes britanniques chargés des effets spéciaux qui a, auparavant, travaillé sur la célèbre série Doctor Who ou encore Gladiateur. Après 5 saisons et 65 épisodes, la série prend fin en 2012 non sans avoir marqué les esprits : des acteurs de talent se sont relayés durant les 4 ans de diffusion pour interpréter tour à tour les plus grands héros celtes.

Dans le rôle principal, on retrouve Colin Morgan à qui le rôle de Merlin a été offert en début de carrière. Par la suite, l’acteur s’illustrera dans Doctor Who, Humans ou encore Legend. A ses côtés, Bradley James (iZombie) prête ses traits au roi Arthur et Anthony Head, le mentor de Buffy sans la série de 1997 devient Uther Pendragon. Katie McGrath (Jurassic World, Dracula) et Angel Coulby (Tunnel) interprètent respectivement Morgane et Guenièvre. Enfin, Kilgharrah emprunte sa voix à John Hurt.

merlin-KilgharrahDe saison en saison, la série gagne en maturité et après des débuts enfantins, c’est une fin surprenante que découvrent les spectateurs, sombre et violente très loin du happy ending attendu par la majorité. De fait, différents récits ont été créés, donnant souvent une fin différente à l’histoire. Celui de la série, basé sur les écrits de Sir Thomas Malory (il fut le premier à écrire ou regrouper les textes arthuriens en roman) permet à Guenièvre de monter sur le trône, perpétuant les efforts de son mari quant à la campagne de paix et le mouvement d’unification initié par le roi.

 

Merlin, à défaut d’être un récit exact des légendes arthuriennes, nous plonge dans un récit prenant qui, quoiqu’étant un peu enfantin au début de la série, devient de plus en plus adulte à mesure des épisodes. En centrant son histoire sur l’Enchanteur, la série offre une nouvelle vision du conte, mettant en valeur les actions des célèbres personnages secondaires. Une série à voir et à revoir pour s’initier aux légendes.

Ces articles vont vous plaire

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux