12 702 personnes connectées

Quels sont les matériaux de votre intérieur les plus dangereux pour votre santé ?

Quels sont les matériaux de votre intérieur les plus dangereux pour votre santé ?

On se sent souvent à l’abri de la pollution une fois chez soi, portes et fenêtres fermées. Mais ce que l’on sait moins, c’est que l’air intérieur est parfois plus pollué qu’à l’extérieur ! En effet, de nombreux matériaux dégagent des émanations toxiques. Lesquels sont-ils ? Comment lutter contre la pollution intérieure ? Voici un petit guide essentiel.

Lors de la construction des bâtiments, plusieurs matériaux sont utilisés. Certains sont naturels, d’autres moins. De même, certaines de nos habitudes quotidiennes (chauffage, ménage…) accentuent la pollution intérieure. Voici la liste (non exhaustive) des matériaux les plus polluants et leurs incidences tant sur l’environnement que sur la santé.

LES TISSUS

Toiles tendues, canapés et certains tapis réalisés en tissus, peuvent contenir du formaldéhyde un COV (composé organique volatile). Chez les individus fragiles et les jeunes enfants, le formaldéhyde peut irriter les voies respiratoires, causer des troubles respiratoires ou encore irriter les yeux. De même, certains tapis et moquettes libèrent du tétrachloroéthylène pouvant gêner la respiration.

LES PEINTURES

La plupart des peintures agglomérées ou contreplaquées diffusent du benzaldéhyde. Cette substance est responsable d’allergies respiratoires et cutanées.

LE BOIS AGGLOMÉRÉ OU CONTREPLAQUÉ

Pourtant naturel, le bois est un matériau soumis à divers traitements pour le rendre imputrescible et résistant aux divers nuisibles (termites…). De même, les colles utilisées pour assembler les morceaux sont également toxiques, émettant du formaldéhyde. Le label Lighnum CH 6.5 ou E1, le bois massif indigène garanti FSC ou Q sont à privilégier. Par ailleurs, le chauffage au bois développe l’émission de particules fines. Cela pollue l’air surtout si le poêle à bois n’est pas doté de filtres à particules.

LE BÉTON / CIMENT

La fabrication de béton n’a rien d’écologique. En brûlant 1 tonne de calcaire dans un four à 1300°, cela génère son équivalent en CO2. Grâce aux nouvelles technologies, des spécialistes ont pu mettre au point un béton purifiant capable de capturer puis de transformer les oxydes d’azote, les COV et les particules fines. Il est également autonettoyant.

LE PLÂTRE

Le plâtre est présent dans la majorité des maisons sous forme de placo-plâtre. Il peut émettre de faibles quantités de radon dû au recyclage de laitier de phosphate dans sa composition. Il dégage également de l’hydrogène sulfuré pouvant être nocif s’il est en contact avec des ordures ménagères ou du compost.

LA LAINE DE VERRE

De la laine de verre via Depositphotos

La laine de verre et de roche contiennent des liants émettant des COV, dont le formaldéhyde. Attention, certains autres types d’isolants dits naturels peuvent être tout autant polluants. En effet, victimes de leur succès, la production accrue pousse certains matériaux naturels à contenir des traces de pesticides ou de produits de conservation.

L’ALUMINIUM

De l’aluminium via Depositphotos

Très complexe à fabriquer, les étapes de conception de l’aluminium sont extrêmement polluantes et énergivores. De plus en plus répandu dans les maisons (portes, volets roulants, fenêtres…), ce matériau demande une fabrication constante, donc une pollution accrue. De plus, l’aluminium est suspecté d’être nocif pour la santé, même si aucune étude ne le confirme réellement pour l’heure.

L’AMIANTE

De l’amiante via Depositphotos

Bien qu’il ne devrait plus y en avoir dans les bâtiments, l’amiante existe encore dans certains produits de construction. Les fibres volatiles sont cancérigènes.

COMMENT LIMITER LA POLLUTION INTÉRIEURE ? 

Un simple diagnostique permet de déceler la pollution de l’air intérieur. De plus, depuis  1982, toutes les constructions neuves doivent posséder une ventilation continue. Tout d’abord, nettoyez les bouches et entrées au moins deux fois par an. Pour les VMC double flux, le filtre doit être changé tous les 6 mois.

Il est primordial d’aérer votre habitation tous les jours via Depositphotos

Pour ce qui est du chauffage, préférez les équipements labellisés flamme verte et utilisez des combustibles certifiés. Évitez de brûler les déchets dans votre système de chauffage. Il est également préférable d’éviter de chauffer avec des chauffages d’appoint. Ils produisent énormément de CO2 dans un espace réduit appauvri en oxygène. De plus, les inhalations de vapeurs émises par l’appareil ne sont pas saines. Quant à la cheminée, le ramonage annuel est obligatoire pour les appareils fonctionnant au gaz et deux fois par an pour les autres.

Aussi, il est important d’aérer tous les jours au minimum 10 minutes. Ouvrez toute votre maison en grand et laissez l’air circuler. De même, ouvrez lorsque vous faites le ménage pour éviter que les particules ne se redéposent dans vos pièces.

COMMENT ORIENTER LE CONSOMMATEUR

Depuis 2012, les matériaux destinés à un usage intérieur (revêtement de sol, isolants, produits de finitions, portes, parements, fenêtres…) doivent porter une étiquette indiquant l’émission de polluants dans l’air.

De plus, de nombreux labels attestent la faible émission en CO2 par exemple pour les colles et mortiers. Ainsi, vous retrouverez les certifications Ecolabel Européen, Label Blaue Engel, Natureplus

Une femme ayant du mal à respirer via Depositphotos

L’air intérieur est largement soumis à une pollution insoupçonnée. Il est important d’aérer, de ne pas surchauffer et d’utiliser des matériaux labellisés afin d’éviter tout risque sur l’état de santé des habitants.

Ces articles vont vous plaire

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux